mik dupont UA-70672535-1

17/08/2009

deuil

seulCher ordi,

J’écourte un peu tes vacances pour jeter et exorciser un peu ma tristesse.

Qui pouvait prévoir qu’après le petit séjour merveilleux chez Mireille et Pat, avec mon jeune ami, tout allait basculer par ce qu’il y a de plus terrible. Le lendemain, le jeune frère de mon ami, 18 ans, décédait brutalement (rupture d’anévrisme). Cet unique frère était sa moitié, avec une complicité extraordinaire. A 9h, il taquinait encore mon ami au lit pour le réveiller et 20 minutes plus tard celui que j’aime le découvrait mort au pied du canapé.

"La mort. L'horreur absolue de la non-existence. La mort ne rentre dans aucun schéma. Il n'y a pas d'explication à la mort. Elle entre, elle vous arrête au milieu d'une phrase : "Non, c'est fini" et claque la porte. " écrivait Anthony Burgess. Oui, c’était bien cela. Alors, on n’y croit pas. Il y a déni face à ce qui pourtant nous attend tous. Mais, si jeune, c’est la révolte. C’est aussi l’hyper idéalisation de celui que nous aimons et refusons de perdre.

J’ai connu dans ma vie bien des deuils et je me croyais blindé. Non, du tout. J’ai pris conscience que l’amour de mon ami m’avait rendu la fragilité, la sensibilité, l’émoi, qu’avec le temps nous perdons quelquefois. Les larmes ont rejailli, le cœur s’est serré, la souffrance a tapé fort, l’esprit s’est embué, les mots se sont tus et l’esprit a perdu l’intelligence de la raison pour accepter la chape de la douleur.

J’aurais voulu offrir mon épaule, serrer dans mes bras l’ami brisé, terrassé, mais impossible quand l’amour d’amants doit rester secret. La solitude, l’isolement redouble alors l’impuissance des mots et  la présence morale et aimante via le téléphone, aussi réelle soit-elle, s’étiole et vogue dans les questionnements sans réponse que seuls des bras enlacés apaisent.

Cher ordi, je n’ai jamais aimé trop te confier ce qui est très personnel et si je le fais aujourd’hui c’est que je veux probablement sortir un peu la douleur par la mise de mots sur une indicible souffrance qui fait ressurgir bien d’autres, celles des êtres aimés que nous avons perdus et dont le sang d’amour et d’amitié coule encore en nous.

Merci à toutes celles et ceux qui m’ont témoigné de la compréhension et de l’amitié. Merci à ceux qui ont eu l’oreille attentive et bienveillante. Ils sont rares. J’ai pu encore constater, avec parfois amertume, qu’ils sont rares et que la joie se partage toujours mieux que la peine et qu’après tout quoi de plus normal. Chacun vit sa petite vie et l’arrêter quelques instants vers ce qui nous renvoie à la douleur n’est pas à la portée de tous. Comme tolérance et pardon ont toujours été la clé de mon bonheur, il me faut encore bien l’employer pour fermer déception et illusion !

À bientôt, cher ordi, je te remets en vacances !!!

10:10 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

Commentaires

Cher Mik L'important est que tu sois là, présent, à l'écoute pour le soulager, pour l'aidre à passer ce cap difficile. Les mots prennent ici tout leur sens, importants qu'ils sont puisque les gestes doivent se taire. Le temps fera son oeuvre, le temps guérira les blessures. Mes pensées t'accompagnent tout au long de ce voyage en compagnie de ton ami.

Écrit par : Manureva | 17/08/2009

bien sûr je n'ai pas les mots! mais je passe là de temps en temps quand je vois dans les mises à jour un billet. je ne laisse pas de coms et pourtant là je ne peux pas lâchement passer mon chemin et ne rien dire.
on ne se relève pas de la mort d'une personne si jeune et malheureusement ton ami ne fera pas exception, la souffrance est immense et les mots tellement dérisoires. ne reste que ne rien dire mais être là toujours, savoir écouter, parler du disparu pour le faire vivre encore, se souvenir des moments les plus heureux mais comment aussi ne pas penser à tout ce qui l'attendait, tout ce qu'il aurait pu et su accomplir parce que oui, c'est vrai, on pare notre disparu de toutes les possibilités, de toutes les vertus, on imagine surtout là, à la fleur de l'âge devant toutes les promesses, les fruits qui l'attendaient.
je suis sûre que tu trouveras, avec ta sensibilité et ton amour, les mots qui apportent un peu de soulagement, de repos de l'âme à ton ami. en tous les cas, je te souhaite ce courage!
amicales pensées Mik!

