mik dupont UA-70672535-1

13/05/2012

Franz-Olivier Giesbert: Guignol de l'info!

Franz- Olivier Giesbert a enfin dévoilé sa vraie face de guignol de l’info sur le plateau de Laurent Ruquier ce samedi soir. Ce soi-disant grand journaliste, actuellement directeur du « Point » ne manque probablement de culture et de talent littéraire. Sa carrière journalistique, après ses passages, entre autres, au « Nouvel Observateur » et au "Figaro" est longue et expérimentée. Son succès tient à la fois de son ton impertinent et de la qualité de sa plume, sans compter sur son art d’en faire un produit commercial.

Il est, selon moi, l’image même du journaliste qui s’est penché sur la politique avec comme seul moyen d’investigation  l’intrusion, voire la compromission, avec la gente du pouvoir. Il crie trop, comme encore hier, son indépendance pour qu’elle n’en devienne pas suspecte. A ne pas d’ailleurs oublier son audition par la police pour la publication en 2005 d'un article jugé complaisant par le juge Philippe Courroye et paru dans son journal Le Point sur le milliardaire français Iskandar Safa, recherché par la justice,  ou encore  son accusation par Christophe Donner, favori pour l'obtention du prix, d'avoir « manipulé » les délibérations du jury du Prix Renaudot au profit de Daniel Pennac qui l'a finalement emporté, choses qu’il a toujours niées.

Son leitmotiv actuel et obsessionnel sur la dette française semble masquer son incompétence totale sur les dossiers politiques.

Nous avons eu droit hier à un show très révélateur de toute une presse devenue relais de l’establishment politique. Sans pourtant avoir bu ou sniffé toute la colle qui relie les pages du Point, Giesbert s’est lancé dans une logorrhée guignolesque pour défendre son dernier bouquin. Son faux détachement d’en prendre plein la gueule était à la fois rigolo et dramatique. Voilà des gens qui pourtant formatent toute une opinion publique. Malmené par Audrey Pulvar et Natacha Polony dont on peut mettre aussi en doute la connaissance et l’indépendance politique, le bel homme a prouvé que la belle plume et l’éloquence ne suffisaient pas toujours à la crédibilité de ses propos.

La présentation de son dernier livre, Derniers carnets, scènes de la vie politique en 2012 pue le profit du quick book post élection présidentielle, mais pire ne semble que dévoiler des dits « secrets » politiques sur le Sarkozy et Hollande. Rien à voir avec une véritable analyse politique.

Pauvre citoyen que je suis, comme vous sans doute, comment encore se forger une opinion sur base d’une large information ne relayant que les gros clichés et archétypes politiques qui n’ont rien d’essentiel dans un vrai débat démocratique.

Si les guignols de l’info sur Canal+ me font bien rire, ceux de toute une presse dite sérieuse me révoltent et m’obligent à pousser mon coup de gueule de ce jour !

09:27 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.