mik dupont UA-70672535-1

22/11/2013

Les années 1930 seraient-elles donc de retour?

imagesCAECSQFG.jpg

Est-il étonnant, même si déplorable, de constater, chaque jour, y compris parmi mes connaissances et amis, combien la crise économique favorise la montée de la xénophobie et des partis d'extrême droite. Je le savais en globalité, sans être vraiment confronté à des attentes et raisonnements de personnes pourtant sympathiques et apparemment réfléchies.

L'Histoire se répèterait-elle ? Ces gens ne peuvent pourtant ignorer la crise économique de 1929 qui  a donné lieu à un cadre idéal pour le fascisme ? Nous retrouvons chez ces partisans d'un changement bien compréhensible des caractéristiques typiques, telles que: un profond euroscepticisme, l'hostilité contre l'immigration et les minorités, le racisme et la xénophobie, un nationalisme radical. Il est sans doute plus facile d'inciter à la haine et de gagner des voix en rencontrant ce type de craintes, de peurs, notamment envers les communautés musulmanes toutes perçues comme une menace contre les valeurs occidentales, que de dénoncer la cause profonde de cette crise qui n'est autre que l'échec du capitalisme. Serait-il plus facile de s'attaquer à des têtes, plutôt qu'à un système? Et on connait notre propension à choisir la facilité!

L'autre question que je me pose est de savoir si la dénonciation de tous les scandales  politico-économiques ne servent pas de nouvelles munitions pour recharger l'éternel canon du "tous pourris" favorables à l'extrême droite, en sachant que ces scandales sont aussi mis en avant par des leaders de gauche, comme Mélenchon en France et certaines personnalités du PTB. Je ne m'en prive pas non plus, pour ceux qui me lisent! Erreur ou pas?

Il vaudrait nettement mieux mettre en avant et mieux populariser les propositions alternatives que de mettre exclusivement l'accent sur les "pourris". Elles existent. Il faut les rendre crédibles et faisables. Le succès espéré de la gauche en dépend. Hélas,  le PS est devenu incapable d'imposer ses valeurs. Il faut donc une autre gauche pour reprendre la main ou pour forcer le PS à en revenir aux combats du passé.

A ceux tentés de rejoindre les thèses dangereuses et bien déguisées de l'extrême droite, faut-il leur rappeler les années 1930 et ses horreurs?

 

19:33 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.