mik dupont UA-70672535-1

17/05/2012

Homophobie et communautarisme.

Je soutiens bien évidemment la journée contre l’homophobie parce que je suis contre toute forme de violence, de discrimination, de rejet, d’exclusion fondée sur des critères d’orientation sexuelle. La sexualité et l’affectivité sont complexes et les ramener à des distinctions entre homos, bis, hétéros ne répond pas à la réalité de vie de bien des personnes. Il m'importe finalement peu que la personne soit pensée comme homo ou hétéro.

Je fais partie de ceux qui pensent que l’intense communautarisme du monde gay est une erreur. Certaines manifestations sont contre-productives  dans des sociétés où les gays possèdent déjà des droits considérables, comme la Belgique, tout en reconnaissant que dans des sociétés plus conservatrices, les rassemblements identitaires sont nécessaires à la survie et à la visibilité du groupe minoritaire. Elle ne fait, à mes yeux, qu’affirmer le stéréotype de l’homosexuel efféminé, fofolle, etc. Des manifestations comme la gay pride ne renforcent-elles pas  des discours réducteurs qui restent aujourd’hui encore très vivaces ? Beaucoup d’hommes, qui ont ou ont eu des relations sexuelles et affectives avec des hommes ne se définissent d’ailleurs pas comme homosexuels.

J’avoue aussi ne pas me sentir "appartenir" à la  « communauté gay ou LCGT » car elle me pose elle-même question, puisqu’une telle appartenance  semble supposer une unité de point de vue, des intérêts partagés, sinon une communauté de destin. Parler aussi de culture gay me parait exagéré.

Je n’oublie pas pour autant le combat à poursuivre pour la différence sexuelle encore trop bafouée ou pire encore condamnable jusqu’à  la peine de mort dans trop de pays.

21:00 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.