mik dupont UA-70672535-1

06/12/2013

Mandela. Attention aux icônes!

L’homme est devenu une icône, un symbole unanimement célébré à travers le monde. Et pourtant… Qui se souvient des décennies où la France, de Charles de Gaulle à Valéry Giscard d’Estaing, coopérait avec le régime de l’apartheid ? Qui rappelle qu’Amnesty International ne l’avait pas adopté comme prisonnier de conscience parce qu’il ne rejetait pas la violence ? Et qu’il fut un « terroriste », dénoncé comme tel par le président Ronald Reagan et Mme Margaret Thatcher, parce qu’il savait que la violence faisait partie des armes des opprimés pour renverser l’oppresseur. Nous allons entendre aujourd'hui beaucoup d'hypocrisie…

Nul n'est éternel, mais demeurent pour toujours la vigilance et le combat pour l'égalité entre les êtres humains. C'est votre combat, Monsieur Mandela, qui s'éternisera comme un exemple dans la longue histoire universelle de notre humanité. Merci à vous. Puissions-nous vous rejoindre avec le cœur, la bouche et les mains dans votre lutte qui aujourd'hui vous apporte la paix du repos. Vous avez compris que la réconciliation était préférable à une poursuite de violence.

Ceci dit, je n'ai jamais aimé l'idéalisation de n'importe qui. Si j'ai une énorme admiration pour Mandela et son action. Il ne faut  pas occulter les réalités d'un pays où le combat de l'homme d'exception n'a pas tout réglé. Lisez " Après le miracle, chroniques d'Afrique du Sud" de  Patrick Fandio.  Près de vingt ans après l'abolition de l'apartheid, comment vit-on réellement en Afrique du Sud ? Cinquante meurtres quotidiens, cent quarante-deux viols par jour, cinq millions de séropositifs... des chiffres vertigineux qui réduisent trop souvent le pays à des statistiques alarmantes. Par-delà les clichés qui font frémir, ce recueil de chroniques vous embarque pour un périple dans une Afrique du Sud intime, hors-circuits touristiques, et révèle toute la complexité culturelle du pays. Des derniers Afrikaners, nostalgiques d'un régime raciste, à Marna Sipho, la désopilante sangoma qui prédit les résultats du Mondial de football, en passant par les richissimes nouveaux bourgeois noirs ou encore les policiers corrompus jusqu'à la moelle. Au fil de reportages parfois drôles et souvent poignants, l'auteur brosse le portrait d'une nation que Mandela voulait arc-en-ciel mais dont les couleurs, en réalité, se superposent sans se mélanger.

Les icônes ne sont pas bonnes pour une vraie démocratie. Nul homme n'est grand ou petit. Il y a simplement certains  qui contribuent plus que d'autres à rendre le monde meilleur, non parce qu'ils sont grands mais parce que ils ont compris le sens de la solidarité et surtout de l'engagement. Mais à l'heure où l'icône de cet homme va être encensée par l'hypocrisie du monde politique, n'oublions pas qu'il n'a pas toujours été un pacifique. Parfois, la révolution est utile, même si elle doit aboutir à l'indispensable paix de la réconciliation.

Méfions-nous donc des déclarations trop élogieuses dictées par l'opportunisme politique, bien plus que par la conviction et l'action qui animaient l'homme que nous regrettons aujourd'hui.

13:25 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Superbement bien écrit Mik..bravo !!!

Écrit par : Martine | 06/12/2013

voilà Mik je n'ai rien a ajouter a ton écrit

d'autres que lui furent encensés comme Martin Luther King , Gandhi tous les deux oeuvrant pour l'égalité et la paix mais mais y a toujours un mais...et ils n'ont pas toujours été a 100% ce qu'on veut bien nous faire croire..je n'aime pas ce phénomène de lancement d'éloges
on homme s'éteint un homme qui restera dans l'histoire ...oui

bises :)

Écrit par : nays | 06/12/2013

Tu as tout dit... bisous Mik

Écrit par : Tchanou | 07/12/2013

Les commentaires sont fermés.