mik dupont UA-70672535-1

25/02/2009

Le temps du carnaval

carnaval2008
Cher ordi,

Tu dois aimer aussi le déguisement. Tu n’as pas en cela beaucoup de chance avec moi, car le décor de mon blog change peu  et jamais très carnavalesque!

Je te dis cela car nous sommes en période de carnaval. Je n’ai jamais trop aimé ce genre de fête et folklore. Un tort, très certainement. Etre soi et se métamorphoser en autre, se revêtir d’imaginaire, voilà qui doit être bien agréable.

Mettre en scène l’identité et l’altérité, le réel et l’imaginaire, voilà qui est carnaval.

Il y a là toute une symbolique riche qui, en plus, crée une convivialité de foule.

Je n’ai pourtant jamais pu bien adhérer à ce genre de manifestation.

Aurais-je du être binchois pour comprendre, aimer, participer à ce jeu identitaire ?

Il est aussi bien utile de créer cette espèce de brèche dans la normalité. Faire la fête a souvent cette fonction.

Vrai que je n’ai jamais été un grand fêtard sans pour autant  être triste et ne pas aimer l’amusement.

Voilà, cher ordi, les quelques lignes que le carnaval m’inspire.

A tous ceux qui aiment et participent cet atmosphère, je souhaite un bon carnaval.

 

10:19 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

22/02/2009

Défaite démocratique

arton68-16089Cher Ordi,

 

Aurait-il fallu ton aide, pour qu’à domicile les liégeois, dits valeureux, puissent s’exprimer démocratiquement ?

J’avais prévu et dit les carottes cuites dans le choix de la ville européenne de la culture en 2015.

Ce matin, je me rendais malgré tout au bureau de vote pour exprimer mon oui, mais surtout pour appuyer une démarche démocratique : la consultation populaire.

Le couperet est tombé. Il manque 500 votes pour que ce referendum soit pris en compte.

Le seul perdant est la démocratie. A ceux qui se plaignent toujours de la politique aux mains des édiles, voilà une preuve de plus que la critique est plus aisée que l’engagement.

Mons ou Liège n’était pas l’enjeu premier et nul doute que Liège pourra facilement s’affirmer comme une ville où la culture n’est pas absente, d’autant qu’elle possède un patrimoine historique de grande qualité.

Je me refuse d’entrer dans le bac à sable des partis au pouvoir ou dans l’opposition.

Nous sommes bien loin de l’idéal d’une Cité bien gérée et j’espère que son bourgmestre et la majorité seront sanctionnés aux prochaines élections communales. Je crains évidemment l’amnésie classique des citoyens qui confondent souvent aussi l’addition d’intérêts particuliers avec l’intérêt général.

Il ne reste plus maintenant qu’à souhaiter le choix de Mons par la Communauté Européenne.

A quand une politique plus participative soutenue concrètement par tous les mandataires politiques qui prêche la force du peuple tout en souhaitant son silence ?

Mon vœu sera sans doute, une fois de plus, pieu ! Mais qu’importe, je veux rester «  ardent » !

 

20:03 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

21/02/2009

bon we

Cher ordi,

A travers toi, je souhaite un bon week-end à toutes celles et ceux qui seront de passage ici.

Le mien sera calme puisque la visite  habituelle et régulière de l’ami toujours si attendu n’aura pas lieu ! Les retrouvailles la semaine prochaine n’en seront que plus réjouies encore…

J’ai en tout cas la chance de ne jamais m’ennuyer et de vivre paisiblement et sereinement mon automne de vie.

La seule chose qui me tracasse un peu en ce moment est le problème de santé de ma fille chérie. Rien de mortel, mais des troubles bien embêtants de la thyroïde qui s’emballe. Le tout est de trouver le traitement adéquat, ce qui ne semble pas facile.

Ah quelle machine notre corps humain. Nous n’en sommes encore qu’au début de sa vraie découverte et si les progrès sont considérables, y compris ceux qui mèneront à prolonger encore plus la vie de chacun, il n’en reste pas moins pas mal d’inconnues.

En bon liégeois, j'airais voter demain au réferendum pour répondre oui à la question: " souhaitez-vous que la Ville de Liège pose sa candidature au titre de capitale européenne de la culture en 2015".

Même si les carottes semblent cuites en faveur de Mons, un oui peut espérer au moins quelque compensation!

Et comme les consultations populaires sont rares, autant y participer!

12:34 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

18/02/2009

Susceptibilité

Afficher l'image en taille réelleCher ordi,

Rarement tu es une occasion de longs débats avec des blogueurs. Pourtant ces derniers temps, tu m’as un peu obligé à m’opposer aux idées d’une dame respectable et respectée qui croit sans doute détenir la vérité.

Je suis toujours surpris par la susceptibilité de certaines personnes.

Pourquoi ramener un débat, un échange d’idées à sa personne ? Or, c’est souvent le cas. Nous quittons le cadre des idées, des opinions et nous nous sentons comme inférieurs ou supérieurs et atteints dans notre personne.

Aux arguments avancés, nous mettons notre personne en avant au lieu de répondre bien simplement à ceux développés par l’autre.

Si nous devons prendre au sérieux ce que nous défendons, faut-il pour cela se prendre au sérieux ?

J’ai encore constaté cela dans un échange que certains ont peut-être suivi ( sur mon blog la bêtise) avec une conseillère conjugale qui, pour tout argument met sa compétence et son expérience en avant.

En ce qui concerne l’expérience, je redirais le proverbe bien connu «  la lanterne de l’expérience n’éclaire que celui qui la porte », et pour ce qui est de la qualification et du diplôme, je dirais que ceux-ci n’ont de valeur que dans la mesure où il nous rendent humbles puisque plus nous connaissons, plus nous prenons conscience de ce que nous ne connaissons pas.

Je crois que parfois le réveil de souffrances anciennes, de projets avortés, non réalisés, nous rendent certainement plus susceptibles et empêchent une forme d’objectivité. Voilà qui est compréhensible et respectable.

La bêtise vient alors d’un manque d’éclairage sur nos mécanismes de défense qui se sentent mis à mal par la contradiction.

Je persiste aussi et signe qu’une relation «  aidant » et « aidé » ne peut être que stérile si elle se situe dans une espèce de relation de pouvoir qui place l’aidé dans une situation infantilisante.  La véritable aide est sans doute celle que nous donnons sans trop le savoir. En fin de compte, je serais toujours responsable de ce qui m’arrive, avec ou sans l’aide d’un autre, en étant éveillé ou endormi ! L’attitude de l’aidé ne peut jamais être celle du mendiant face au prince ou princesse que serait l’aidant. C’est sans doute pour cela, contrairement à ce que dit la conseillère, que le patient paie l’aidant professionnel. C’est justement pour établir une relation égalitaire.

Prendre conscience des choses ne doit jamais être un but, mais un simple moyen de mieux vivre. Dès que nous en faisons un but, nous cherchons à promouvoir notre ego, à le glorifier.

J’ai bien senti combien j’ai mis à mal l’ego de mon interlocutrice, sans pourtant le vouloir.

Ses réponses à mes questionnements n’ont été que défense de sa personne. Elle a tenté de résister, du moins je le crois, non par la simplicité  et l’ouverture d’esprit mais par la défense d’un ego. Cette résistance que tous nous faisons parfois, y compris moi, ne fait souvent qu’amplifier nos problèmes de communication.

Le doute a bien plus de force que la faiblesse du savoir. Je déplore souvent ne pas être entouré de personnes suffisamment lucides dans leurs attitudes et convictions.

Voilà pour clore une polémique que je n’ai jamais souhaitée.

C’est dommage car ce que j’avais pu lire sur le livre de cette dame m’avait bien plu, me disant que celui-ci méritait d’ailleurs meilleure édition que la méconnue et petite maison d’édition qui l’avait publié. Je suis donc déçu mais point trop étonné face à des réactions de susceptibilité qui, je crois, sont sincères mais démontrent combien la fixation sur l’ego ne peut jamais être source de partages ouverts.

Si le dialogue doit tourner au conflit, autant alors l'éviter.

08:07 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

16/02/2009

Patricia Kaas

Cher Ordi,

 

Pour la saint Valentin, je croyais faire plaisir à mon ami en allant au concert de Patricia Kaas au Forum.

Je crois qu’il aurait préféré rester sur son nouvel ordi portable lui ! Il s’est franchement emmerdé, alors que moi j’ai aimé cette artiste et ai trouvé la mise en scène remarquable par son originalité et sa sobriété.

Et oui, cher ordi, les goûts sont parfois différents et les siens rejoignent peu souvent les miens, ce qui n’empêche pas une très bonne entente.

Malgré ce petit couac, le week-end a été bien agréable.

 

09:02 Écrit par mik dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

13/02/2009

Saint Valentin

Nous voici dans la période des cœurs rouges en vitrine. Saint Valentin oblige.

Mon habitude de t’écrire devrait donc ce week-end se teinter de la tendresse dont chacun a besoin pour vivre les plus beaux moments d’un quotidien semé de trop peu de roses.

Ah le romantisme a un côté où il est tellement bon de se laisser aller, même si nous savons les pièges d’un sentimentalisme exagéré.

Ne plus penser, s’entrelacer et faire l’amour dans la tendresse et la douce violence enfouies en nos corps libérés, voilà qui dépassent tous les mots.

Tous les ordis seront certainement ce week-end remplis de déclarations, de rêves, d’élans doux, nostalgiques.

Mais derrière les écrans, derrière nos souvenirs et devant nos espérances, nos rêves, je sais aussi que des douleurs se réveilleront chez beaucoup d’entre-nous. Les souvenirs d’amours déçus, d’espérances éteintes viendront se glisser dans des draps de solitude et d’êtres aimés perdus.

La Saint Valentin amènera autant d’espérance que de désespérance.

C’est donc à toutes celles et ceux qui gardent la trace d’une blessure difficile à cicatriser que j’adresse aussi cette lettre.

Je partage avec eux la nostalgie et la blessure du souvenir. Le feu de l’amour semble tout illuminer et rend les temps pluvieux ensoleillés. Si aujourd’hui, nous ne découvrons plus que les nuages gris d’un hiver du cœur, réveillons en nous la sagesse des saisons qui passent et reviennent.

Sachons aussi que les amours sont multiples et que le temps amoureux n’est pas toujours de temps de l’amour.

Cher ordi, toi qui est témoin de ma vie, tu sais que mon week-end sera à nouveau comblé par la présence d’un aimé et d’un aimant, avec aussi en moi la conscience que les baisers reçus s’envoleront un jour vers d’autres lèvres.

D’autres saisons viendront encore dont il ne sert à rien d’imaginer les couleurs parce qu'elles ne sont jamais identiques à celles passées.

Que la fête de la saint Valentin soit pour vous, pour moi, un moment d’amour donné et reçu, bien plus qu’un instant amoureux bâti sur un émotionnel fragile et source de souffrance.

 

09:01 Écrit par mik dans Amour | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

08/02/2009

"Le jardin"

trocadero
Cher ordi,

 

Encore un bon week-end sans toi !

Et oui, mon jeune ami était là et nous t’avons peu fréquenté.

Hier soir, après une bonne pizza dans un resto que nous aimons, nous nous rendions au Trocadéro, théâtre bien connu des liégeois, pour y découvrir une pièce récente de Brigitte Buc : «  Le jardin ».

Rien de grandiose. Un unique et simple décor : un jardin, proche d’une école et d’un cimetière, avec un arbre qui évoque sur musique de Vivaldi, les 4 saisons.

Quatre personnages un peu caricaturés, mais qui évoquent à merveille les petits couacs de leur vie passée et quotidienne. Une étudiante déracinée, une célibataire acariâtre, un bourgeois, apparemment « bien », un informaticien qui a tout lâché et une vieille femme pleine d’humour et d’énergie qui mène un peu tout ce petit monde au grès des rencontres sur le banc de ce lieu public.

Au-delà des anecdotes et des situations où chaque personnage évolue, nous découvrons que nous avons tous en nous les raisons d’être malheureux ou de trouver le bonheur. La recette : s’aimer les uns les autre évidemment !

Bien sûr, la morale est un peu simpliste. Mais ces personnages d’une apparente banalité qui débattent de lieux communs ne nous ressemblent-ils pas un peu? N’est-ce pas justement les lieux communs qui rassemblent les gens ? On commence par parler de la pluie, du beau temps et puis les langues se délient un peu pour devenir plus originales, plus personnelles.

La bande d’acteurs, talentueux, nous mettent en joie et peuvent même nous émouvoir.

Une bonne comédie de mœurs qui n’a rien d’exceptionnelle et ne laisse probablement  pas de trace indélébile, mais un bon moment amusant qui a ravi, je crois, le public.

Nous, en tout cas, nous ne regrettons pas d’être passés par ce jardin.

J’étais aussi très surpris de la bonne analyse et critique de mon ami.

Et oui, mon cher Ordi, te quitter et aller voir des représentations de la vie autres que celles présentées par ton petit écran ne fait pas de tort !

Mais me revoilà déjà chez toi...

 

20:17 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/02/2009

Les blogs

Cher ordi,

 

En voyant Angélique Paradise découragée et désireuse de fermer son blog ( une envie que beaucoup d’entre nous  ont déjà eu et ont fait) je me pose la question : pourquoi, cher Ordi, vient-on t’écrire ?

Je ne répondrais pas à la place des autres. Chacun a probablement ses motifs et motivations.

Personnellement, je te dirais que c’est pas simple égoïsme.

Tu es, mon ordi, un simple moyen de m’exprimer et une aide à la réflexion. Tu m’aides simplement à mettre des mots sur ce que j’ai envie de dire, mais surtout tu m'obliges de structurer un peu ma pensée. Voilà qui est bien utile à mes neurones vieillissants.

Pour le reste, je m’en fous un peu ! Tant mieux si des lecteurs y trouvent un intérêt, mais là n’est pas le principal. Je ne cours ni à l’audience, ni aux commentaires, ni à une reconnaissance quelconque.

Ce qui m’est donné par surcroît, comme l’amitié, la rencontre avec certains blogeurs, je le prends comme un bonus.

Je prends aussi comme un bonus mon besoin parfois d’exprimer quelques petites ou grandes choses de ma vie personnelle, avec cependant la conscience qu’étaler trop ses états d’âme, n’est utile qu’à soi. La communauté des blogeurs n’est pas une église d’entraide, une espèce de franc maçonnerie. Bien sûr que de se sentir écouter, même virtuellement peut-être utile, mais chacun à sa vie, ses joies, ses emmerdes et il ne faut jamais attendre que l’autre vienne combler nos manques, nos tristesses en profondeur. Le baume qu’ils peuvent parfois apporter fait du bien, mais ne résout pas le problème.

N’attendons pas des blogs une recette à nos soucis, une aide à notre solitude, un vrai partage comme celui que nous avons avec amis réels.

Ne nous leurrons pas non plus sur le but des serveurs de blogs. Leur mission première est évidemment de trouver audience pour faire de la pub.

L’emprise marchande étreint l’univers médiatique dont tu fais de plus en plus partie, mon cher ordi.

Il n’en reste pas moins, que le vecteur que tu représentes, cher ordi, peut participer grandement à cultiver l’esprit critique, promouvoir la diversité, proposer une inter activité intéressante, créer des contacts amicaux et riches.

Bon week-end à toutes et tous.

10:10 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

04/02/2009

Manger sain, manger malin!

Cher ordi,

 

Nous vivons dans une société où les paradoxes ne manquent pas.

D’un côté une société de surconsommation et de l’autre une société qui veut conscientiser du danger de celle-ci.

Ainsi aujourd’hui, nous étions dans la journée contre l’obésité.

Quelques clics chez toi ou quelques zappings sur TV et à côté de bons conseils, nous voilà noyé de pubs de hamburgers et d’un tas de produits qui favorisent l’obésité !

Un enfant sur cinq souffrirait d’obésité et quarante % des adultes seraient en surpoids dans notre pays.

Parmi les facteurs, bien sûr le manque d’exercices physiques, mais surtout les mauvaises habitudes alimentaires.

L’excuse qui dit que bien manger coûte cher est évidemment fausse. Je suis toujours étonné, un exemple parmi d’autres, du nombre de gens qui boivent de l’eau en bouteille, alors que l’eau du robinet est de bonne qualité. Si le poisson est cher, les conserves ( thon, saumon, sardines) le sont nettement moins. Fruits et légumes de saison sont très abordables.

Avouons aussi que nous cuisinons de moins en moins…

Je tente de m’y remettre un peu, mais vrai que les plats cuisinés sont si faciles, mais souvent plus gras !

Indiscutablement, nous vivons dans une société de malbouffe.

Les sites de bons conseils que tu mets à notre disposition ne manquent pas. Mais les consultons-nous ? En voici un bien fait et simple:

http://images.google.be/imgres?imgurl=http://users.skynet...

Retenons le slogan que manger sain est malin. N’oublions pas légumes et fruits. Méfions-nous de la pub, des promotions, des produits hard-discount ( souvent très caloriques), etc.

Sur ce, bon appétit à mes ami(e)s lecteurs.

20:13 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

01/02/2009

Un samedi studieux!

Cher Ordi,

 

Chose rare ce samedi, je commençais ma journée sans même prendre le temps de sonner chez toi ! Pour une fois, mon ami n’étant pas là ce week-end, j’avais pris la décision de me rendre au congrès du cdH à Liége sur le thème de la crise.

Cela faisait des lustres (au moins 10 ans !) que je n’avais plus été à une quelconque manifestation politique.

Mais voilà, je demeure un curieux. Je suis de ceux qui se méfient des idées et des critiques toutes faites. Autant parfois écouter un peu plus longtemps ceux qui nous gouvernent et cela en dehors des médias. Nous nous mouvons dans une production d’informations dans laquelle le brave consommateur que je suis a parfois beaucoup peine à y voir clair.

Faut dire que par toi, cher ordi, je vague souvent sur des opinions bien diffuses, éparpillées, simplistes aussi parfois, et qu’il est bon de mettre en concurrence avec la raison de praticiens et d’experts, sans prendre comme évangile une bureaucratie qui prouve souvent son incompétence.

Le tout est toujours pour moi une question d’équilibre.

Sans être toujours d’accord avec ce parti, je reste un convaincu de l’utilité d’une pensée et d’une action du «  centre ». Nous venons encore de le constater.

La chute et l’échec actuel du néolibéralisme, inspirée par la théorie de la « main invisible », càd du « tout-marché », succède à celle du socialisme trop ancré dans le « tout-Etat ».

Il est donc temps de retrouver des politiques plus équilibrées. Je ne suis pas de ceux qui pensent et caricaturent le « Centre », comme une pensée qui va une fois vers la gauche et une autre fois vers la droite.

J’ai donc écouté avec attention tout un panel de personnalités, pas forcément politiques au sens strict, débattre des causes et des remèdes possibles à une crise dont on doit s’attendre à ce qu’elle soit plus longue que prévue.

J’ai entendu des responsables politiques qui avaient l’humilité de dire qu’il était bien difficile de prévoir des budgets en tenant compte de toute une série de paramètres qui varient presque de jour en jour.

N’annonçait-on pas que le prix du baril de pétrole allait aller jusqu’à 200 dollars ? Il est aujourd’hui à moins de 50 ! Les prévisions de la croissance ou plutôt de la décroissance font du yoyo en permanence…

Je ne vais pas ennuyer le lecteur de nos lettres, cher ordi, par une conférence sur ce que j’ai appris, ou plutôt qui m’a éclairé sur ce que nous savons un peu tous.

Bon nombre d’entre-nous partagent sur la complexité de l’économie et de toute la politique qui en découle un sentiment d’impuissance. Les problèmes de société font jaser, réveille les passions, mais peu de citoyens ont le courage de participer activement à la vie citoyenne.

Et pourtant, ne pensons pas que l’opinion publique, si utile, est quelque chose qui existe ainsi. Elle est quelque chose qui se construit.

Et oui, cher ordi, les blogs, les sites de réseaux sociaux ont le vent en poupe dans ce qui fait notre opinion.

Mes écrits, en tout cas, ne veulent, en aucun cas, se faire trop exhibitionniste sur ma vie personnelle et sociale, et encore moins entrer dans le flux des mises en scène qui permettent d'imposer du prêt à penser ou participent au vedettariat de qui ou que quoi que ce soit.

Je veux simplement contribuer un peu à la raison qui trop souvent se laisser envahir par l’émotion. Se forger une opinion reste un travail ardu et qui demande du temps.

10:03 Écrit par mik dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |