mik dupont UA-70672535-1

27/10/2006

Deuil chez Nanar.

regard

À Nanar,

 

La perte d’un être cher frappe toujours notre cœur, nos tripes. Le pourquoi ne trouve pas réponse quand la mort enlève des êtres jeunes, promis à parcourir encore la route sinueuse et belle de la vie.

Je devine l’arrachement que Nanar peut ressentir. Cela fait mal, très mal.

Comment faire son deuil ? Je n’ai jamais compris ce que cette expression voulait au juste dire.

Peut-être que pleurer guérit, nous qui n’aimons pas, les hommes, trop montrer notre chagrin.

Pourtant, contenir le chagrin revient souvent à retourner la souffrance qui nous est faite, cette espèce de « violence » contre soi-même et nous emmène vers des idées noires, des chemins de colère, de révolte sans issue.

Peut-être devrions-nous alors nous poser a question : Qu’aurait aimé celle ou celui qui s’en va pour ceux et celles qu’elle, qu’il aimait ? Qu’aurait murmuré à mon oreille l’aimé, l’aimée, si il ou elle avait toujours été là, à nous voir si triste ? Qu’aurait espéré le disparu(e) pour moi dans la vie ?

Alors si tu as la réponse, fais cela. Celui ou celle qui n’est plus là continuera de vivre ainsi en toi, de façon mystérieuse mais qui n’en est pas moins réelle.

Mik.

 

 

09:14 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

oh papy je suis toute émue de ton post.
et je ne sais quoi dire.
c'est un beau post de soutien à ton ami.
gros bisous et bonne journée

Écrit par : love-angel | 27/10/2006

faire son deuil.... m'estaussi une expression difficile à maîtriser; je dirais que le temps aide à braver cet "obstacle"; mais aussi guérir ses maux par les mots...
Bon week end

Écrit par : soloamor | 27/10/2006

Les commentaires sont fermés.