mik dupont UA-70672535-1

01/05/2013

La saucisse populaire de Monsieur Demeyer.

Je me dois de vous raconter l'anecdote qui aurait dû rester comique sur "l'échange" que je viens d'avoir avec notre bourgmestre de Liège à l'occasion du premier mai.

Voyant notre premier édile communal manger de bon cœur un pain saucisse au stand de la "communion" laïque et pensant au vote de 8000€ de lundi pour deux réceptions d'ex conseillers communaux, je ne peux m'empêcher de m'approcher de lui en déclarant que cette réception du premier mai devait coûter nettement moins aux conseillers d'aujourd'hui que les agapes prévues pour ceux d'hier! A mon humour, le bourgmestre relève la tête et me déclare qu'il ne répond pas. Je rétorque que c'est  peut-être parce qu'il n'a pas réponse. Le sieur premier citoyen s'emballe et livre le fond de sa pensée: " Je ne réponds pas car je sens que vous devez appartenir au PTB". Je ne lui cache pas ma grande sympathie pour le parti. Il ajoute alors: " vous faites du poujadisme." Etonné de son sérieux, je lui réponds qu'il ne s'agit ici que d'une anecdote et que ce repas frugal a d'ailleurs l'air de lui goûter autant qu'un met plus élaboré. Mais le bourgmestre ne semble pas en rester là. Il me fait alors une tirade sur la manipulation poujadiste du PTB qui n'aura comme effet que de mettre le PS dans l'opposition avec la conséquence de voir surgir le pire! Nous nous quittons sur son dire d'apprécier ma personne mais pas mes idées. Je le salue en lui disant  apprécier également sa personne mais pas du tout ses idées. La messe rouge est dite!

Etonnant donc de voir combien la gauche " caviar" ( elle était bien présente et pour la plupart en tenue "prolo" avant certainement de revêtir le soir le smoking pour parader dans la haute société qui,  selon elle est la seule qui sait "penser")  rejeter la gauche populaire et le  désarroi de ses membres qui craignent l'écrasement de leurs acquis sociaux et le retour vers une misère créée par un capitalisme que la gauche traditionnel dit avoir pu apprivoiser!

Monsieur le Bourgmestre, j'aime aussi la gastronomie, mais je la paie moi-même! Je n'ai pas l'hypocrisie de manger le pain du peuple et de me faire servir  et payer par lui le homard. Oui, c'est peut-être du poujadisme, mais sans ce zeste d'une révolte que vous considérez probablement comme primaire, il n'y aurait pas eu de luttes ouvrières pour obtenir autre chose que la petite tranche de pain offerte comme un cadeau par un patronat qui pensait partager la richesse qui n'était autre que celle procurée par des  travailleurs exploités.

Monsieur le Bourgmestre, je regrette que vous ayez perdu le sens du combat en le remplaçant par le compromis où triomphe toujours la force de l'argent. Je regrette aussi, mais c'est moins grave votre perte du sens de l'humour qui, il est vrai, vaut parfois un long discours!

Fin d'une anecdote révélatrice de l'état d'esprit d'une gauche qui n'est plus vraiment dans la rue, sinon le premier mai et se prostitue,  tout au long de l'année, derrière la vitrine libérale! A la rose est venue s'ajouter le muguet dont nous ne voulons pas être les clochettes!

14:21 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

j.aime vous lire les socialistes au pouvoir n.en sont plus les rouges sont bleus maintenant . il faut se battre pour conserver nos droits merci

Écrit par : capillon | 06/05/2013

Un beau texte. Ne m'étonne pas de Willy, il a un problème avec la nourriture, cela date d'il ya plus de dix ans quand avec mes amis de la CGSP du CPAS de Liège nous étions venus une première fois lui offrir du jus de citron préssé/grenadine (notre sang) et un mois plus tard les demi-citrons pressés et pourris dont une partie était tombée sur ses chaussures que sa dame a dû l'engueuler le soir le soupçonnant d'être aller trainer quelque part. Depuis il passe devant moi sans me voir, surtout le 1er mai !

Écrit par : Jacques Chevalier | 07/05/2013

Les commentaires sont fermés.