mik dupont UA-70672535-1

15/05/2012

Investiture de Hollande.

 

François Hollande arrive à l'Elysée.

Celles et ceux qui voyaient en Hollande quelqu’un sans envergure, un « mou », un non présidentiable, se seront fameusement trompés. Sa première journée, réglée comme du papier à musique, a été assez impressionnante. Les français, toujours nostalgiques de monarchie, auront découvert ou redécouvert les fastes républicains, à la fois grandioses mais à une sauce hollandaise simplifiée. Le nouveau monarque a voulu se montrer encore proche du peuple et a mis ainsi ses distances d’avec le bling-bling de son prédécesseur. Cette cérémonie d'investiture s'est déroulée sous le signe de la sobriété, en contraste avec celle de Nicolas Sarkozy.  En sincérité aussi, avec une simple courtoisie républicaine lors de l'adieu au président sortant.

Mais au-delà de l’apparence et du symbole, j’avoue avoir terriblement apprécié les discours tenus par le nouveau monarque. Il y avait une cohérence parfaite avec ce qu’il a martelé tout au long de sa campagne électorale. Nous n’étions plus dans les thèmes des devoirs et des droits, du mérite, de l’identité nationale, de la compétitivité. Le socialiste parlait haut de justice, d’égalité, minimisait le profit ; élevait son discours sur l’enseignement et l’émancipation sociale, la recherche. Enfin des accents de gauche ! L’austérité était rejetée comme simple fatalité. Bref, cela faisait du bien.

Reste à voir si les actes suivront les paroles. Et là, je crains un vif retour. A l’image de son avion obligé, par la foudre, de rejoindre Paris avant de reprendre un autre pour Berlin !

J’ose espérer qu’il ne suivra pas l’exemple de notre homme au papillon au rouge très terne, qui tout en osant dire comprendre les indignés, réduit les allocations de chômage. Vaut alors mieux ne pas être compris !!

Hollande comprendra-t-il mieux que le peuple qui l’a élu attend autre chose qu’un bon débarras de Sarkozy mais un vrai changement de politique française et européenne. Aura-t-il la force de ne point se laisser mener par les requins de la finance ? Si sa première journée présidentielle semblait bien mettre l’accent sur des valeurs auxquelles j’adhère, je crains que la suite soit bien plus marquée par ce que d’aucuns nomment le réalisme des marchés.

 

 

 

 

19:34 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.