mik dupont UA-70672535-1

28/12/2013

Bonne année à vous.

 

bonne année.jpgJe ne suis pas très fan des fêtes du calendrier, même si nous avons sans doute besoin de "liturgie", de repères au gré du temps qui passe. L'une des rares traditions qui unit les hommes à travers le monde  est celle des vœux du Nouvel An.

 

En union avec cette solidarité remplie ou non de sincère affection, je  souhaite sans hypocrisie à toutes et à tous les vœux qui vous tiennent à cœur.

 

Chaque  année qui commence est une promesse et une espérance. Les promesses sont souvent vite oubliées et nous en aurons certainement beaucoup durant la campagne électorale qui a déjà commencé.

 

Mon espérance sera celle de la solidarité indispensable au mieux vivre de la majorité d'entre-nous.

 

Que ces douze mois à venir soit pour vous les mois de  la réussite de vos espérances personnelles, professionnelles, collectives.

 

Chaque nouvel an est aussi un moment où un nouvel élan, un nouveau départ peuvent nous ouvrir et nous faire avancer dans la conquête du bonheur qui est en nous.

 

Et n'oublions surtout pas d'unir nos forces dans la réalisation de nos projets communs.

 

Bonne année à vous toutes et tous.

 

 

 

20:35 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/12/2013

Discours royal.

 

roi.jpgCrime de lèse- Majesté ou pas, je ne serai pas, à l'image de la presse très politiquement correcte, un louangeur du discours du roi Philippe. Je n'aurai pas l'analyse masturbatoire de Christian Laporte de la Libre Belgique. Ne soyons pas hypocrites. Notre "souverain" ne déclare évidemment que de bonnes choses. Quoique: La compétitivité est encore citée. Celle-la même qui crée la pauvreté. Celle qui rend l'homme loup pour l'homme. Celle qui est contraire à la solidarité dont par ailleurs le roi souligne la nécessité du lien. Quelle contradiction! Normal sans aucun doute que Philippe écarte tout propos "révolutionnaire". On ne lui en demande pas autant. Mais fracasser un peu la langue de bois et les poncifs éculés serait-il déjà "révolutionnaire"? Comment croire que la litanie de bonnes intentions et une espèce de compassion du "leim plore" vont changer une politique qui nous mène doucement mais sûrement à la misère. Le contrôle ministériel sur son discours ne peut évidemment que louer les efforts d'un gouvernement qui ferait ce qu'il peut en cette période économique difficile! Je ne sais si les joyeuses entrées sont vraiment des occasions d'écoute des citoyens. Cette population agitant les petits drapeaux tricolores n'est pas très ressemblante à celle qui ne cesse de manifester dans la rue.

 

Bref, les médias parlent d'un discours consensuel qui ne fâchera personne. Eh bien moi, il me fâche! Je préférais encore le coup de gueule d'Albert qui en avait marre d'un pays divisé incapable de former un gouvernement! Un même coup de gueule pour un gouvernement incapable d'enrayer la croissance de la pauvreté aurait été bienvenu. Vrai que Philippe n'est évidemment l'abbé Pierre!

 

La presse s'empresse alors de nous conter la forme. Debout ou assis, timide ou stressé, on s'en fout "royalement"!

 

Je conclurai sur une note à "décharge". Le roi est sans doute la personne la moins libre de ce pays. Sa légitimité est celle conférée par le sang, ce qui lui complique fortement la tâche. La "démocratie" constitutionnelle lui confère une surveillance constante. Quoi d'étonnant alors de tenir des discours "tarte à la crème", lénifiants et complètement à côté des réalités du peuple et à côté des réalités "royales". Ne  serait-t'il  pas temps de dépoussiérer un peu tout cela?

 

17:37 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/12/2013

Petit rappel historique et Joyeux Noël à vous.

 

noel2.jpg

Le mot NOEL vient du latin de la contraction des mots Natalis dies au sujet de la fête antique de l’anniversaire du Soleil Invaincu (Sol Invictus).

 

Cette fête avait lieu le jour du Solstice d’hiver, car c’est à cette date que les jours se rallongent : le Soleil est censé reprendre vigueur à cette date. Dans le Nord de l’Europe, on faisait souvent bruler des sapins pour aider le soleil à reprendre vigueur.

NOEL : c’est donc à l’origine la fête du Soleil, parfois aidée par le rite du sapin.

Ce n'est qu'en l'an 354 que le 25 décembre a été institué comme anniversaire de la naissance de Jésus.

Celles et ceux qui n'y voient qu'une fête chrétienne se trompent. NOEL est une fête populaire avec son sapin.

En ce qui concerne le père Noël, avec son traineau tiré par des rennes, c'est une légende venue de Scandinavie qui s’imposa seulement dans la 2ème moitié du 20ème siècle. Quant à la boule de Noël, il s'agit, à l'origine, d'une pomme. C'est en 1858 qu'un artisan verrier a eu l'idée de créer la boule de Noël telle que nous la connaissons aujourd'hui, à la suite d'un hiver particulièrement rigoureux, qui avait eu pour conséquence d'affecter les récoltes. 

 

Voilà donc bien une fête qui devrait tous nous réunir quelle que soit notre croyance!

 

Je vous la souhaite remplie d'amour et d'amitié. Qu'elle vous apporte l'optimisme et la chaleur du soleil invaincu. JOYEUX NOEL.

 

07:30 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

22/12/2013

Joyeux Noël aux femmes et hommes politiques.

 

imagesFRH40EO4.jpgJe souhaiterai un joyeux Noël à nos femmes et hommes politiques, en leur transmettant l'extrait d'un discours de Victor Hugo qui reste, hélas, d'une grande actualité:

 

 

 

Messieurs, comme je vous le disais tout à l’heure, vous venez avec le concours de la garde nationale, de l’armée et de toutes les forces vives du pays, vous venez de raffermir l’Etat ébranlé encore une fois. Vous n’avez reculé devant aucun péril, vous n’avez hésité devant aucun devoir. Vous avez sauvé la société régulière, le gouvernement légal, les institutions, la paix publique, la civilisation même. Vous avez fait une chose considérable… Eh bien ! Vous n’avez rien fait ! 

 

Vous n’avez rien fait, j’insiste sur ce point, tant que l’ordre matériel raffermi n’a point pour base l’ordre moral consolidé ! Vous n’avez rien fait tant que le peuple souffre ! Vous n’avez rien fait tant qu’il y a au-dessous de vous une partie du peuple qui désespère ! Vous n’avez rien fait, tant que ceux qui sont dans la force de l’âge et qui travaillent peuvent être sans pain ! tant que ceux qui sont vieux et ont travaillé peuvent être sans asile ! tant que l’usure dévore nos campagnes, tant qu’on meurt de faim dans nos villes tant qu’il n’y a pas des lois fraternelles, des lois évangéliques qui viennent de toutes parts en aide aux pauvres familles honnêtes, aux bons paysans, aux bons ouvriers, aux gens de cœur ! Vous n’avez rien fait, tant que l’esprit de révolution a pour auxiliaire la souffrance publique ! Vous n’avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres, qui se continue souterrainement, l’homme méchant a pour collaborateur fatal l’homme malheureux!» 

Victor Hugo 

 

A l'heure de vos autosatisfactions, puissiez-vous reconnaître vos échecs et oeuvrez pour transformer votre politique "protectrice" des inégalités sociales en osant changer le cap et atteindre l'objectif d'un monde où les gens passeront avant le profit!

 

09:20 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/12/2013

"Le secret des étoiles": un spectacle féérique à voir.

 

Videomapping.jpg"Le secret des étoiles". Magnifique et féérique spectacle que cette vidéo mapping à 270 ° à la cathédrale de Liège. Le conte des trois mages ravira croyants et non-croyants. Les uns y verront une envolée mystique et les autres, comme moi, une forte symbolique de l'essentiel de la vie. Vrai que l'important n'est pas que "quelque chose" se soit passé il y a deux mille ans. Les pierres des hautes colonnes reçoivent ici toute la lumière de leur longue histoire. Le périple de ces mages est le nôtre. Nous ne pourrons jamais atteindre l'inaccessible étoile, mais en traversant les épreuves du désert, nous pourrons rejoindre l'extraordinaire dans l'ordinaire. Ce sera l'or de notre existence. La  myrrhe, connue déjà des égyptiens depuis quatre millénaire et utilisée dans les embaumements est ici symbole de notre inexorable mortalité mais aussi un parfum rempli de sensualité. Jeu de la mort et la vie. Le vin mêlé de myrrhe atténue les douleurs de corps et de cœur… Aussi ancien que ce parfum est l'encens. Signe de ce qui nous relie à une transcendance qui est Dieu chez les croyants, mais qui peut aussi se traduire simplement par tout ce qui  nous dépasse, ce qui nous est encore inconnu.

 

Nous découvrirons dans le secret des étoiles, dans un Noël revu autrement que dans nos vieux catéchismes ou vieilles croyances, la richesse de nos traditions. Chacun pourra décrocher dans les étoiles, des brins de poussières lumineuses pour y découvrir sa propre lumière. L'important n'est pas de pouvoir un jour toucher l'étoile mais bien le parcours de la recherche incessante d'un trésor personnel et collectif. C'est la solidarité entre les mages qui leur a donné le courage du parcours.

 

Bref, un spectacle moderne de toute beauté de seulement trente minutes à ne pas manquer. Encore jusqu'au  23 décembre à 18, 19 et 20h. Entrée 8 euros.  

 

  

 

08:28 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/12/2013

Reynders: avec ou sans tabou?

 

reynders.jpgAprès Raoul Hedebouw, c'est au tour de Didier Reynders de sortir son livre-entretien. Je n'ai aucune envie de l'acheter. Je me suis donc contenté de lire ce que la presse peut en révéler. D'après donc ce que je peux en lire, notre "vieux" politicien parle surtout de son ressenti, de ses émotions. Rien à redire, c'est son droit et c'est surtout à la mode. Il semble par contre plus avare pour discourir sur sa vision politique et ce qu'est pour lui le libéralisme. Il s'attache à la concurrence, non point du système mais à celle plus "terre- à- terre" entre les "collègues" du MR et avec les "ténors" des autres partis. Il règle quelques comptes avec les "Michel", Gérard Deprez et compagnie. Pas de hautes ambitions chez ces gens sans petits coups bas! C'est honnête de le dire, mais peu intéressant. Je préfère le débat d'idées à celui sur les personnes. Sur l'application concrète d'une vision très capitaliste de la société, il ne dirait rien sur la façon dont il a fait cadeau de Fortis aux français qui lui ont, peu après, remis la légion d'honneur. Par contre, il signe et persiste sur sa "bonne" idées des intérêts notionnels. C'est pourtant ce dispositif qui permet de beaux montages financiers favorables essentiellement aux grosses sociétés et multinationales. Voilà bien le MR. Il se dit grand défenseur  des petits indépendants. Il faut veiller à une grande partie de son électorat, quitte à lui faire avaler des couleuvres. Et pourtant  la réalité est que le petit commerçant votant ce parti ignore encore qu'il vote Carrefour et Colruyt. Du suicide quoi!

L’homme qui parle à l’oreille des riches y défend évidemment son bilan et notamment sa réforme fiscale qui a surtout moins taxer les riches. Rien sur la fraude fiscale qui vise principalement les petits indépendants et laisse les inspecteurs des finances avec des pistolets à bouchon pour tirer sur les multinationales.

 

L'homme Reynders serait un homme de cœur sous sa carapace froide. C'est très probable. Mais l'espèce de sincérité de ce type de politiciens est plus qu'attristante. Je pense que ceux-ci se croient souvent de vrais humanistes, alors que derrière leurs fausses ou vraies convictions se cache surtout le goût du pouvoir. C'est cette conscience ou inconscience qui, en fait, est une véritable plaie pour la démocratie.

 

Pour moi, le Reynders sans tabou est celui des deux livres de Marco Van Hees: Didier Reynders, l’homme qui parle à l’oreille des riches, Ed. Aden, Bruxelles, 2007 et Le Frankenstein fiscal du Dr Reynders – Tout ce que vous n’auriez jamais dû savoir sur les intérêts notionnels, Ed. Aden, Bruxelles, 2008.


 

 

 

06:16 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

19/12/2013

Vraiment marre de Viva for live, télévie, Cap 48, etc, etc…

 

viva for live.jpgJe commence à en avoir vraiment marre de toutes les opérations caritatives de lutte contre la pauvreté. Ok, c'est généreux et cela aide un peu, mais c'est tellement éphémère. Cela donne bonne conscience. C'est aussi devenu pour des artistes, des entrepreneurs, des politiciens, une nouvelle forme de business plan pour se faire connaître ou pour maintenir leur popularité. Tous ces calotins laïques du 21ème siècle véhiculent souvent la pensée unique et s'attaquent rarement au système qui engendre la pauvreté qu'ils se disent soulager. Et c'est encore le petit peuple qui trinque, qui va chercher dans son nécessaire, alors que le superflu reste bien dans la poche de celles et ceux qui créent ou participent à la création de cette pauvreté.

 

A quand un printemps européen? Tous ces généreux bénévoles ne feraient-ils pas mieux de se liguer et de réclamer un changement radical de politique. N'auraient-ils pas meilleure conscience de lutter contre les plans d'austérité, contre le libéralisme, contre toutes les politiques qui engendrent cette pauvreté grandissante. Allons donc dans les poches de Mittal qui placent des milliers de familles dans la précarité, faisons interdire les écarts exorbitants entre le salaire des ouvriers, des classes moyennes et ceux des dits "top managers" ou des politiciens. Solidarisons-nous dans un combat plutôt que de participer de bonne foi à des solutions sparadraps de dons.

 

Mesdames et Messieurs les journalistes de Vivacité, de RTL, RTBF, etc, relayez mieux les causes de la pauvreté et le combat à mener pour l'éradiquer plutôt que de jouer violon pour récolter ce que l'Etat devrait offrir! Tellement facile le "Lèyîz m' plorer" ! La musique du cœur est celle qui s'engage et pas celle qui cherche ou augmente l'audience...

 

16:53 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/12/2013

"A TOUCH OF SIN": un film saisissant qui interroge.

 

A Touch of Sin.jpgUn film très dur. Une série de quatre personnages "fictifs", dont le portrait n'a de commun qu'une extrême violence pour garder leur dignité. A travers eux, on découvre l'évolution rapide d'une Chine contemporaine en proie à l'inégalité, à la corruption. L'écriture du film baigne dans l'hémoglobine de quatre faits divers nous faisant voyager dans quatre provinces de l'immensité chinoise. Nous sommes très éloignés des clichés lissés ou idéalisés de cet Empire. C'est une Chine, Etat communiste gangrenée lentement par le capitalisme et baignant dans la censure et la corruption. Une Chine qui creuse l'écart entre les riches et pauvres.

 

"A TOUCH OF SIN" est un film saisissant qui interroge. On en sort "secoué"'. La vision "politique" de l'auteur nous décrit une Chine qui nous renvoie à notre société. Une société où la pulsion l'emporte sur la réflexion et l'égoïsme sur la solidarité.

 

Cette vision est donc tronquée. Elle ne compile que tous les maux de la Chine d'aujourd'hui (corruption, prostitution, accidents du travail, familles déchirées, inégalités sociales,  mauvais entretien des trains à grande vitesse). L'alternative proposée n'a rien de vraiment politique. Elle n'offre, comme seule solution que le règlement de comptes individualiste. C'est du western! C'est une fiction autant qu'un documentaire.

 

J'ai aimé ce grand film malgré une certaine langueur. Les acteurs sont remarquables. N'allez évidemment pas le voir pour vous distraire! N'en sortez pas pro ou anti communiste, pro ou anti capitaliste. Ce film d'art n'est en fait qu'un témoignage remarquable d'une société en crise, celle de la Chine mais aussi du monde. C'est un signal d'alerte salutaire et une sorte d'hommage artistique violent et touchant  aux humiliés et offensés du monde entier.

 

08:09 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/12/2013

Music Awards 2014: Fort minable!

 

NRJ Music Awards.2.jpgTandis que je lisais avec délectation le livre de Raoul Hédebouw, je regardais d'un œil NRJ Music Awards. A part le formidable Stromae, TF1 nous a encore livré un spectacle fort minable. Aucune originalité. Une présentation lisse et pommadée de Nikos Aliagas. De l'humour raté, téléphoné et stéréotypé des artistes proclamant les prix. Lumières à gogo pour une mise en scène du marché international de la musique qui fabrique aujourd'hui les chanteurs et les vend comme des savonnettes. Des pseudos chorégraphies sans signification pour accompagner des artistes de mode en mal de popularité. Une salle chauffée artificiellement qui hurle et applaudit. Minable. Nul doute que parmi ses stars de la chanson, beaucoup seront comme les étoiles filantes et ne brilleront que quelques années. C'est ça le "capitalisme" de la chanson: le profit d'abord et l'art bien après. Ce qui compte est le show et l'art on s'en fout. L'important est de faire de l'audience. Le look a plus d'importance que la chanson. Les sur maquillages, les larges décolletés, les robes dévoilant les courbes, les paillettes valent plus pour faire rêver que les textes et la musique. Il faut électriser le jeune public et celui qui veut rêver faussement le rester.

 

Seule consolation, grandissime favori, Stromae a reçu sans surprise le NRJ Music Award du meilleur artiste masculin francophone de l'année et celui de la meilleure chanson française. Espérons que cet authentique artiste ne se perde dans les affres du marché et que ses névroses engendrent encore longtemps les mots et la musique de la fragilité humaine dans ses contradictions et incohérences.

 

08:12 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/12/2013

Zorro Decroly est de retour!

 

zorro.jpgVincent Decroly, que ses anciens camarades écologistes appelaient "Saint Vincent De Crol" en référence à Vincent de Paul, revient donc dans "l'église politique". Après avoir obtenu sa toge d'avocat, le chevalier blanc de l'affaire Dutroux ressort sa veste politique. Il la veut verte et rouge. Voilà qui est noble, généreux et sympathique. Hélas, il faut avouer qu'il arrive un peu en marathonien solitaire, en carabinier d'Offenbach, pensant ouvrir des portes que d'autres ont largement franchies pendant sa longue absence. Son arme rouge et verte est déjà bien portée par les troupes du PTB! On peut alors s'interroger sur son choix de créer un nouveau parti ou du moins de rejoindre l'embryonnaire VEGA. Dommage pourtant de diviser ainsi des troupes de gauche, par crainte sans doute de ne point y trouver une place de général. Vrai que son ex collègue, Bernard Wesphael, de par sa retraite malheureuse et  fermée, lui laissait une large place sur le champ vert et rouge d'un Mouvement de Gauche déliquescent. