mik dupont UA-70672535-1

26/12/2009

Le riche petit Jésus.

crêche
Cher Ordi,

Amusant de lire sur ton écran l’analyse que fait CNN de la naissance du fameux Jésus. Il ne serait donc pas né si pauvre qu’on le dit. D'une part, il a reçu, à sa naissance, des cadeaux de grande valeur comme de l'or, de l'encens et de la myrrhe. De plus, ses parents Joseph et Marie voyageaient luxueusement. Ils se sont notamment rendus à Bethléem à dos d'âne, ce qui représentait alors l'équivalent d'une Cadillac aujourd'hui. En effet, les pauvres mangeaient leurs ânes et ces animaux constituaient le meilleur moyen de locomotion de l'époque.

Voilà qui tort le cou à l’interprétation traditionnelle de la crèche et de toute la théologie qui a suivi. Il est vrai que son Eglise à ce petit Jésus n’offre pas non plus l’image de la pauvreté avec son Chef suprême couvert de chasubles dorées, à chaque fois nouvelle comme pour un défilé de haute couture, et œuvrant sous les lustres et marbres d’un Vatican orné cette année de notre beau sapin belge !!

Que dire aussi de tous ces disciples d’aujourd’hui, grands défenseurs de valeurs qu’hypocritement ils délaissent bien dans la pratique de leur charité toute relative.

Ceci dit, j’espère que le Noël de mes ami(e)s lecteurs aura été faste mais sans gueule de bois, les excès brisant souvent la fête et surtout son lendemain !

Et dire que dans quelques jours faudra remettre le couvert…  Pour ceux qui aiment la petite histoire, le Saint Sylvestre, pape de 314 à 335,  est l’un des premiers saints à ne pas avoir subit le martyr ! Je ne suis guère saint, et il y a pire comme martyr que les réveillons, mais je me réjouis, malgré tout, d’être le 2 janvier…

En partance pour la mer, je vous souhaite déjà une année 2010 remplie de qui est l'essentiel pour vous.

ba

 

 

10:38 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

21/12/2009

Joyeux Noël.

Noël.

Elle approche cette fête dite de famille. Personnellement, je ne crois plus beaucoup à la magie de famille rassemblée et pour dire vrai à la famille tout court ! Lieu de conflits souvent cruels et douloureux, elle est bien plus souvent violente qu’en apparence. Lieu aussi de culpabilité. Lieu des non-dits qu’il faut traverser pour se retrouver dans notre solitude fondamentale.

Ceci est évidemment très personnel et inspiré certainement parce que je n’ai jamais trouvé comment vraiment communiquer et dans ma famille et dans celle que j’avais fondée avec l’espoir d’y arriver et de faire autrement que ce que j’avais connu dans la mienne.

Renier tout bonheur qu’elle apporte serait aussi faux que de prétendre qu’elle n’est que ce que je viens d’évoquer. Que de souvenirs heureux, d’odeurs, de rires, de jeux, de câlins, arpentent encore ma mémoire… Ceux de mon enfance et ceux de mes enfants.

Bien qu’ayant quitté très jeune ma famille, il m’a fallu certainement cinquante ans pour m'en séparer vraiment et entrer dans ce qu’il est convenu d’appeler l’âge adulte. Il a fallu des ruptures douloureuses et des deuils. Il a fallu prendre conscience aussi des héritages cachés, ceux qui nous culpabilisent de n’avoir pas été ce qu’elle espérait que nous soyons, ceux qui marquaient notre façon d’agir et notre besoin de reconnaissance.

La table de fête se transforme vite en des « je t’en veux ». La paix célébrée ce jour s’estompe alors vite et les bulles pétillantes du verre cachent bien des larmes retenues. La magie retombe…

La nuit reste la nuit et il ne suffit pas de la masquer de mille lumières des sapins, guirlandes pour qu’elle devienne jour ! Elle reste glacée et noire pour bien des sans-abris mais aussi pour ceux qui, seuls, n’ont que la lumière d’un petit écran pour l’égayer un peu. Solitude, déprime liée à l’absence de relations avec le conjoint, les enfants, les parents, chômage et manque d’argent…la liste des isolés est longue.

Puis, comme au nouvel-an, il y a cette autre forme de solitude plus profonde qui se cache ces nuits-là. Celle née de sa propre incapacité de communiquer avec les autres parce qu’on est mal dans sa peau. Comment entrer en relation avec les autres lorsqu’on ne s’accepte pas, quand on ne cesse de se juger soi-même ? » Ceux-là sont parmi ces 6% d’appelants à SOS Amitié qui évoquent jusqu’au suicide. Il y aussi tous ceux qui dans les hôpitaux souffrent.

Heureusement, je fais partie, comme vous sans doute, des privilégiés, même si mon Noël manquera de partages que j’aurais souhaités.  Il sera encore festif, parce que la meilleure fête est celle que nous avons quand quelqu’un vous dit : je t’aime.

Joyeux Noël à vous et que ce temps ravive en vous la joie du partage vrai et chaleureux avec celles et ceux qui vous aiment.

decoration

10:22 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

15/12/2009

Le gourmand creuse sa fosse avec ses dents"...

louis michel
Cher ordi,

Je commence toujours ma journée en allumant ton écran pour une petite revue de presse. Etonnant de voir les commentaires au bas des articles. Rares sont ceux qui volent un peu au-dessus des pâquerettes.  Ainsi ce matin, je m’amusais à lire ceux concernant la non- nomination de notre Louis Michel à la tête de l’assemblée générale de l’ONU, battu par un Suisse, inconnu ici, du nom de Deiss.

Cela n’a pas une importance capitale, mais les réactions sont étonnantes. Une véritable soupe où nous retrouvons l’esprit mesquin des partisans ou adversaires de big Loulou !

Je n’ai nullement la sensibilité du MR, mais les qualités de Louis Michel sont indiscutables et me plaisent mieux que celles du sieur Reynders. Un belge de plus à la tête d’une organisation internationale aurait été une bonne chose. Gérard Deprez, son suppléant à l’Europe, restera donc au tapis. Dommage car il était un député européen travailleur et compétent, même si je n’adhère pas à son libéralisme.

Mais restons un brin objectif. Le candidat Suisse qui a remporté le vote n’est sans doute pas un personnage plus malhonnête que notre Louis Michel. Ce professeur économiste et homme politique du parti démocrate chrétien (qui appelait à voter pour les minarets) a été président de la Confédération helvétique et a donc certainement autant d’expérience politique que notre ex ministre des affaires étrangères et ancien commissaire européen.

Notre Louis Michel doit en tout cas râler d'avoir été battu à une voix ! Et si c'était celle du Vatican pour ses déclarations sur une Europe de tradition non chrétienne?

La morale de l’histoire est peut-être dans la citation antique qu’évoque un commentateur du Soir: " Le gourmand creuse sa fosse avec ses dents"...

11:47 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

10/12/2009

Virtuel et réel.

sl1
Cher ordi,

En regardant l’émission hier «  tout cela ne rendra pas le Congo », j’ai été atterré par le reportage sur une espèce de jeu de rôles débiles sur des rencontres amoureuses via ton intermédiaire et des personnages genre bande dessinée. Je n’ai pas compris grand-chose sur la technique de ce jeu du nom de «  second life », mais terrible de voir des couples s’adonner des heures à ce genre de stupidité amoureuse virtuelle avec drague de bellâtres, soirée torrides, shopping, entraînant même jalousie. Tout cela, entouré de leurs gosses dont on devine la marginalité qui les attend avec de tels parents. Vraiment dramatique et triste.

Cher ordi, que tu sois un instrument de rencontre, un moyen de lutter contre l’isolement et la solitude de certains, est positif pour autant que cela ne mène pas à s’échapper de la réalité et à tomber dans une espèce de rêve virtuel. Que dire de ces jeunes qui délaissent tout pour ne plus être que devant toi et s’adonner aux jeux vidéos, en négligeant totalement leurs études ? L’exemple des parents est aussi important.

Quand tu deviens, cher ordi, une manière de se construire une nouvelle vie, autrement plus exaltante par le virtuel que par le réel, il est temps de tirer la sonnette d’alarme !

12:48 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

07/12/2009

Week-end bien rempli!


troca

Mon ami était là, comme souvent nous aimons faire alors ensemble, notre petite sortie. Samedi soir c’était la revue du Trocadéro. Toujours agréable pour les yeux et les oreilles. Un moment de bonne humeur avec danse, paillettes, sketchs et chansons.

1 

La soirée de dimanche était plus sérieuse avec un film ayant comme thème l’homosexualité entre un homme marié et son apprenti  boucher; tout cela dans le milieu juif orthodoxe. Film fort, subtil et bouleversant, mais lourd et lent.

Il est peut-être faux de croire que de nos jours l’homosexualité soit bien tolérée et acceptée, même si elle parait à la mode. Que dire alors lorsqu’elle doit se vivre dans  une communauté religieuse intégriste. Toutes les religions veulent nier le désir et pire encore le méprise très souvent. Ce film bouscule un tabou, celui qui consiste à admettre que bien des maris volages convolent dans les bras d’un autre homme.

Bien des histoires sentimentales ont peine à s'épanouir dans la clandestinité. La culpabilité, le tourment et la pression des siens poussent alors à des choix malheureux et dans ce cas à la pire décison: celle du suicide.

18:48 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/12/2009

c'est bientôt le we...

saint nicolas 1

09:42 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |