mik dupont UA-70672535-1

02/01/2009

Amitié et blogosphère.

blog

Cher ordi,

Ton monde ressemble fort à celui de nos rencontres et amitiés. Les blogs inscrits et lus viennent et disparaissent, parfois réapparaissent. Des amitiés se nouent, se dénouent, disparaissent ou réapparaissent au fil du temps. Vous êtes quelque temps comme le centre premier d’intérêt puis sans trop savoir le pourquoi, on n’a plus le temps de parler, de se rencontrer, d échanger, sinon quelques civilités un peu obligées.

Les amis fidèles, nous le savons depuis longtemps, restent perles rares. Ce n’est d’ailleurs pas toujours ceux qui s’emballent, se montrent les plus attentifs et dévoués qui sont nécessairement ceux qui resteront longtemps.

Mêmes si déçus bien des fois, je ne juge évidemment pas. Ils ont leurs raisons. Peut-être arrivons-nous dans leur vie quand ils se sentent en manque et notre présence, à un moment ou à un autre, n’est plus nécessaire. Leur manque est autrement comblé. Nous ne sommes pas ou plus la personne qu’ils espéraient pour les combler.

Point besoin de jeter la pierre. Entrer vraiment dans la pensée, le cœur et l’agir de ceux que pensons connaître est plus complexe qu’en apparence. Personne n’est à l’abri de ce genre de situation.  Les contraintes, les espérances et attentes de la vie se bousculent et empêchent souvent de suivre un itinéraire que nous croyions  pouvoir sincèrement mieux partager.

J’ai souvent remarqué que les gens plus discrets, en apparence moins chaleureux, étaient aussi ceux qui restaient les plus fidèles. Ce sont ceux qui lorsque nous nous en séparons, même longtemps, nous retrouvons comme si nous venions de les quitter. La complicité se renoue directement. Et puis il y a les "tout" ou "rien"!

La blogosphère est instable, comme le monde.

Cher ordi, vecteur de tant de rencontres, tu ne peux être miraculeux. Tu n’es ni de Lourdes, ni de Fatima. Tu n’es pas vierge de toutes nos « fautes » originelles ou originales. A certains moments nous avons besoin de disparaître, de nous taire ou de parler, ou encore de nous confier sans avoir besoin de l’écrire sur écran.

Chacun son mode d’expression.

A celles et ceux qui recherchent l’amitié profonde et durable, il en va, comme en amour : méfiez-vous des grandes déclarations ; des espèces d’envahissements qui vous font croire que vous représentez beaucoup. Préférez la discrétion et surtout les actes dans lesquels vous reconnaissez la complicité des êtres et non point le vide à combler, à l’image du briquet vide qui cherche essence pour ranimer une flamme.

J’aime ce proverbe grec qui dit : «  Quand on te dit "beaucoup de cerises", prend un petit panier ! »

La rareté fait la richesse. Les quelques cerises récoltées offrent  meilleure saveur et garde l’arbre beau parce qu’encore tout garni de fruits.

A celles et ceux qui se sont éloignés, se sont tus, je leur dis, si ils me lisent encore : je n’ai aucune rancune. Vous m’avez offert de bons moments. Et si j’ai parfois quelque nostalgie ou colère ou déception, cela me passe très vite. A celles et ceux de qui, moi aussi parfois, je me suis éloigné, qu’ils sachent qu’ils n’ont pas été vains et sont encore présents dans une partie de moi. Sans doute dans cette partie qui me rend heureux et se nomme : tolérance et pardon.

09:24 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Hello Mik Que de vérités dans tout cela. Il faut toujours privilégier la qualité plutôt que la quantité. L'essentiel étant le rare, celui qui nous enrichit sans nous envahir, celui qui se montre quand le besoin s'en fait sentir, celui qui sait se montrer discret tout en étant là. Les amours comme les amitiés se font et se défont, dans le virtuel comme dans la vie. Les chemins se séparent et se recroisent parfois. Il faut prendre ce qui vient mais ne rien chercher à tout prix :)

Écrit par : Manureva | 02/01/2009

... Je me retrouve ici ... Tant de fois, j'ai comparé le net et la vie, le virtuel et le réel ... les mêmes passions, les mêmes déceptions ... Tant de fois, j'ai eu envie de quitter ce monde virtuel car je manquais de temps à offrir ... Déçue par ces gens que j'aime qui disparaisse sans crier gare ... Appris à les connaître et hop, ils ne sont plus ... Dur de voir le désert qui s'installe ... le virtuel l'est plus que jamais ... merci de m'avoir offert un peu de ton temps hier ... grand bien, il m'a fait ...
Gros bisous de Nous ... et surtout une Belle Année 2009 ...

Écrit par : Mireille | 02/01/2009

Bonsoir, c'est vrai qu'on croise sur la toile comme dans la vie des gens... Qu'on apprécie, plus pour certains, moins pour d'autres, mais peu importe... Même les plus assidus partent parfois un jour pour des raisons personnelles... Puis, réapparaissent parfois après x temps... Nous ne sommes pas là pour juger, juste pour accepter leur décision.
Je te souhaite une bonne journée.

Écrit par : SOLEDAD | 02/01/2009

Les commentaires sont fermés.