mik dupont UA-70672535-1

27/03/2007

Parano?

J’avoue ne plus savoir que faire pour aider un ami. Vraiment pas facile et je crois qu’il est parfois préférable de prendre distance et  de laisser celui qui a besoin d’aide se confronter seul à la réalité. J’ai eu tort parfois d’être une espèce d’intermédiaire entre des personnes qui souffrent manifestement de troubles importants de la personnalité.

Sans vouloir être trop simplificateur, je ne sais si vous aussi, vous avez déjà été confronté à ce que nous pouvons nommé des « paranos ». Nous le sommes tous certainement un peu, mais certains dérapent et s’y installent. Rien à faire alors, sinon d’avouer son impuissance et de conseiller la cure thérapeutique.

En lisant un peu sur ce sujet je lis :

« Le délire paranoïaque s'installe de façon structurée et progressive selon un ordre bien spécifique, une forme de cohérence, et une clarté souvent communicable, de telle sorte que l'entourage peut parfois s'associer au délire. Enfin de façon également elliptique on relève la place essentielle occupée par les troubles de l'identité sexuelle clivés et par la non reconnaissance radicale (déni) de l'homosexualité dans la vie affective du sujet si on se place d'un point de vue psycho dynamique ».

Pas question pour moi d’entrer donc dans ce délire….

« Les personnalités paranoïaques se caractérisent par quatre traits fondamentaux qui entraînent à terme une inadaptabilité sociale :

1.         la surestimation pathologique de soi-même ;

2.         la méfiance extrême à l'égard des autres ;

3.         la susceptibilité démesurée ;

4.         la fausseté du jugement ;

On peut distinguer plusieurs états délirants dans la psychose paranoïaque constituée :

          le délire d'interprétation ; pour un paranoïaque, tout fait, même mineur, est considéré comme significatif de la justesse de son inquiétude.

          Le délire de persécution ;

          Le délire de revendication ;

Le délire de survalorisation (invocations de contacts répétés avec des personnes célèbres), »

Je retrouve là bien des caractéristiques tant de la mère que du fils qui est un ami.

Je sais déjà l’agressivité qu’il aura en me lisant. Qu’importe, j’avais besoin de ce coup de gueule et je n’ai aucune envie de poursuivre une relation qui puisse lui faire croire au bien-fondé de sa, de leur, paranoïa.

Mik.

01:03 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

pas facile du tout avec les délires de paranoia ...
Si non, moi je passais te dire à vendredi ... faut il passer te chercher avant??
gros grso bisous mon ami

Écrit par : petit peps | 27/03/2007

Bonjour, parfois il faut savoir fermer la porte avant qu'il ne soit trop tard...
Bisous
A+

Écrit par : SOLEDAD | 27/03/2007

bonjour mick,vous vous sentez pret à assumer leur mécontement? voir,entendre, leur incompréhension devant votre changement de comportement vis à vis d'eux?
bon courage ,vraiment,et tous mes encouragements..les djeuns disent "que la force soit avec toi" partagez là avec eux aussi..la confiance que cela peut etre mieux pour eux..
il me semble que si auparavant votre avis etait important et etait un peu une reference pour eux,,votre fermeté actuelle et votre position pour les diriger vers des soins ou des structures plus adaptées,peuvent vraiment etre un declic pour ces personnes.
en tout cas,ce n'est jamais facile de poser un cadre ou de donner un vrai retour (d'autant plus lorsqu'il s'agit de pathologie ) dans une relation.bravo à vous.
ils ont de la chance d'avoir un ami pret à les perdre pour leur avoir dit honnetement ce qu'il en est, ses limites et son impuissance à pouvoir aider et donner plus..un vrai cadeau ,parcequ'une vraie consideration de la personne en face.
se sentir démuni(e) est une souffrance aussi à ressentir qd quoi que l'on fasse rien n'aide ,ni ne soulage l'ami...
enfin jcrois bien.et c'est mon avis
bises mick

Écrit par : m. | 27/03/2007

Bonjour Mik Pas facile d'aider dans ces cas là , c'est même parfois impossible!
Pour répondre à ton com, oui c'est la réalité du jour et même de plus longtemps que ça!
Merci pour tes petits mots laissé à chacune de tes visites.
Bonne journée à toi
Bisous

Écrit par : baby | 27/03/2007

bonjour mick, Tu as raison de ne pas abonder dans leur sens, mais ça va être très dure pour toi. Je connais ça aussi, mais avec quelqu'un de plus proche qui est mégalomane.Souvent ils refusent de voir qu'ils sont malade et on ne peut rien faire de plus pour eux que de leur montrer qu'ils doivent se soigner. :-( Je te souhaite une très bonne journée, et à vendredi.

Écrit par : petite lune | 27/03/2007

et vlan ! :) bah t'as raison faut savoir s'éloigner de certaines personnes
bonne fin de journée ensoleillée :))
kisssss

Écrit par : bio | 27/03/2007

Hélas il y a des personnes que l'on ne sait aider malgré elle. le meilleur dicton n'est-il pas iades toi et le ciel t'aidera.. Désolé si je passe moins souvent mais je me suis fixé comme objectif de passer au moins une fois sur 7 jours. Mon dernier post chez toi c'était le 20 alolrs objectif rempli lolll. A vendredi je pense. Amitié

Écrit par : jicé | 27/03/2007

Bonjour Mik Tout d'abord, les conseilleurs n'étant pas les payeurs, (!) c'est à toi seul qu'il incombe de prendre une quelconque décision . Tu as la chance de te rendre compte de ce qui se passe, ce qui est loin d'être toujours le cas. Maintenant, à leur décharge, à la maman et à son fils, ils ne le font pas exprès : s'ils sont réellement tels que tu les perçois, c'est parce qu'ils sont malades.. Partir semble souvent difficile, voire impossible, et pourtant, c'est après que l'on recommence à vivre, crois-moi !
Néanmoins, peut-être le fils accepterait-il de suivre, par amour pour toi, une thérapie ?? Pourquoi, si tu tiens à lui, ne pas tenter le coup ? Qui ne tente rien n'a rien.. Pardon de cette intrusion dans ta vie privée mais tu soumets un problème, et par pure sympathie pour toi je laisse l'un ou l'autre avis.. tout simplement. Une dernière chose, rester pour se détruire, ou se faire détruire, ce n'est pas la solution, ça, nous le savons tous. Ici je me sens fort, car j'ai vécu exactement la même chose que toi. Je suis parti avant que ce ne soit moi qui devienne.. malade. Je suis seul et je suis vraiment heureux maintenant, sincèrement. Mais, dans tous les cas, ta situation ne va pas être des plus faciles.. Prends une décision, et tiens t'y à fond.. Te donne un peu de courage... Quelle que soit la direction à prendre, c'est le premier pas qui coûte... Bizz amical.
Indépendemment de ce qui t'arrive, j'ai trouvé ce post très interessant...

Écrit par : marc | 28/03/2007

Les commentaires sont fermés.