mik dupont UA-70672535-1

18/04/2008

Lettre 310 ( Expo 58)

expo58-ambiance_covercol_180nb
Cher ordi,

 

Ah tu n’étais pas né toi en 1958 ! Moi, j’avais 13 ans… L’époque était celle de l’optimisme, celle où nous croyions au bonheur futur apporté par les progrès galopants de la technique.

Et nous voilà, cinquante ans après, fêtant l’Atomium et cette fameuse exposition universelle de Bruxelles.

Mes souvenirs sont à la fois précis et vague... Du fond de ma campagne natale que j’allais quitter l’année suivante avec grand chagrin, Bruxelles paraissait bien loin. Je crois avoir été le seul de ma famille à me rendre à cette exposition. Y suis allé en train ou sur l’arrière de la moto du vicaire de mon village qui m’y emmena ? Je ne me souviens plus. Je me souviens seulement avoir logé chez la sœur de celui-ci.

Et c’est là que le croisement de l’actualité me fait sourire et m’atteint dans mon intimité passée. Et oui : Expo 58 et voyage du pape aux USA, dénonçant enfin la honte de l’église d’avoir caché de nombreux prêtres pédophiles. C’est que l’abbé si bon m’avait sans doute emmené à cet Expo en récompense ou dans l’espoir de profiter encore de mon corps juvénile !

J’ai retenu sa mauvaise humeur tout au long de cette visite extraordinaire. Etait-ce parce que il n’avait pu me rejoindre dans cette chambre bruxelloise ? Je l’y attendais, dans le secret qui m’était imposé par ma culture et mon éducation, ne comprenant pas trop des attouchements qui parfois me plaisaient mais me faisaient mal aussi. Je tenais cependant aux nombreux privilèges que ce pédophile m’offrait et en sachant plus ou moins consciemment que le prix à payer était l’acceptation de ses caresses intimes et pénétrantes.

Je n’ai jamais dramatisé ce qui pourtant a sans doute influencé ma future sexualité adulte.

Nous avons tous nos traumatismes d’enfance, même si l’abus sexuel fait aujourd’hui la une en masquant encore trop d’autres aussi profonds.

Expo 58, tout un avenir qu’après cinquante ans nous découvrons avec ses bonheurs et ses limites, voire même avec un progrès qui a fait perdre bien des valeurs tout en apportant d’autres. Je ne suis jamais un nostalgique. Je me pose seulement aujourd’hui la question d’un avenir qui s’annonce plus gris que prévu. Le libéralisme et le capitalisme ont atteint leur limite dans l’apport du bonheur humain. La consommation et ses bienfaits vont certainement en prendre un coup avec les hausses du pétrole qui ne va pas cesser et les grands économistes nous prédisent une crise sans précédent. Le seul bienfait à y voir sera sans doute un retour aux valeurs de l’être plutôt que celles de l’avoir. Par contre, je ne crois plus aux valeurs des dogmes, qu'ils soient religieux ou autres et le fondamentalisme moral qui semble chez certains de retour ne me plait pas du tout.Je le trouve aussi dangereux que celui qui a voulu nous faire croire que la science pourrait tout nous apporter...

Bon week-end à toutes et tous.

Mik.

16:13 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

Commentaires

bonjour il y avait l'espoir en ce temps là, maintenant qu'attendons nous.

Passe un agréable week-end,

mille bisous

Marie

http://refletsdamour.skynetblogs.be

Écrit par : Marie | 19/04/2008

si mes souvenirs sont bons .. je dois avoir passé 5 à six journées à l'Expo58. Tout y était trop onéreux ..
.. pour revins .. faute d'inattention et d'imparfait datylographe. merci de me l'avoir signalée .. à charge de revanche .. "le prix à payer" à préposition et payer infinitif .. le prix à devoir payer ..
je sais que nous en faisons tous beaucoup .. mais cela importe-t-il !!!! ????
J'ai connu trop jeune le sexe mais avec une femme de 30 ans mon ainée ..
ma mère ayant eu l'idée de me faire donner des cours d'allemand chez une germaine qui avait épousé un militaire belge. Je n'avais que 15 ans.
en toute amitié ..
et bon week end

Écrit par : aramis-echotier | 19/04/2008

hello a l'arrière de la moto pas très confortable !!!! lolllll un peu plus vieux que moi j'en ai gardé pas mal de souvenirs nous étions bien souvent avec ma mère et mon beau-père en vespa moi au mileiu !!! vilvorde bruxelles ça pouvait aller...époque pleines de nouveautés mais la crème est retombée bien bas !!!! le capitalisme devient un grand malade et la son seul salut sera la mort !!! tout à une fin !!! non pas triste !!! la roue tourne...je sais que mes comprimés seront encore valables quelques mois je mange bien du yaourt périmé lolllllll m'en fou de toute façon !!! viva la vida bye bye

Écrit par : nays | 19/04/2008

Bonjour Mik, j'ai lu ta visite de l'expo, mais mon attention a été retenue par une chose qui à du te faire souffrir quand même 13 ans c'est jeune pour subir ce genre de chose. Je pense que ça a du être difficile pour toi de grandir et vivre avec ça. Quelque part ce n'est pas juste... je t'embrasse, amitié.

Écrit par : rita | 19/04/2008

Hello Mik Je passe te dire merci pour tes visites sur le blog et voir comment tu vas et comment tu te portes - j'espère qu'on aura l'occasion de se rencontrer à nouveau un jour autour d'un verre lors d'une rencontre blogueurs par exemple - bcp d'entre vous me manquez bcp mais mon manque de temps et mes soucis de santé ne me permettent plus d'être présent comme avant et de participer à presque tout comme avant et je le regrette.
J'ignorais pour cette expérience traumatisante de jeunesse relatée ici et je suis heureux que l'Eglise a enfin franchi le pas de ne plus cacher, de dénoncer et de sanctionner les prêtre pédophiles eux qui de par leur fonction ont souvent autorité sur des enfants et a qui des enfants seront aussi parfois enclins à aller se confier et à faire confiance, c'est d'autant plus grave.
Recois toute mon amitié cher Mik et à ??? j'espère bientôt.

Écrit par : chaparal | 19/04/2008

Mai 58…j’avais 4 ans Je vivais au Congo
Mai 58…c’est ce qui figure au bas de l’indulgence plénière que le curé de notre petite communauté avait obtenu pour moi…et pour d’autres enfants du poste.

Ce n’est que dans les années 90 que j’ai appris par lui, qu’à cette époque, ils étaient 3 curés.
Le premier avait des relations avec les femmes noires, le deuxième aimait les petits garçons (mais, ils sont moins durs que les petites filles, ils oublient plus vite) et lui, il ne se refusait pas les femmes européennes.

Ce curé est mort à présent.
Il a refusé de répondre aux questions que je me posais sur mon « avant mes six ans » mais m’a raconté tant de choses incroyables qu’il m’a fallu beaucoup de temps avant de « digérer ».

Cette indulgence plénière, un document qui leur donnait finalement bonne conscience (aux curés et …à ceux qui savaient…) j’ai failli le brûler plusieurs fois.
Je l’ai toujours, et de temps en temps j’en parle…

Ah les blogs…ce qu’ils nous permettent de communiquer !
Merci pour ce post dans lequel tu te découvres simplement et sans haine; post qui me permet de m'ouvrir à mon tour

Bises à toi et bonne fin de week-end

Écrit par : Brigitte | 20/04/2008

Hello Mike Mais que dire d'un traumatisme causé par un proche. Il reste des séquelles pendant toute la vie même si on oublie ou si on fait mine d'oublier.
Bon dimanche sous le soleil =)

Écrit par : manureva | 20/04/2008

Bonjour Mik... J’espère de tout mon cœur que tu vas bien ce matin, je passe te souhaiter un merveilleux dimanche, plein de joie et de bonheur…
Toute les plaies même celle du cœur finissent toujours par guérir mais il reste toujours une cicatrice pour s'en souvenir!

Écrit par : Chadou | 20/04/2008

Bojour Mik ... Moi, l'Atomium... ça me fout les boules !!!
Je te souhaite une excellente soirée l'ami.
Jean-Pierre

Écrit par : L'esthète | 20/04/2008

Les commentaires sont fermés.