mik dupont UA-70672535-1

07/11/2006

Lettre 55. (Pudeur des sentiments)

Cher ordi,

Toi, interlocuteur machiné, « cartorisé » en mère et autre label puisé dans notre langage humain, je ne résiste pas à te confier ce qui m’arrive, grâce d’ailleurs à la transmission que tu as pu me faire faire par souris interposées !

http://users.ez2.net/kona99/Theberge7.htmJe n’ai jamais trop aimé de parler de mon « intériorité », du moins de celle de mes émois et sentiments. Sans doute par pudeur, par peur et aussi par éducation.

Si je pense avoir été aimé par mes parents, mes grands-mères (je n’ai pas connu mes grands-pères), jamais ils ne m’ont dit «  je t’aime ». C’était des «  je suis fier de toi ! ». Ma course à la séduction s’est dès lors construite bien plus sur le bien faire que sur le bien être.

Mes «  je t’aime » ont été rares, trop rares. Les mots de tendresse se sont noués dans la gorge; les gestes se sont figés. J’ai fini par les trouver dérisoires, ridicules, nunuches, sans pour autant laisser la froideur atteindre le cœur.

A mes enfants, encore petits, j’ai osé dire les mots que je n’avais point reçus. Mais dès leur adolescence, j’ai repris le mauvais pli de la pudeur, empêtré que j’étais dans des tendresses cachées d’amours interdits. La tradition avait aussi repris le dessus. Difficile d’offrir ce qu’on a point reçu.

A « mes » hommes, devenus parfois amants, jamais je n’exprimais non plus la douceur de mes sentiments, estimant cela réservé au féminin.

Là résidait déjà peut-être un facteur de mon attirance vers le masculin. Entre hommes, pas besoin de mots ou de gestes doux pour passer à la camaraderie et même au lit des plaisirs…

Oh, il y eut des exceptions, mais sans véritable retour de celui que j’aimais, que j’avais dans la peau autant que dans le cœur.

Je suis devenu un homme de raison, où seule l’intelligence de l’esprit valait la peine de s’exprimer. Celle du cœur trouvait autre chemin pour dire, notamment en humour, ses émois,  ses battements d’amour ou d’amitié.

Quand et comment communiquer l’intimité des moments nus où sur oreiller j’avais osé révéler parfois la fragilité de celui que chacun voyait fort ?

Photo man's hands holding... - Marcin BalcerzakFallait-il qu’à soixante piges, un jeune en quête d’identité et d’éveils originaux vienne bouleverser mon habitude de solitaire, de libertin, plus attaché aux «  sexitiés » de passage qu’aux  tendres amitiés pour à nouveau faire renaître les vibrations du cœur et du corps ?

Voilà qui est fait. Pour combien de temps, je ne sais. Mais je peux dire que c’est bon, très bon.

Mik.Photo being together - Marcin BalcerzakPhoto champagne  gold - Ofer Shemesh

 

00:27 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

Commentaires

Petit coucou tardif... d'un papillon de nuit ;-)
Que la tienne soit belle
A très bientôt
Bisous

Écrit par : baby | 07/11/2006

... Pas facile d'offrir ce qu'on a pas reçu, et c'est sans doute pour cela et grace à la vie qu'est née la complicité qui nous unit Florian et moi.
Dès son plus jeune âge, j'ai parlé avec lui, communié, partagé, tout que ce soit mes bonheurs ou mes soucis et peut-être même plus mes soucis, en l'invitant à faire pareil, nous gardons tous les deux une part de secret.
Il était important pour moi de créer ce lien que jamais je n'avais eu avec mes parents.
J'aime te lire, les mots sont beaux quand tu les écris.
A bientôt
Bisous

Écrit par : Mireille | 07/11/2006

Suis toute émue en te lisant ton coeur est si beau
gros bisous papy chéri

Écrit par : Ange | 07/11/2006

bon je rejoins le club d'ange je susi aussi toute émue ... et puis je te dire qu'à travers toi, on ressent beaucoup d'amour ... même si pour toi il est diffcile que tu le dises de ta bouche mais ton coeur rayonne ... j'aime voir dans tes yeux poindre cette lueur de sentimants

Écrit par : love-angel | 07/11/2006

Bonjour Mik... Je suis venue te faire un gros bisou…
La vie est un jardin de joies, de satisfactions et d'occasions de bonheur. À nous de les cueillir pour en faire un énorme bouquet...!
Je te souhaite une merveilleuse journée

Écrit par : Chadou | 07/11/2006

bien sur que je l'aime!!!!! je parle de ton blog of course :-)

je deserte un peu tout le monde pour le moment, pas beaucoup de temps et puis avec ce froid chez moi, le soir je file au lit!!!!

suis bien heureuse d'apprendre que ça fait boum chez toi aussi ;-) mais pas pour la chaudière...enfin quoi que ;-)

gros bisous mik, à bientôt

Écrit par : mnb | 07/11/2006

Comme quoi les paroles sont importantes mais ce ne sont des fois les personnes qui disent le moins de compliments qui le pensent le plus...moi j'aime m'exprimer alors je te dis que je t'aime beaucoup
Bizzzzz et amitiés

Écrit par : martine | 07/11/2006

Mon cher Ami, très touchant ce texte.
Je préfère quelqu'un qui m'aime sans me le dire que quelqu'un qui dit qui m'aime alors qu'il ne m'aime pas.
La sincérité est avant tout dans le coeur.
Bizzzz à toi ma biche oups héhéhéhé
babaillleee et bonne soirée

Écrit par : koleg | 07/11/2006

On ne se renie pas ... et on se révèle souvent dans le regard de l'autre. Bonne soirée.

Écrit par : Didier | 07/11/2006

Les commentaires sont fermés.