mik dupont UA-70672535-1

25/10/2012

À propos de la fermeture de Ford à Genk. De l'émotion à la révolution ?

 Toute la presse belge s'émeut de la fermeture de Genk, la  comparant avec la liquidation de la Sabena. S'émouvoir c'est bien, mais que véhicule en permanence cette presse? Une forme de pensée unique dictée, non par l'investigation, mais simplement par des clichés bien orchestrés par ceux qu'aujourd'hui elle dénonce. Même la Dernière Heure dénonce : "Le cynisme des grandes multinationales n'a d'égal que le dédain qu'elles portent aux travailleurs, mais aussi aux politiciens, qu'ils considèrent comme quantité négligeable et qu'ils dominent".

Mais après cet émoi, c'est la même chanson qui revient avec l'éternel refrain des patrons sur la "compétitivité"! Une compétitivité créée par le libre marché sauvage d'un système capitaliste et libéral. Qui ose encore plaider pour une renationalisation des grands leviers économiques, comme la sidérurgie, l'énergie, l'automobile et le secteur bancaire? Ceux qui le font sont vite traités de rêveurs, voire de staliniens!

Qui ose encore plaider pour une Belgique Unie? Tous les partis se sont régionalisés, à l'exception du PTB.  Qui se pose la question de savoir si  la fuite des investissements n'est pas, en partie due à la crainte d'aller dans un pays dont une partie des dirigeants annonce la fin prochaine?

Les grands patrons  ont l'air de se foutre de nous appauvrir en réduisant nos possibilités de consommation, trouvant probablement un marché de plus en plus intéressant dans les pays émergeants. Cela durera probablement le temps que les ouvriers là-bas prennent conscience de leur exploitation. En attendant, ils se seront remplis les poches, comme ils l'ont fait du temps des colonies!

Et pendant ce temps, notre gouvernement se contente de mettre des sparadraps  sur les plaies sociales avec un  PS édulcoré à la solde d'une médecine bleue qui prétend avoir le remède alors même qu'elle est à la source de la maladie!

Et que dire de l'Europe qui sous couvert d'harmonisation crée un système libéral de concurrence entre villes, régions, Etats, dont découle cette compétitivité à outrance .On n'entend très peu " L’Alliance progressiste des socialistes & démocrates au Parlement européen (S&D)", qui n'a d'ailleurs de progressiste que le nom. Et ce n'est pas sa représentante PS wallonne  Véronique de Keyser  (bien brave mais très "caviar"),  qui est l'une des 9 vice-présidents,  qui fera le poids dans cette nébuleuse rose pâle! Hélas, le groupe de  la Gauche unitaire européenne  n'a aussi d'unitaire que le nom et se montre souvent divisé.

A quand donc, un nouveau modèle de développement rompant avec le néolibéralisme, visant à créer un « espace social commun » et une politique de co-développement et de coopération « équitable ?

L'espoir ne peut venir que de la conscientisation et de la lutte de la classe ouvrière. Doit-on attendre qu'un jour Monsieur Di Rupo et ses ouailles s'étonnent de  s'entendre dire au 16, rue de la Loi : Non, Messieurs les Ministre, ce n'est pas une manifestation, c'est une révolution!!!

 

08:27 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

un PS édulcoré à la solde des bleus, c'est bien vrai. Il n'y a qu'à voir comment le premier se comporte lors des Sommets européens, c'est à croire que le pouvoir lui a fait oublier le sens des réalités !

Écrit par : manureva | 28/10/2012

Les commentaires sont fermés.