mik dupont UA-70672535-1

30/05/2008

Lettre 324 ( Stacy et Nathalie)

e-justice1a
Cher ordi,

 

Même si je ne veux juger personne, trop conscient de la complexité et de la fragilité humaine, je ne peux m’empêcher de regretter la politique spectacle qu’offrent de plus en plus les grands procès.

Nous ne pouvons avoir que de la compassion pour les parents des petites victimes lâchement et brutalement assassinées par des personnes dépourvues de tout sens moral et même d’humanité tout simplement.

Mais comment ne pas se scandaliser aussi par certains parents qui semblent se prêter au jeu des caméras et  faire ainsi valoir leur peine, certainement sincère, mais manquant totalement d’une dignité élémentaire. D’autant plus quand le comportement parental n’est pas sans reproche non plus.

Je ne suis pas opposé, dans des cas rares, à des peines incompressibles pour des crimes odieux. Si la rédemption des comportements, fussent-il odieux, doit prévaloir, il en est qui ne méritent point que la justice la leur accorde.

Il est toujours sage de ne point se laisser emporter dans l’immédiateté des émotions. J’essaie de le faire, même quand cela n’est pas facile.

Je retiens en tout cas que tout ce déballage médiatique ne sert pas à grand-chose. La loi doit bien sûr être communiquée si elle veut remplir sa fonction. Cependant, je crains que la façon actuelle de montrer le fonctionnement de la justice ne serve pas très pédagogiquement la raison. Créer l’émotion est évidemment plus simple, mais ne répond en rien au but du droit qui se veut régulateur et harmonisateur des liens sociaux.

Au vroum vroum des motards amis de Monsieur Lemmens, j’aurais préféré le silence en mémoire des petites, un silence porteur d’éternité.

Les pétarades, le cri de ces motards certainement de bonne volonté, ne serviront à rien. Qu’on arrête le cinéma de la douleur pour projeter sur l’écran réel de la vie ce qui peut être améliorer. Mais restons lucides en sachant l’impossibilité d’éliminer à  tout jamais de nos sociétés des individus pour qui l’autre n’est qu’un objet.

Mik.

22:46 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

28/05/2008

Lettre 323 ( la caverne informatique)

ordisoleil

Cher ordi,

 

En me replongeant dans l’histoire de la philosophie pour toujours aider mon jeune étudiant indien (qui vient de réussir je crois son examen de méthodologie juridique pour lequel j’ai passé tant d’heures avec lui), je suis toujours surpris, voire scandalisé, de voir que les cours de philo ne font pas partie des études secondaires dans notre pauvre pays ! Quel gâchis. Comment comprendre et construire notre avenir sans tirer des leçons de 3000 ans…

Et je pensais à toi, mon cher ordi, en relisant l’allégorie de la caverne du cher Platon.

La génération internet devient de plus esclave de toi, comme ces prisonniers dans la caverne. Enchaînés et fixés sur ton petit écran, comme les personnages de Platon l’étaient devant le mur de la caverne, ils ne voient aussi que des ombres qu’ils finissent par confondre avec la réalité.

Platon fait alors sortir un prisonnier qu’on force à regarder la lumière. D’abord ébloui, il préfère regarder les ombres qu’il connaît.

Un peu comme si l’internaute préférait aussi rester dans l’illusion du virtuel !

On le force à sortir de la caverne, comme si on forçait le jeune virtuel à quitter son écran et à regarder la vraie vie. La découverte lui brûle les yeux et ce n’est que lentement qu’il découvrira la clarté de lune, des étoiles et surtout qu’il parviendra à repérer les êtres qui l’entourent.

Oh, je me garderais de t’assimiler au mal, cher ami ! Mais je me méfie aussi de toi, dans la mesure où tu me ferais perdre le sens de la réalité et m’enfermerais dans cette caverne de notre siècle !

Tu as aussi de grandes qualités dont la moindre n’est pas celle qui nous fournit des idées à prendre, à laisser ou à discuter.

Ah le monde des idées ! Et oui, triste souvent est de constater que pas mal de monde n’en n’a plus ou peu, sinon celles de la météo, de ce que nous bouffons, etc. Bref des besoins primaires, utiles mais qui ne comblent pas notre besoin d’être des humains, donc des êtres pensants!

Suis-je ringard ? Peut-être, mais je persiste et je signe.

Le vivre ensemble demande réflexion et je me demande si son manque d’aujourd’hui n’est pas la principale source des maux  dont souffre notre société, mais aussi beaucoup de gens en particulier. L’ignorance, voilà bien la source du mal-être de beaucoup.

Réfléchir demande un minimum de références, ce que beaucoup n'ont plus ou n'ont jamais eu. On ne peut sucer la réflexion de son propre pouce!

J’ai gardé mon attrait, ma soif de connaître et plus je sais, comme disait Gabin qui n’a rien d’un Platon, plus je sais que je ne sais rien et ça je le sais !!

Vive celui qui sait être riche de réflexion plutôt que celui qui croit être riche de l'avoir! Héhé, oui je me sens légèrement riche mais pas encore assez...

Mik.

10:11 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

25/05/2008

Lettre 322 ( Indiana Jones IV)

indiana jones
Cher ordi,

 

Les we sont pour moi un moment de grand plaisir, celui d’une grande complicité inter générations. Il était temps, cher ordi, que non seulement je quitte un peu ta source d’information mais également que mon pauvre esprit, mis à rude épreuve pour aider le jeune en droit, se repose un peu !

Alors, bien que pas ma préférence, je me suis « tapé », emmené par mon jeune ami, un film qui ne réclame pas réflexion et entraîne notre vue et notre esprit dans le fantasme de l’aventure invraisemblable et fabuleuse de Indiana Jones IV. Tous les ingrédients d’un film d’action à l’imagination débordante. Un comte moderne où il ne faut pas trop chercher une critique, même allégorique, de la période de la guerre froide entre USA et URSS. Oh, bien sûr, la peur du communisme, de l’atome, des fourmis géantes, des perversions spirituelles et des invasions font appel à des réalités passées ou présentes, mais ne sont que prétextes à un script qui veut divertir, étonner et rester dans la ligne de cette saga à succès.

Le film m’a bien plu et projeté dans le nouveau cinéma «  sauvenière » de Liége, inauguré ce mois. Grand confort des salles et des fauteuils super confortables où il faut des films qui ne favorisent pas le sommeil !

Bon début de semaine à toutes et tous.

Mik.

19:05 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

22/05/2008

Lettre 321 ( les mots)

Mots%20dits
Cher ordi,

 

Je t’écris donc très souvent. Et je t’écris évidemment avec mes mots, mes phrases.

A première vue, il me semble que je me fais comprendre. Je savais évidemment que cela était très relatif, vu le sens que peut donner chacun à tel ou tel mot.

Cela m’est évidemment confirmé en aidant, comme je le fais, le jeune étudiant en droit.

Vous me direz : oui mais on connaît : «  les avocats ont l’art de couper les cheveux en quatre » !

Et bien pas du tout. Réfléchissez bien. Même pour ce qui parait évident et simple, cela ne l’est absolument pas. Oh bien sûr pour ce qui des objet, c’est plus facile : un cendrier reste un cendrier, mais quand je vous demanderais d’imaginer la forme de cendrier que vous concevez en fermant les yeux, les uns verront un cendrier ovale, l’autre rond ; un le verra avec cigarettes, l’autre sans ! Là ce sera sans grande importance. Mais si je parle de bonheur, d’amour, voilà qui va devenir bien compliqué et prêtera à bien des définitions, à bien des associations. Les uns y verront romantisme, les autres passions, etc… allant dans des descriptions qui de toute façon ne cerneront jamais la vérité dans sa totalité.

Arrête ton char, me direz-vous : ne vas pas chercher midi à 14h !

Et bien non, sans chercher à compliquer dites-moi ce qu’est un chien. Nous serons vite assez d’accord, mais si je vous dis : chien méchant, voilà qui va varier d’une personne à l’autre ou du moins d’un groupe de personnes à un autre groupe.

Et oui, mon cher ordi, le cerveau humain c’est autrement plus compliqué que tes contacts et ta mémoire….

Pensez que parler avec les mêmes mots qu’un autre me le fait bien comprendre est sans doute la plus grande illusion qui soit ! Et je ne parle pas de l’histoire personnelle, du contexte historique, sociologique, etc. qui influence notre pensée et donc le sens des mots que nous employons.

Comment ça ? me direz-vous. Et bien un bête exemple : voir une femme en monokini sur une plage ne semble plus du tout contraire aux bonnes mœurs. Cela n’a pas toujours été le cas ! Ou encore si je dis parents actuellement, cela ne répond plus nécessairement à l’image, à l’idée que j’avais de papa et maman vivant ensemble. Les familles recomposées en ont modifié la pensée.

Bref, quand j’entends les jeunes dire de plus en plus : c’est clair, et bien non, rien n’est clair et ce n’est pas en l’affirmant que cela rend clair. Et je vous passe les «  c’est cool », car quand vous leur demanderez ce que cela veut dire, ils auront bien de la peine de vous répondre ce que c’est exactement…

Bon, je crois mieux comprendre pourquoi la parole est d’argent et le silence d’or. Je me tais !! lol.

Mik.

 

motus_mini

21:43 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

21/05/2008

Lettre 320 ( fini de consommer?)

Cher ordi,

 

Tu fais sans doute partie de ce que nous nommons : «  bien de consommation ». Je te consolerais en te disant que pour moi, tu es quand même devenu un bien presque de première nécessité. On ne peut pas dire pour autant que tu es bon marché.

Voilà qui m’amène à parler de la problématique actuelle dont tout le monde parle : le pouvoir d’achat !

Le prix du pétrole, des matières premières et agricoles va-t-il nous obliger à changer profondément notre manière de vivre ?

Je le crois. Et cela aura un effet sur la nécessité de revoir notre système de valeurs.

Les années dorées de « l’avoir » semblent bel et bien s’éloigner. Non seulement nous devrons parler moins de celui-ci pour parler plus de « l’être ». Bien vivre ne se résumera plus à « acheter » ou « consommer ».

Nous ne reviendrons sans doute pas à l’époque ou le nécessaire était parfois vu comme un luxe, du moins je l’espère, mais les valeurs accordées au superflu risquent d’être très secouée ! Un mal ou un bien ?

Mik.

19:28 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

18/05/2008

Lettre 319 ( Piaf)

edith-piaf-vie-rose-noir
Cher ordi,

 

Et oui, encore un we sans toi ou presque. Vrai que si tu es bon compagnon, je préfère de loin être avec mon jeune ami.

Une superbe soirée de samedi. Un spectacle de très bonne qualité que celui vu dans la belle salle du Forum : Piaf, une vie en rose et noir.

Comment la fille d'un acrobate des rues, née boulevard de Belleville et qui a grandi en vivotant dans les bouges de Pigalle, est-elle devenue une interprète célèbre dans le monde entier , dont la voix et les chansons touchent aujourd'hui plus que jamais un large public ?
Comment sont nés "La vie en rose", "L'hymne à l'amour", "Milord" ou "Non, je ne regrette rien" ? Comment a-t-elle survécu en connaissant la misère dans les cours des immeubles de Belleville et les
bars de Pigalle ? Comment Edith Gassion est-elle devenue "la Môme Piaf", puis "Edith"? Comment a-t-elle rencontré Marcel Cerdan avant de vivre avec lui un amour entré dans la légende ? Que lui doivent Yves Montand, Charles Aznavour , Georges Moustaki et beaucoup d'autres ? Comment a-t-elle brûlé sa vie en multipliant les spectacles jusqu'à épuisement, en dépit des avertissements des médecins lui demandant de se ménager ?

Le concept de ce
spectacle est inédit et novateur : Jacques Pessis évoque la carrière de l'artiste au travers d'anecdotes et de dates clés de sa vie. Nathalie Lhermitte jalonne le récit avec des chansons immortelles, accompagnée en direct par Aurélien Noël à l 'accordéon. La mise en scène vivante de Rubia Matignon souligne l'interaction entre conteur, chanteuse-comédienne et musicien, et fait intervenir le public.

Et nous terminions la soirée dans un cabaret gay, où là mon ami, pour une première fois, pris par l’ambiance gaie plus que gay encore se déchaînait après quelques bonnes bières pour finalement se retrouver pour danser sur le comptoir et… en boxer !! Chaud, chaud…

Regards concupiscents des blondes et de mecs qui m’enviaient certainement. Lol.

C’est qu’il est  beau, dirait Piaf, mon légionnaire !

Et voilà, encore du bon temps qui me fait dire : non, rien de rien, non je ne regrette rien…

Mik.

20:47 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

17/05/2008

 

Site en français

09:29 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16/05/2008

Lettre 318 ( neurones vieillisants...)

Cher ordi,

 

A l’heure où des tas de tes amis désertent ton clavier,me voici essentiellement en ta compagnie, mais non pour communiquer avec mes amis blogueurs ou encore dialoguer sur MSN, mais bien pour chercher documentation juridique et philosophique.

Un voisin, jeune indien, m’a demandé de l’aider pour étudier la matière bien complexe d’un cours d’histoire de la philosophie et du droit naturel, ainsi qu’un cours de méthodologie juridique.

Elle est bien loin ma formation philosophique, dont je n’ai pratiquement rien retenu, sinon qu’elle a formé mon esprit à jongler plus facilement avec la raison et des concepts.

Je m’aperçois de la difficulté de faire comprendre une matière dont le pré requis exige une bonne connaissance de notre langue.

Saisir le sens de chaque mot est bien moins évidente que nous ne pensons. Et que dire que de la compréhension d’une phrase  et des rapports entre elles.

Pas facile de comprendre une situation, une personne, un objet, une idée, une matière sans pouvoir la conceptualiser. Se détacher du concret pour mieux les cerner, les séparer de notre perception immédiate, de notre expérience personnelle, pour l’analyser, voilà la base de la démarche intellectuelle qui n’est pas innée mais le résultat d’un vrai travail de la pensée.

Me voilà donc aux prises avec mes neurones vieillissants.

Je ne vais pas me plaindre. J’aime réfléchir et communiquer mon petit savoir.

Je crains cependant que ce jeune homme bien sympathique puisse réussir sans ce pré requis de la connaissance de notre langue. Et je constate, une fois de plus, que sans avoir fait de grec et de latin, il est pratiquement impossible de bien maîtriser le sens des mots. Ceci est déjà vrai pour un langage courant, alors faut pas demander quand vous allez devoir parler d'épistémologie, de transcendance,d'empirisme, etc!!!!

Mik.

15:38 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

12/05/2008

Lettre 317 (fidélité canine)

labrador2
Cher ordi,

Je ne sais si tu reconnais mes doigts. Que resteras t’il de nos échanges ?

Par contre, je puis t’assurer que ce we, j’ai encore pu constater combien la mémoire d’un chien, si elle n’est pas aussi ample et  sophistiquée que la tienne, est fidèle et reconnaissance.

Je retrouvais ma chienne Labrador que j’avais offerte, il y a quelques années, à ma nièce. Je savais qu’elle y serait bien traitée et soignée.  C’est toujours avec joie que je la retrouve en pleine forme.

Dimanche, je suis allé la promener avec mon jeune ami. Etonnant de voir qu’elle lui refusait la friandise offerte, alors qu’elle l’acceptait dans ma main ! Il ne fallut cependant longtemps pour qu’elle adopte mon ami lors d’une ballade en forêt.

Quelle joie de la voir replonger dans un grand étang (prouvant ainsi que ce chien à l’origine n’est pas fait pour orner les canapés…). Nous en aurions bien fait autant.

Un animal vous rend toujours ce que vous avez donné. La complicité alors demeure et des années après, il vous reconnaît et vous fait encore la fête.

Je quittais alors avec un petit pincement au cœur cette brave chienne, tout en sachant que sa vie à la campagne était bien plus agréable que celle qu’elle aurait connue dans mon petit appartement.

Mik.

labrador

19:35 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

09/05/2008

La fête des mamans

Elle me manque maman. Peut-être aurais-je voulu plus entendre d’elle des « je t’aime », plus que les nombreuses fois où elle m’exprimait cet amour par «  je suis fière de toi » !

J’ai toujours eu peur de lui faire mal et c’est une erreur car une maman vous aime toujours parce que vous êtes son enfant, sage ou pas sage !

Et puis, je voudrais dire à toutes les mamans: restez aussi des femmes et pas que des mamans.

J’ai souffert de voir ma mère dans son rôle exclusivement de mère au foyer (faut dire que nous étions sept enfants).

Mais on ne refait pas l’histoire et nous nous sommes aimés dans une époque et une tradition.

J’ai la chance que la mère de mes enfants soit merveilleuse pour eux et mène sa vie de femme de façon enrichissante. Mon divorce d’avec elle n’a jamais empêché une bonne entente et comme je suis gay, elle restera, parmi les femmes que j’ai connues, la seule que j’aurais probablement aimée vraiment (pour autant que nous sachions ce qu’est aimer vraiment).

A Toutes les mamans, à mon ex, mais aussi à ma fille qui en est une merveilleuse, je leur souhaite épanouissement et bonheur dans un quotidien qui n’est jamais simple à gérer.

Et à la mienne, moi qui ne crois point dans un au-delà, je crois que m'en souvenir est une façon mystérieuse et réelle de la faire revivre en lui disant: maman tu vis encore en mon coeur qui te dit merci pour m'avoir donner ta fête et celle de la vie.

Mik.

carte6

23:39 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |