mik dupont UA-70672535-1

29/01/2008

Lettre276 ( Insécurité)

Cher ordi,

Grève des bus, de trains et voilà à nouveau que la recherche éternelle de sécurité face à la violence de certains cons reprend la une des faits divers.

Ah ben oui, augmentons les gadgets de sécurité pour nous mettre à l’abri des malfrats.

Caméras de surveillance, chauffeur entouré de plexi, etc.… avec en prime bien  plus de flics !

Illusion, illusion, comme dans la chanson. Le carburant est cher, on braque des camions citerne. Faudra t'il là aussi assurer la sécurité des chauffeurs et livreurs ?

Et si la cabine du chauffeur de bus vole en éclats par un pavé et si  la caméra se fait squetter par un petit bandit, faudra sûr réclamer une escorte de police pour suivre chaque bus et une équipe d’agents bien armés auprès des contrôleurs de trains !!

Tout cela, à mes yeux n’est qu’illusion, illusion.

La course au fric dans une société de plus en plus sollicitée par la consommation, l’argent facile, les sollicitations pour posséder le dernier cri fashion, les marques à la mode, le produit qui rajeunit, qui amincit et qui redonne jeunesse, les nouvelles peoples  qui étalent le luxe des lamborghinis, les paillettes des stars, les hôtels inaccessibles et tout cela par une population qui voit son pouvoir d’achat diminuer et les produits de premières nécessités augmenter dans une société qui n’a pas assez de boulot pour tous ( oui, oui, pas assez de boulots ou alors inadéquat pour la qualification ou non des personnes), tout cela ne favorise t 'il pas la délinquance?  Alors on nous bombarde tous les jours de faits divers violents. On veut plus de répression. Illusion, illusion. Faudra bien les relâcher un jour ces petits voleurs et ces gens qui n’ont aucun sens de la propriété d’autrui puisque souvent n’ayant eux aucune propriété. Et oui, les riches commençent à paniquer et les pauvres paient aussi la note.

Illusion, illusion de croire à la modernité des violences accrues.

La diligence était de plus en plus protégée comme aujourd’hui  nos camionnettes securitas bien blindées avec valises intelligentes. Les coupeurs de bourses sur les marchés moyenâgeux faisaient fureur et terreur.

Pas de recettes miracles donc. Il faut une combinaison de tous les moyens répressifs ou préventifs, mais avant tout accroître une solidarité sociale qui fera des quartiers autre chose que des ghettos à source de violence. Il faut de l’éducation au respect de l’autre. Il faut ne pas semer la panique et ne pas donner une espèce de reconnaissance publique à ces tarés qui ne demandent que publicité dans le mal comme d’autres la réclament dans le bien !

Illusion de croire à radier la violence par l’augmentation des places en prison. Les Etats policiers ne sont pas plus sécurisés que les nôtres. La peur du gendarme n’a qu’un effet éphémère.

Pas de solution en vue, sinon celle d’améliorer le sort matériel, culturel de toute une population en quête de paraître pour sembler être reconnue.

Alors, moi, les faits divers, les potins sur celui qui a fait le mal, la publicité des cours d’assisses, non merci. Ras le bol.

L’accent mis sur la violence n’a comme effet que de l’accroître ou de satisfaire le curiosité malsaine de nos aspects monstrueux qui se consolent en disant c’est pas moi, c’est l’autre…

Toute cette pub est dangereuse et ne peut être au service des plus fortunés qui mettront en exergue le vol du sac de la pauvre veille dame pour surtout renforcer la sécurité de leur fortune !

J’arrête mon coup de gueule, mais je ne veux pas voir ce grave problème par le petit bout débile de la lorgnette que d’aucuns nous proposent !

La violence dans l’histoire ne s’est accrue que quand l’écart entre les riches et les pauvres s’accroissait.

Amen.

Mik.

09:50 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

27/01/2008

Lettre 275 ( fin de we.)

Cher ordi,

 

Le week-end s’achève, avec l’absence de mon jeune ami qu n’a pu venir, mais avec un moment super sympa et amical avec Muriel, Ludo et Juju que j’avais invités à partager le repas de midi.

Et oui, Ordi, sais-tu que tu as été cette courroie de transmission de ces rencontres à la fois denses et simples.

Comme quoi le virtuel peut aussi aboutir à du réel solide et rempli de bons moments d’amitié vraie.

Merci mon cher ordi, mais surtout merci à celles et ceux avec qui le temps a la chaleur d’un soleil rayonnant en toutes saisons.

Mik.

18:50 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

25/01/2008

Lettre 274 ( premier deuil)

Photo :  ma grand-mère parternelle.

Cher Ordi,

 

Ta mémoire est immense. Un clic suffit pour atteindre une masse de données. Et bien moi, ces derniers temps, sans trop savoir ni vouloir pousser sur les clics du passé, il me revient par petites bribes éparses. Hier, c’était ce sirop d’érable et dans mon rêve de cette nuit, j’ai revu ma grand-mère paternelle.

C’est le premier deuil de ma vie d’enfant. Je devais avoir 7 ans. Première confrontation directe avec la mort d’un proche.

Je n’aimais cette grand-mère, la trouvais laide comme une sorcière. Elle ne m’avait jamais porté véritable affection. Elle avait toujours gardé une distance toute aristocratique et froide.

Elle était venue habiter chez mes parents pour vivre ses dernières années dans une chambre dont je ne retiens que des odeurs d’urine. Parfois je lui portais son plateau de repas, le déposais près de son lit, content de point soutenir longtemps son regard.

Je me souviens de ce jour d’école où mon frère est venu me chercher à midi en m’annonçant sa mort. Je me souviens de cette horrible chambre mortuaire dressée dans le bureau de mon père. De tous ces draps noirs ornés de broderies religieuses argentées, de ce grand crucifix de cuivre aux pieds de sa dépouille.  Il futt placé aussi près du buis avec eau bénite de chaque défunt dans ma famille. J’en ai hérité et il est dans ma cave. Etrange d'ailleurs, moi qui ai liquidé tout ce qui était meubles et bibelots de famille.

Elle me faisait encore plus peur avec ses mains croisées sur un chapelet de nacre, exposée là aux regards de la famille et d’amis qui défilaient pour venir présenter leurs condoléances.

Je n’ai vu ni mon père, ni ma mère pleurer.

Je n’ai alors retenu que ce qui me plaisait : le congé scolaire, la bandelette de feutre noire que j’allais porté sur mon petit loden beige et qui me distinguerait ainsi des autres petits copains.

Mais j’ai retenu aussi la privation de cinéma, de radio que, durant la période de deuil, je n’allais plus voir ou entendre.

Quelle époque ! Ceux de ma génération ont certainement connu toute cette liturgie désuète aux yeux du gosse que j’étais.

Je n’ai jamais connus mes grands-pères et je les imagine plus chaleureux et plus aimants que mes grands-mères. On idéalise toujours ce que nous ne connaissons pas.

Je ne sais pourquoi cette grand-mère revenait ainsi dans ma mémoire. Etait-ce parce que ma fille m’avait confié la sensibilité de ma petite fille face à la mort du père d’une de ses petites copines ?

Ah, cher ordi, notre mémoire n’a rien de comparable avec la tienne. Elle avive ou efface certainement nos divers traumatismes. Je la voudrais sélective. Je voudrais ne cliquer que sur les nombreux moments heureux qu’elle a enregistrés et lui barrer à jamais les touches des instants où je n’ai pas aimé et n’ai pas été aimé.

Mik.

18:11 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

23/01/2008

Lettre 273 ( sirop d'érable)

sirop érable
Cher Ordi,

 

Je cherchais un pot de confiture. Dans mon armoire, bien au fond, je tombe sur une boîte à conserve de sirop d’érable.

Je ne me souvenais plus de sa date, ni au fond pourquoi j’avais emmené cette boîte dans les colis de déménagement, il a plus de 4 ans je crois. Pourquoi n’avais-je jamais consommé cette eau d’arbre légendaire ?

Peut-être pour garder une espèce de parfum amical de cet ami qui me l’avait offerte en ligne droite de son Québec.

J’ai laissé cet aliment tonique dans sa conserve.

L’amitié est parfois, elle aussi, cachée sous notre écorce et parvient avec le temps à monter pour offrir l’énergie suffisante pour s’exprimer ou se taire.

J’ai probablement voulu récolter trop vite cette eau amicale, la confondant d’ailleurs avec la sève.

Mais voilà, cette amitié fut grande. Elle s’est complètement évaporée, mais il en reste quelque chose, comme dans toutes nos rencontres importantes.

Pour obtenir le sirop que je viens de redécouvrir, il ne faut ni trop, ni trop peu d’évaporation. Car si le sirop est trop dense, il va se cristalliser. Et, s’il est trop liquide, il risque de fermenter.

Comme dans l’amitié, cela donne des qualités différentes de couleurs et de goûts.

J’ai ouvert enfin cette boîte, arrosé mon pain de ce sucre délicieux.

Et j’ai repensé à cet ami lointain d’Outre-atlantique, me réjouissant bien plus de la douceur offerte par mon jeune ami d’aujourd’hui, sans rancune envers celui d’hier, que celle qui se collait un peu aux lèvres.

Ainsi coulent années. A nous de laisser échapper sous nos carapaces, sous nos écorces, le sucre qui adoucit la souffrance et nous offrent des moments heureux.

Mik.

22:43 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

22/01/2008

Lettre 272 ( Je ne suis pas plus malin qu'un enfant de primaire)

ecole
Cher ordi,

Qu’est ce que je me suis amusé à me trouver con hier en regardant pour une première fois l’émission de divertissement familial sur RTL «  Etes vous plus malin qu’un enfant de primaire ?».

Et bien non, je suis bien plus con !

Confronté aux matières abordées : Les sciences naturelles, le calcul, la géométrie, la conjugaison, l'orthographe, les problèmes, la grammaire, le français, la géographie, l'histoire… je ne savais  répondre correctement qu’aux questions de français !

Je battais cette dame à qui ont demandait, par exemple, comment se nommaient les … et qui répondait : points d extension au lieu de points de suspension ! Par contre en plein dans la lac à la question combien de litres dans dm3, et alors que la candidate répondait 100 litres, j’aurais dit 10 litres au lieu de la réponse correcte de 1 litre ! Et ainsi de suite.

Dans ce jeu, les enfants âgés de 10 à 12 ans jouent le rôle d'appel à l'aide. Ils sont 5 en plateau et le candidat choisit l'un d'entre eux, à tour de rôle, pour l'aider. Un enfant joue pour 2 questions, ensuite le candidat doit en choisir un autre.

Et bien bravo à eux, bien plus forts en tout cas que ton élucubrationiste !!

Mik.

12:36 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

21/01/2008

Lettres 271. (folles illusions!)

folles illisuions

Cher ordi,

 

Ola la, quel week-end ! Et sans toi, excuse-moi…

Vendredi, ai été fêté l’anniversaire de François au cabaret nouveau  à Liége « folles illusions » qui est bien beau et mériterait plus de succès qu’actuellement.

Retour aux petites heures…

Samedi, journée magnifique avec mon préféré et mon « amouritié », en compagnie à midi du même François venu partager la fondue bourguignonne.

Le soir, enfin la nuit je tentais de rejoindre François à la disco «  Open », mais sans succès car il était trop tôt : minuit !

On n’a plus 20 ans, j’avais bien besoin d’un dimanche de repos.

Que j’ai de la chance d’avoir tant d’attachement pour mon « amouritié » qui m’entoure si bien et me communique une jeunesse toute remplie des joies du cœur et du corps ! Je suis certain que lui n'est pas une folle illusion!

Voilà, mon cher ordi, sorry d’être moins passé chez mes amis blogeurs.

Mik.

 

21:45 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

19/01/2008

Bon anniversaire à François.

Il est de ceux qui ont une trajectoire originale, avec à la fois beaucoup de joie et beaucoup de souffrances d’enfance.

Il est de ceux qui veulent avoir plein d’étoiles dans les yeux et ne découvrent que trop de feux d’artifices.

Il est ceux qui voguent, surfent sur un océan d’espérance et trouvent peu d’intérêts en terre ferme.

Il a mon amitié inconditionnelle qui tente de deviner ses espérances et ses naufrages.

Mik.

bon anniversaire françois
Marrakech 2005 029 francois(1)

22:32 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

18/01/2008

Lettre 270 ( ordi et amour)

fond écran ordi
Cher Ordi,

 

Parfois je me demande si tu n’es pas chez plus de personnes que je ne croyais une espèce de palliatif à un manque d’affection et d’amour. On déverse alors sur toi tout le manque.

Je comprends cela et ne peux que croire alors à ta nécessité de pouvoir aider celles et ceux qui mettent en mots leur ressenti ou le cachent dans cette passion d’écrire, comme un peu un plaisir de masturbation. Et j’ai rien contre…lol.

Je sais aussi que tu es instrument de rencontres et certainement que pas mal de couples se forment grâce à ton intermédiaire. A temps nouveaux, nouveaux modes d’échanges.

Je regrette cependant l’abandon de blogs que j’aimais parcourir, dès que la personne a trouvé autre passion, nettement plus essentielle il est vrai !

Pour ce qui me concerne, j’aime m’exprimer, écrire, que je sois en amour ou non…

Il n’empêche que parfois, comme vous je suppose, j’ai une certaine lassitude et aucune inspiration. Et pourtant, nous avons tort de penser que nous n’avons rien à dire. Il y a toujours, cher ordi, un sentiment, un sujet, une chose, une actualité ou que sais-je, à exprimer via ton clavier, soit pour partager ou aussi parfois et très utile parce que en cherchant à mettre des mots on s'éclaire soi-même.

Ah cher ordi des temps d’aujourd’hui, te voilà bien mis à toutes sauces. La meilleure reste celle qui a la saveur du plaisir de rencontrer et d’aimer.

Mik.

00:14 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

16/01/2008

Lettre 269 ( La vie en plus)

Cher ordi,

 

Su tu es un ami où chacun peut trouver ce qu’il cherche, soit de la distraction ou alors de quoi alimenter son esprit, la TV reste aussi un instrument de loisirs et de culture.

Evidemment, il y a de quoi choisir. Mais j’avoue que souvent je suis satisfait de notre chère rtbf qui, bien que critiquée, équilibre assez bien culture et loisir.

Ainsi hier, j’ai, à nouveau, apprécié l’émission «  la vie en plus », après d’ailleurs  celle de « question à une » qui traitait intelligemment des arnaques sur le marché de la voiture d’occasion et du marché américain qui éclaire combien les lobbys pétroliers sont influents sur les décisions politiques.

« La vie en plus » abordait le sujet délicat de la schizophrénie et des maladies mentales.

Nous avons pu voir combien nous véhiculons encore une image négative de ces malades qui n’en demeurent pas moins des êtres humains qui d’ailleurs nous ressemblent bien plus qu’on ne croit. Qui de nous  distingue toujours  la réalité au fantasme ? Qui de nous peut dire contrôler toujours ses émotions ?  Anxiété, angoisse, sont souvent au rendez-vous d’une majorité d’entre nous.

Heureusement, nous avons la chance que ce 1% de la population schizophrénique n’a pas, celle d’avoir la capacité de gérer nos incohérences et de ne pas nous couper d’une vie sociale et familiale.

Mik.

P.S. Je ne résiste pas à reproduire ce qui m'a amusé, parce que assez vrai, cette image plus parlante qu'un long discours sur ce que peux être la schizophrénie raciste et ce sur le site http://passe-temps.skynetblogs.be/:

ChantierWallon

 

23:49 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

15/01/2008

Aimer à perde la raison ( version gay)

10:57 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |