mik dupont UA-70672535-1

24/07/2009

" Il n'est pas bon d'être malheureux, mais il est bon de l'avoir été. "

serge1serge2

+25 juillet 1984- 25 juillet 2009

IN MEMORIAM.

Cher ordi,

Tu peux aussi être mémoire. Aussi, je veux te confier celui que je perdais voici déjà vingt cinq ans. Il était l’ami, le confident, l’amant. Il était mon amour secret que tout le monde pourtant savait ou devinait sans oser vraiment le dire. Il était doux et violent, intelligent, sensible, poète, sportif. Il était surtout fragile et jamais je n’aurais cru à sa souffrance, à sa révolte de mes absences. Nous nous aimions, mais d’un amour qui en ce temps devait encore rester caché. Les conventions sociales ont bien évolué depuis un quart de siècle.

Nous ne faisons jamais le deuil de ceux que nous aimons. Je sais que depuis sa mort, j’ai souvent fait semblant de vivre et rechercher ailleurs les moments si doux et tellement heureux qu’il m’avait apportés. Mais les pages se tournent et si sa présence reste toujours en moi, son souvenir n’a jamais été un fardeau de vie mais bien une force pour la poursuivre. Il m’aurait dit «  sois heureux » et l’être est une forme de reconnaissance de ce qu’il a éveillé et épanoui en moi.

Souvent je me demande qui peut encore penser à lui, sinon quelques uns de mes proches. Sans véritable famille, il ne reste plus qu’à présent qu’une sœur qu’il aimait sans trop jamais l’avoir connue.

En tout cas, j’aime que la trace qu’il a laissée en moi soit au moins évoquée. Elle est le seul moyen, sans doute vain, de lui rester fidèle et de le rendre encore un peu présent.  J’ai habité sa vie, parfois trop, parfois trop peu. Il a habité la mienne, pas assez pour oser prendre le risque de quitter mon toit familial. Nous n’avions sans doute aucun des deux la maturité nécessaire au risque qu’est aimer ! Il est des êtres qui passent ainsi sur terre de façon à la fois éphémère mais durable dans la déchirure de leur disparition. La cicatrisation fait son œuvre mais la douleur silencieuse, secrète persiste dans les paradoxes d’ombre et de lumière. Les choix posés s’éclairent différemment avec le temps qui passe. Les regretter serait empêcher ceux à venir. Croire repartir à zéro est une autre illusion. Ils nous servent simplement d’étapes sur un parcours jalonné de souvenirs où il bon parfois de s’arrêter mais pour mieux repartir. Merci à lui d’avoir été là, d’être encore là et qu’il soit ailleurs ou pas de me signifier encore toute la beauté et le bonheur d’aimer et d’être aimé.

 

08:06 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

C'est avec ces mots là qui nous parlent si vrai de l'Homme que tu es, que nous avons appris à t'aimer avec respect.
Amicalement

Écrit par : Mireille &Pat. | 25/07/2009

Un bien bel hommage à cette personne que tu as aimée.... Amitié

Écrit par : Jicé | 26/07/2009

Bonsoir Merci pour ta visite sur mon blog,
Mes sincères condoléances,
et mes amitiés pour toi,
bises de Mimi du Sud.

Écrit par : Mimi du Sud | 26/07/2009

Coucou Je viens te souhaiter une bonne journée
Bises de Mimi du Sud.

Écrit par : Mimi du Sud | 27/07/2009

Les commentaires sont fermés.