mik dupont UA-70672535-1

05/02/2012

Vers un renforcement d’une justice de classe ?

justice.jpgLa crise économique n’est-elle pas en train d’accroître, en plus de l’inégalité sociale, une justice de classe ? La question vaut la peine d’être posée. Si l’injustice sociale n’est pas nouvelle, rappelons-nous le : «  selon que vous soyez puissant ou misérable… » de sieur La Fontaine, il semble bien qu’aujourd’hui une certaine forme de justice qui transforme la victime en coupable soit de plus en plus réclamée, à la fois par des politiques de droite, mais aussi, ce qui est plus inquiétant, par une partie importante de population qui met dans le même sac l’étranger, le chômeur, les pourris de la politique, les bénéficiaires d’énormes salaires ou de parachutes dorés. La recherche du bouc émissaire va dans tous les sens, ce qui masque bien la responsabilité de la hiérarchie politique et économique.

A bien y regarder, on s’aperçoit pourtant que le bon vivre quand on est puissant et riche est jugé d’autre façon que le mal vivre lorsque on est « misérable ». La relaxe dans des nombreux scandales politiques et économiques ne le prouvent-ils pas ? La pauvreté n’est-elle pas plus vite criminalisée que la richesse mal acquise ? L’enquête de police chez une personne ou un jeune vivant dans des ghettos sociaux sera-t-elle identique à celle menée dans un quartier résidentiel ou dans une demeure affichant plaque de cuivre en façade ? Oh, il y a bien ça et là une justice, d’ailleurs plus spectacle que réelle, pour quelques puissants mais qui ne change rien au système.

Nous sommes probablement tous coupables quand nous voulons, sans un minimum de recul et de raison, remplacer l’éducation par la sanction. Nous sommes tous coupables quand nous voulons condamner des personnes sans parallèlement condamner les mécanismes sociaux, culturels, politiques et économiques qui engendrent la délinquance et la sanction nécessaire mais peu efficace. N’est-il pas plus facile de crier au scandale ou à l’injustice sur telle ou telle personne que de crier sur l’injustice d’un système politique qui continue à orchestrer les inégalités ou à les décharger sur les plus faibles plutôt qu’à les résoudre ?

Cher Monsieur La Fontaine, votre fable trouve encore bien des échos dans notre actualité !

07:59 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.