mik dupont UA-70672535-1

21/02/2010

Avec le temps...

chemin

Cher ordi,

 

Je lisais chez Véronique (http://femmeinvisible2.skynetblogs.be/) un beau texte sur la vieillesse. Que dire aussi de mes rides, ces traces du temps qui se dessinent lentement sur mon visage ; de ces cheveux qui partent en signe d’automne de vie. Je regarde peu le miroir, celui du présent autant que du passé. Et pourtant le fil des années passées revient parfois en surprise. Un parcours varié, jamais monotone et dans l’ensemble enrichissant. Recherche de soi, idéaux brisés parfois, mais toujours des rencontres qui font progresser. Avec le temps, il me semble me souvenir surtout des amitiés et des amours d’autrefois. Les sincérités parfois éphémères, les emballements, les passions, les accidents, les contradictions, les peurs, ont jalonné, marqué bien des étapes différentes.

Ma vie s’inscrit bien évidemment dans la dynamique des multiples changements de société du siècle passé. Né dans la tradition où la famille était au cœur de toute activité, j’ai sans doute, après m’en être détaché pour vivre un idéal religieux, recréé ce modèle fondé sur la domination masculine ! Si mes plus beaux jours de vie demeurent ceux de la naissance de mes enfants, les plus douloureux sont ceux aussi liés à tout un long processus de déliaison avec eux. Il n’est pas simple pour un homme de ma génération de perdre le contrôle sur l’univers familial. Cela passe par le refoulement des émotions, la culpabilité, la compétitivité, voire l’agressivité. Sans doute est-ce le sort de tout amour. J’assume pourtant mon choix de divorce après plus de trente ans mariage, celui aussi de me recentrer sur mon épanouissement personnel et ma «  différence sexuelle » sans m’enfermer dans un quelconque rôle « emprisonnant ». J’accepte la controverse qui me tiraille pourtant entre maintien ou non d’une implication ou d’une distanciation qui tout compte fait ne dépend plus de moi. A chacun revient de faire ses propres choix. Contrairement d’ailleurs au passé, la filiation de garantit plus le lien père-enfant. Autre chose est probablement le rôle de la mère qui est moins mis en doute par l’importance de sa dimension pratique…

Notre siècle reste passionnant, parce que justement les anciens principes qui m’ont guidé sont devenus inadaptés et que les nouveaux ne sont pas encore fixés ! Il faut improviser, créer et accepter sans hypocrisie la fragmentation de nos expériences contradictoires. Sans doute faut-il repenser tout cela dans le respect de l’intérêt de chacun.

Toute ma vie, cher ordi, que je livre un peu aujourd’hui, a été passionnantes parce que semée de changements et d’incertitudes. Plus passionnante encore depuis que j’ai levé le voile sur des hypocrisies et tabous. Je me sens mieux dans un vaste mouvement d’ouverture que dans un conservatisme qui veut fixer la place et le rôle de chacun comme dans un faire-part d’autrefois qui passait en revue la généalogie familiale.

J’avoue pour terminer cette petite confession que ma plus belle aventure reste certainement celle de la découverte que j’ai pu faire de moi, de mes émotions, de mes sensibilités,  grâce à un très long accompagnement thérapeutique de grande qualité.

Le meilleur que je vis aujourd’hui reste bien évidemment celui de m’entendre dire encore «  je t’aime », comme jamais je ne l’avais entendu.

12:54 Écrit par mik dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

comme j'aime venir te lire en vieillissant on deviens de plus en plus philosophe (mais c'est pas donné à tout lemonde). Accepter la fatigue sur son visage n'est pas si difficile que ça.
De toute façon a-t-on le choix ?
quant au "je t'aime"...qu'il est doux de se l'entendre dire en effet. Dire "je t'aime" aussi et ça je ne m'en prive plus. On a pas de temps à perdre à se taire.
bon w-e mon mikou
à bientôt

Écrit par : jojo | 21/02/2010

Bonjour Mik l'âge les rides ne sont rien du tout qu'une enveloppe
l'important est de s'être trouvé soi-même
la famille je sais pas dire grand chose n'ayant pas vécu le système traditionnel, mère travaillait, pas de père, oui compagnon de ma mère..mais pas d'influence trop négative pour moi..j'ai eu de la chance je le sais bien
tu sais faut savoir se détacher de sa " famille " si incompréhension il y a..tout fini quand même un jour par s'arranger et si pas ben tant pis , nous n'avons qu'une propre vie et c'est à nous de faire en sorte qu'elle soit conforme à nos idées et la passer le mieux possible

bisessssssss

Écrit par : nays | 23/02/2010

Hello toi! Mik ah! la vieillesse j'aime pas trop et comme par hasard mon texte en parle indirectement
Je me sens bien ce matin à faire mon p’tit tour dehors le temps est exécrable et sur tous les blogs je retrouve beaucoup de chaleur et d’amitié
Bon week-end en espérant un peu de soleil agréable semaine après
Gros bibis de mon cœur !
COCO !
http://cedricangel.skynetblogs.be

Écrit par : COCO! | 26/02/2010

quoi de plus important que l'amour il n'y a pas d'age pour cela.
bisous

Écrit par : Pascal | 01/03/2010

Les commentaires sont fermés.