Écrit par : mimi | 17/08/2009

toutes mes condoléances à ton ami ta présence et l'amour que tu lui témoignes ne suffiront sans doute pas à consoler sa peine mais l'atténueront certainement.
je vous embrasse bien fort tous les deux

Écrit par : jojo | 17/08/2009

Davantage que les mots, mieux encore que les regards ou les sourires, c'est par le contact physique que confions le mieux notre réalité intime vis à vis de l'Autre. L'harmonie se vit, il n'est nul besoin de la dire quand on se tient les mains.
Nous sommes et demeurons présents avec sympathie.
Mireille et Patrick. Yentl aussi vous attend.

Écrit par : Mireille &Pat. | 17/08/2009

je me sens très démunie lorsqu'il s'agit de parler de la mort,
et je ne sais que te dire,
sinon,d'ouvrir les bras et d'entourer ton ami
mais ça, tu le sais déjà...
de loin, toute petite...je pense très fort à vous
gros bisous

Écrit par : Macedoine | 17/08/2009

difficile parfois.. la vie et comme tu dis si bien
Chacun vit sa petite vie et l’arrêter quelques instants vers ce qui nous renvoie à la douleur n’est pas à portée de tous...et moi je rajouterais pas facile pour tous...mais tu sais la mort c'est plus difficile à accepter pour ceux qui restent que pour ceux qui partent...alors qu'il nous faut d'abord penser à eux
Bon courage et retourne à tes vacances meme si maintenant elles paraissent sombres le soleil viendra bien un jour

Doux bisous

Écrit par : sunflowers | 18/08/2009

Cher Mik J'apprends à l'instant cette terrible nouvelle... On n'est jamais nlindé devant la mort. On la comprend quand elle vient à un âge très avancé mis pas quand on y entre de plein pied.. Je comprends ta peine et surtout la souffrance de ton ami....Avec toute mon amitié

Écrit par : Jicé | 18/08/2009

merci pout tous vos signes d'amitié et sympathie. Tous les 2 nous en sommmes touchés et les petites attentions sont souvent d'un grand réconfort. à bientôt.

Écrit par : mik | 18/08/2009

Salut Mike que dire dans de telles circonstances.
Nous partageons ta peine ainsi que celle de ton compagnon.
Laurence les enfants et moi même vous présentent nos plus sincères condoléances.Une pensée également aux parents de ce jeune garçon.
Comme c'est dur de tout coeur avec toi.
Courage à vous deux
bisous



ps: excuses moi d'avoir réagit si tardivement
beaucoup de boulot et quelques soucis de santé pour la famille


Bisous

Écrit par : pascal | 20/08/2009

Bonsoir Mik Je viens tout juste de lire cette bien triste nouvelle. Je reste sans voix. On a envie de hurler à l'injustice devant la vie sapée en pleine jeunesse. Et il n'est pourtant d'autre solution que de courber la tête et de se résigner.
Quelle souffrance aussi de ne pouvoir soutenir ton ami, lui qui a tant besoin de ton épaule et de ton amour. Le poids du secret est bien lourd en de telles circonstances.
Courage à vous deux Mik. Vous retrouverez bientôt les gestes qui apaisent et qui consolent.
Pensées et amitié sincère
Je t'embrasse
JO

Écrit par : jolily | 20/08/2009

Mik on ne se blinde jamais face à la mort..le plus bel âge on le sait c'est injuste mais les cris les larmes ni changeront rien..
je t'embrasse Mik ainsi que ton ami

Écrit par : nays | 22/08/2009

Bonjour Mik Pour des bonnes ou des mauvaises raisons je ne passe pas souvent sur les blogs, mais ton blog est un de ceux que je n'oublie pas et là, je viens de découvrir avec tristesse la mort du jeune frère de ton ami. Tous les mots de compassion ont été écrits et je ne peux dire te autre chose sinon que ta lettre est un petit chef d'oeuvre dans l'expression d'une souffrance d'une souffrance que nous connaîtrons tous un jour ou l'autre. Courage à tous les deux, et à bientôt.
Yasmina

Écrit par : Yasmina | 23/08/2009

Les commentaires sont fermés.