mik dupont UA-70672535-1

30/11/2006

Lettre 75. ( couple)

Cher ordi, 

Je ne suis évidemment pas un spécialiste en « couple ». Tu dois avoir plus d’expérience que moi dans les échanges et analyses que ta mémoire cache.

Je peux juste constater, étant entré parfois dans l’intimité de certains, y compris dans celui que j'ai formé jadis, que souvent trois choses cohabitent souvent : une idéalisation, une certaine forme de violence et une espèce aussi de dévalorisation. Voilà bien trois choses qui n’est pas facile de gérer et d’aller au-delà !

Je me dis souvent qu’il nous faut accepter d’être déçu par l’autre. C’est un risque à prendre.

Le temps de tous nos espoirs, de nos illusions probablement, ne dure toujours qu’un moment.

C’est tellement bon ce temps amoureux que nous voudrions le voir durer. Hélas ce sentiment se maintient peu dans durée…

Quel malentendu de départ, celui de ne connaître que nos attentes… La rencontre de deux élans n’est jamais au fond la rencontre de deux vies, de deux passés.

Bien difficile de passer ce cap des moments du bonheur des premiers regards.

J’ai appris, sans toujours encore bien le vivre, que je ne peux être tout pour personne, que personne ne peut tout comprendre en moi et que personne ne peut tout combler en moi.

J’aimerais pourtant encore parfois que cela soit…

Mais comme ce n’est le cas, j’évite maintenant d’en vouloir à qui que soit, de ne point pour cela me sentir coupable et de ne plus chercher l’idéal dans mes relations amoureuses.

Je sais ce n’est pas facile, mais le chemin de l’amour n’est pas aussi heureux que dans les contes de fée. Il comporte bien des risques. L’autre n’est pas moi et il ne peut jamais combler tous mes manques.

Bon, j’arrête mon élucubration. C’est que je sais aussi que malgré tout ce que je peux dire, réfléchir, comprendre, rien ne vaudra jamais ce que je ressens quand l’autre ose me dire : tu comptes pour moi, je t’aime… Et je vis plus intensément cela aujourd’hui que il y a deux mois !

Mik.

00:50 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

29/11/2006

Lettres 74 ( rencontres blogueurs)

Cher ordi,

 

Tu fais partie sans aucun doute de notre nouvelle culture. Non seulement tu es entré dans la sphère de la vie publique, mais bien aussi dans l’univers de la vie privée.

Comme quand on claque la porte et que nous nous trouvons dans la rue en train d’observer un peu ce qui s’y passe avant de rencontrer l’ami, le voisin, ou le collègue de travail, ainsi nous blogueurs, l’œil encore un peu embué de rêve, nous ouvrons notre petit écran et regardons les petites nouvelles des uns et des autres.

Au bonjour, ou à l’au revoir, au comment vas-tu et à tous ces petits rites du matin et du soir est venu s’ajouter le click de la souris nous emmenant sur les variations de goûts ou d’affinités avec tel ou tel blog et son auteur.

Et oui, les échanges ont bien changé et changeront encore dans la valse technologique d’aujourd’hui et demain.

Mais alors que souvent ce que nous avons appelé communication de masse ( presse, tv, pubs) nous rendaient très passifs, toi tu peux devenir fameusement actif dans des échanges de messages livrés par une multitude de personnes qui se baladent en voulant ou non rencontrer une telle ou un tel !

Les événements quotidiens deviennent lisibles, partagés ou non, par une série de lecteurs qui laissent ou non trace. Nous entrons ou pas alors en contact avec des gens et des faits que sans toi nous n’aurions sans doute point connus.

Voilà cette petite pensée du jour pour vous annoncer qu’il y aura une nouvelle rencontre de blogueurs dans la région de Namur et Dinant.

Les renseignements se trouvent et seront encore précisés sur les blogs de :

http://instant.skynetblogs.be/  et  de http://norway.skynetblogs.be/

qui organisent cette rencontre

A vos agendas donc.

Bonne journée à toutes et tous.

Mik.

00:07 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

28/11/2006

Lettre 73. ( la tendresse)

Mon cher ordi,

 

Je t’ai donc abandonné un jour. J’avoue, après ce bref séjour chez ma fille, où j’ai gardé la soirée ma petite –fille adorée (toujours aussi gentille et remplie d’attentions touchantes) être heureux de te retrouver. C’est que je suis accro de ton clavier, de ta souris aussi qui me fait voyager chez des personnes que j’aime.

Autant j’aime ma famille, autant je dois t’avouer, que je ne m’y sens plus très bien. Non que ses préoccupations ne me touchent point, mais je vois sa contrainte de gagner de l’argent et maintenir un standing social occuper une place, à mes yeux, bien trop importante.

Il y a aussi surtout une tendresse que je n’y trouve point, celle que je goûte chez mes amies et amis.

Je suis né dans une famille où cette tendresse existe très peu, ou en tout cas, s’exprime très rarement. Je ne me souviens pas avoir été pris dans les bras de ma mère ou de mon père, avoir reçu des câlins d’une grand-mère. L’affection des frères et sœurs existait bien, mais sans grande démonstration.

Comme souvent, nous ne donnons que ce que nous avons reçu. Si j’ai certainement corrigé un peu cette éducation « froide » envers mes enfants, du moins lorsqu’ils étaient petits, plus grands, les blocages ont du refaire surface. Mon ex femme, avec une éducation et un milieu encore plus froid et distant, a connu certainement aussi ce manque de tendresse exprimée.

Et putain, qu’est-ce que c’est bon la tendresse. Qu’est-ce que c’est bon de serrer ceux que nous aimons dans les bras ! Qu’il est bon de s’entendre dire et de dire des mots doux… Que c’est bon cette main autour du cou, cette petite tape dans le dos, ce clin d’œil complice, ce sourire, ce baiser spontané…

Oh, je sais, la tendresse peut aussi s’exprimer dans le silence, dans un simple regard, dans un bouquet de fleurs offert. Rien ne remplacera cependant le geste amical, amoureux et les mots qui vous disent : je t’aime.

Mik.

12:51 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

27/11/2006

Lettre 72 ( fantasmes et réalité)

Cher ordi,

C’est étrange, car parfois, je crois que tu participes aussi à nos fantasmes, aux miens probablement aussi.

C’est que nous en avons besoin des fantasmes pour corriger, avouons le, une réalité qui donne beaucoup moins de satisfaction ! Ils sont un peu nos rêves éveillés. Ils ne sont point interdits et pourquoi les nier ?

J’étais encore surpris en lisant la « métamorphose » de Kafka (bien sur pour aider un peu mon mimi en français), combien au fond la littérature, comme d’ailleurs tout art, puise dans les fantasmes son inspiration. Ils sont la révélation de nos désirs.

Pourquoi les poètes, les romanciers, parviennent-ils donc à nous émouvoir autant, sinon par leur talent de nous faire entrer dans des fantasmes que nous avons souvent craints d’exprimer. Par eux, nous retrouvons une émotion que nous ne nous serions pas cru, parfois, d’avoir.

Fantasmes et réalités sont-ils toujours destinés à vivre un divorce ?

Sans doute, et ma tristesse parfois vient de là. Cette tristesse dont ange tente avec succès de m’ôter un peu dans son beau commentaire d’hier.

Qui n’aimerait vivre dans le beau monde poétique décrit si finement dans beaucoup de blogs, comme celui, par exemple,de love-angel ?

Les blogs comme ceux-là deviennent source de jouissance et d’émotions.

Opposition entre fantasmes et réalités ?

Et oui, c’est lundi, il faut reprendre les cours, le boulot ou retrouver sa solitude…

Mais je ne suis pas triste, pas autant que si je n’avais aucun fantasme… Parce que je sais que bien souvent mon désir, mon fantasme peut aussi, même si c’est éphémère, se réaliser…

Et si ils ne se réalisent pas tous, ils nous restent encore l’humour pour alléger un peu nos déceptions !!

Bon lundi.

00:34 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

26/11/2006

D'après une chanson de S.Reggiani.

hommes gays

Il suffirait de presque rien

Il suffirait de presque rien
Peut-être trente années de moins
Pour que en te disant "Je t'aime"
Je te prenne par la main
Pour t'emmener place du Marché
T'offrir un autre café crème.

Mais pourquoi faire du cinéma
Mec, allons regarde-moi
Et vois les rides qui nous séparent
A quoi bon jouer la comédie
Du vieil amant qui rajeunit
Toi même ferais semblant d'y croire

Vraiment de quoi aurions-nous l'air
J'entends déjà les commentaires
"Il est beau, comment peut-il encore lui plaire
Il est au printemps, lui en hiver"

Il suffirait de presque rien
Pourtant personne tu le sais bien
Ne repasse par sa jeunesse
Ne sois pas stupide et comprends
Si j'avais comme toi vingt ans
Je te couvrirais de promesses

Allons bon voilà ton sourire
Qui tourne à l'eau et qui chavire
Je ne veux pas que tu sois triste
Imagine ta vie demain
Tout à côté d'un clown en train
De faire son dernier tour de piste

Vraiment de quoi aurais-tu l'air
J'entends déjà les commentaires
"Il est si beau, comment peut-il encore lui plaire
Il est au printemps, lui en hiver"

C'est une autre que moi demain
Qui t'emmènera par la main

Mais qu’importe, aujourd’hui
Dans tes bras, c’était paradis
Il suffisait de presque rien
Peut-être trente années de moins
Mais en te disant "Je t'aime"

J’espère que demain encore

Nous nous aimerons encore d’âme et de corps.

 

Mik.

 

10:57 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

25/11/2006

Lettre 71 ( Insomnie)

matin

Cher ordi,

Ne voilà t’il pas que très matinal je t’écris, victime de ce qui ne m’arrive jamais : une insomnie !!

Est-ce la venue du bien-aimé qui me met dans un état de réveil ? Très probable… ah, les démons de minuit !!

A moins que ce ne soit la digestion de l’excellent repas du soir pris chez une ancienne voisine bien sympathique.

En lisant les commentaires de ma lettre précédente, je voudrais informer celles et ceux qui ne feront pas le choix d’un fournisseur qu’ils garderont leur fournisseur par défaut et ne pourront pourront pas changer de conditions tarifaires avant le 1er mars 2007. (Avec donc le risque d’un tarif plus élevé). Il est vrai que ceux qui prônent la prudence, y verrons, je l’espère, comme nous tous un peu plus clair dans les tarifs dans les mois à venir…

Bon sur ce, cher ordi, je te quitte, pour tenter quelques heures de sommeil en plus !

Bon samedi à vous.

Mik.

04:41 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

24/11/2006

Lettre 70 ( libéralisation)

électricié

Salut cher ordi,

 

Je ne sais si tu as bien aidé ceux qui savent t’utiliser pour s’y retrouver sur le marché de l’électricité et du gaz libéralisé dès ce premier janvier.

Un rat n’y retrouverait pas ses jeunes.

Libéralisation rime bien avec complication.

Je ne suis pas parvenu à y voir clair dans les tarifs.

Ouf, mon ami François a eu la bonne idée de m’y aider. Le choix a été fait et ,via toi, il a fait la démarche nécessaire. Merci à lui.

La distribution est donc bien séparée de la vente, si j’ai bien compris.

Ce que nous comprendrons tous je crois c’est que la note sur notre facture ne sera certainement pas à la baisse !

On m’a toujours pourtant enseigné le principe qu’en économie le monopole était mauvais et que seule la concurrence pouvait faire baisser les prix !! Mon œil !

Bon faudra s’y faire. Après tout, moi je suis branché ailleurs, comme vous avez pu le constater ailleurs… Et vivement demain pour des frissons qui m’allument !

Mik.

00:12 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

23/11/2006

Lettre 69 ( ton corps me donne des ailes)

Cher ordi,

Un peu comme jadis au confessionnal, je viens t’avouer ma faute devenue qualité d’aimer la chair !! Et oui, n’en déplaise qu’aux gens qui voient encore et toujours dans ce plaisir règles et morale.
Quoi de plus beau d’exprimer par le corps la tendresse, la fougue, la passion envers celle ou celui qui donne des ailes à votre vie et vous emmène sur la planète du partage intime.

Garantir long séjour sur cette planète serait risquer l’illusion. Plus réels sans doute des aller-retour !

Et oui, cher confident d’ordi, ainsi vont nos mystérieuses machines à contacts bien plus complexes encore que les tiens !

Hier le petit sms (et oui ordi ce n’est pas toujours via ton intermédiaire !) de mon mimi me réjouissait et créait chaleur au cœur. Rien pourtant qu’un : «  bonne nuit, je pense à toi. Bisous. » Cela est aussi grand et beau que mes longs mots !

J’ose te dévoiler, bien que toi tu connaisses déjà, partie du corps de celui qui aujourd’hui m’offre la douceur du toucher, la fougue de la jeunesse dans les parfums mélangés des élans du cœur et du sexe.

Mik.

mimi2

00:11 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

22/11/2006

Lettres 68 ( Lui et le monde...)

Cher ordi,

Bien avant que tu n’existes, j’ai fait partie de ceux qui veulent changer le monde. Toujours et encore, je m’y intéresse à ce monde, suivant d’assez prêt son actualité. Tu m’y aides d’ailleurs. Je ne peux le voir indifféremment, en sachant que mon intérêt ne change rien à sa marche si chaotique.

Quelques petits gestes peuvent juste être une goûte d’eau dans la mer, ainsi que par exemple favoriser le commerce équitable.

Puis, il y a ces petits gestes quotidiens. Un bonjour. Un sourire.

Mais qu’est-ce que tout cela, dans toute la misère qui nous entoure ?

Ce qui se passe chez WV indique une fois de plus un monde où l’économie domine tout, en oubliant l’humain.

Puis, moi,comme tout le monde je crois, je m’intéresse essentiellement à ma petite vie et à celle de mes amies et amis, en sachant pourtant que celle-ci dépend aussi, en partie, des petits et grands événements qui nous entourent.

Et ma vie, pour le moment, est toute envahie par cette amouritié qui m’offre la joie d’une sensibilité profonde.

Pas toujours facile d’en parler sans heurter ceux qui trouveraient cela facilement immoral.

Mais, il y a les amis, chez qui je peux ouvrir mon cœur, comme Muriel et Ludo, qui hier m’ont encore si gentiment fait partager leur table si chaleureuse. Et cerise sur le gâteau, Muriel m’a tourné une machine de pulls qui avaient besoin d’un bon petit lavage !

Amusant aussi de créer avec Muriel ce petit montage d’un regard qui représente le meilleur de mon monde ces derniers mois.

Merci à eux.

Mik.

mimi

 

00:08 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

21/11/2006

Lettre 66 ( séduction)

Cher ami ordi,

Hier on a encore beaucoup parlé de toi sur notre RTBF, à propos du débat sur la séduction.

Vrai que je t’avoue ne pas avoir vu les invités comme très séducteurs. Mon jeune ami me disait, avec justesse, que c’est toujours les spécialistes qui ont le plus à apprendre !!

Je reste persuadé que les plus grands séducteurs ou séductrices sont de toute façon celles et ceux qui ne veulent pas séduire…Sans pour autant ne pas veiller à un minimum de présentation et de soins.

Séduction par le net, voilà qui est bien de notre époque.

Mais vrai aussi, mon cher ordi, que tu ne seras jamais qu’un support de rencontres et que les premiers pas que tu nous fais franchir devront toujours être suivis d’un face à face, yeux dans les yeux !

Et je me souviens de cette première rencontre avec mon amouritié, de mon attente dans la voiture en me disant : viendra, viendra pas ?  lapin ou pas lapin ?

Et il a osé venir ce jeune avec lequel je dialoguais sur net depuis quelques mois.

Indéfinissable sans doute ce qui nous séduisait. Sans doute moi sa jeunesse, sa tête un peu vue en cam et en photo, mais j’en connaissais, moi le libertin, des minets et des beaux et des jeunes !! Mais lui, étrange, avait ce que les autres n’avaient pas...

Et pour lui, je ne sais toujours au juste ce qui a fait qu’il accepte la rencontre avec ce vieux à la tête de prof en retraite !

Nous voulons tout coder de nos jours.  Nous croyons plus que jamais au look.

Et bien moi, plutôt que d’aller me faire « relooker », je préfère jouer la sincérité des sentiments. Eux ne se laissent pas maquiller si facilement au risque d’être vite démasqués.

La séduction ? La meilleure reste d’être soi-même. Ce que l’autre aimera toujours ( ou pas) c’est ce que je suis et non ce que je veux être ou paraître.

Mik.

00:09 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |