mik dupont UA-70672535-1

24/10/2013

En rose et noir!

 

L'information s'occupe de plus en plus de l'émotion facile, celle qui crée la fascination stérile ou fait verser quelques larmes inutiles. Le prince George: un bébé très bruyant. Le Roi Philippe parle en allemand à côté de majesté Mathilde. Quel beau langage VIP! André Agassi et Steffi Graf rebondissent dans l'humanitaire. Ah quelle générosité les riches avec leur fondations Caritas businesse !  Maria, fillette blonde découverte dans un camp rom en Grèce, serait-elle Lisa, une Américaine disparue? Qui sait? Et si elle était la fille de Valls ou de Le Pen? Voilà qui ferait d'avantage vendre! Lol.

 

Et oui, voilà ce que sont devenus nos médias. De véritables casseroles à faire attendrir les cerveaux. Pas cons: endormons le peuple par l'espoir de paillettes qu'il nous paie et faisons le pleurer sur quelques drames qui ne bouleverseront en rien l'ordre social et économique.

 

A qui jeter la pierre? A ces faiseurs de non-opinion ou à ceux pour qui comptent seulement l'espoir de gagner au lotto, de se vêtir en princesse ou de ne pas être frappé par un drame? Je ne condamne que les livreurs et regrette seulement qu'ils trouvent autant de preneurs!

 

Que ce soit en rose ou en noir, toutes ces infos stériles, voire toxiques, me font voir ROUGE!

 

16:45 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/10/2013

CAP 48.

 

cap.pngBravo à tous les bénévoles de CAP 48. Je ne peux cependant m'empêcher de penser que la prise en charge de toutes ces personnes, dites pudiquement différentes, devrait évidemment être assurée par la solidarité nationale, donc par l'Etat. Comment encore oser solliciter la générosité de chacun, alors que par exemple, une simple taxe sur les millionnaires qui serait loin de les ruiner, suffirait à offrir aux handicapés une vie décente?

Admettons que ce genre d'opération a certainement le mérite de mettre à la une toutes ces personnes différentes, de mieux comprendre leurs difficultés, de mettre en lumière leurs besoins.

Pour le reste, quand je vois, non seulement les gaspillages publics, le fric gagné par les politiques, les tops managers et les sportifs de haut niveau (oui, oui), cela conforte ma révolte de devoir faire appel à la générosité publique, à celle de nous tous! Bon, je vais faire mon petit don, mais un peu à contrecœur, juste parce que utile, en attendant et espérant une autre politique que celle qui maintient tant d'injustice sociale.

 

Non Monsieur DI RUPO, nous attendons autre chose que votre émotion et votre hypocrite "com" sur le podium de cette opération, nous voulons un gouvernement qui rende la justice sociale, s'oppose à un système capitaliste qui engendre autant de disparités de revenus et qui rendrait l'opération CAP 48 inutile.

21:20 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/10/2013

A propos d'Olivier de Kersauson.

de kersauson1.gif"Il faut comprendre que bon nombre de politiques français qui sollicitent notre vote sont des types qui n’ont jamais réellement travaillé.

 Hallucinant. Ils n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise. Ils ont bossé dans l’administration mais n’ont jamais rien géré : ils n’ont jamais été responsables de leur travail. Et ce sont les mêmes qui parlent de l’économie, de la vie... C’est le monde de l’imposture. […]

Les politiques sont, dans leur grande majorité, des voleurs d’espoir de pauvres. Ils font croire, aux plus déshérités, la possibilité de choses qui ne sont pas – et tout cela pour ramasser de quoi rouler dans des bagnoles avec chauffeur."  Olivier de Kersauson

 

Encore un populiste??? Certainement pas, mais ce navigateur est certainement un cynique dans le sens antique, quelqu'un capable de se contenter du minimum, de manière à ne souffrir d'aucun manque et de pouvoir aisément faire face aux situations les plus difficiles. Normal que pour cet homme la société soit perçue comme corruptrice et changeante face à l'océan "vertueux" et à la nature. Mais n'est-il pas aussi, et là réside à mes yeux le danger, ce cynique moderne  avec un manque de foi ou d'espoir dans l'humanité. Privé de bateaux, ce grand Monsieur, sombre peut-être dans la lassitude de la vie terrestre et se met à écrire brillamment sa critique à travers un scepticisme réaliste auquel je n'adhère pas! Mais qu'importe, mon respect et ma sympathie vont toujours vers ceux qui ne peuvent déterminer une vérité avec certitude. Sous ses dehors tranchants et bougons, ce de  Kersauson, ne prétend pas avoir toutes les réponses aux énigmes de la nature, de l'humain et de l'univers. C'est un vrai chercheur, un nomade qui puise ses concepts dans l'action. J'aime.

 

 

18:04 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Questions à la Une: Petits partis, grand danger?

L'émission " Questions à la Une" traitait du sujet: "petits partis, grand danger" ? Sous une apparence d'objectivité sans doute sincère, le moins qu'on puisse en dire est que le sujet a été traité de façon assez simpliste avec un parallélisme extrême-droite et extrême gauche qui  jouait sur des amalgames tendancieux, voire dangereux. Le véritable débat entre une vision de société de gauche ou de droite a soigneusement été évité. J'espère que la suite de l'émission concernant la dénonciation du gaspillage de l'argent public en travaux inutiles et le coût des mandataires et fonctionnaires européens aura mieux éclairé le citoyen! Bizarre de voir alors à ce propos une dénonciation que certains pourraient aussi traiter de populisme  puisque prenant pour cible de ses critiques " les élites"!

Je ne suis pas de ceux qui prétendent que ces "élites" sont les seuls responsables des maux de notre société et de son inégalité ou encore que tous ne chercheraient que satisfaire leurs intérêts propres en sacrifiant ceux de la collectivité. La responsabilité est bien plus complexe et se fonde essentiellement sur des mécanismes d'Etat qui laissent au marché libre une dictature du profit et de la finance. Les milieux d'argent sont devenus maîtres du jeu, y compris politique, qui évidemment ne profite qu'à une minorité. Est-ce être populiste de dénoncer cela et de vouloir le changer? Est-ce populiste de vouloir une autre politique que celle de la droite, du libéralisme et de vouloir renouer avec les vrais grands combats d'un socialisme qui ne s'inféode pas, par un soi-disant réalisme, au capitalisme? Vouloir cela est-il automatiquement vu comme du stalinisme? Voir en Marx une analyse éclairant encore les mécanismes actuels de notre économie et du rapport capital-travailleurs nous identifient-ils aux dérives et atrocités d'un communisme passé? Croire encore au service du peuple par l'établissement d'un système réellement solidaire et donc vraiment socialiste deviendrait-il vu comme du poujadisme? Dénoncer la crise provoquée par les milieux d'argent serait-il du simplisme? Rechercher des solutions plus simples à celles d'experts qui se sont et nous ont souvent trompés, oser défendre les étrangers et ne pas voir en eux la cause de notre mauvaise économie, est-ce populiste, simpliste? Alors je le suis et suis fier et de l'être!

 

 

00:24 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |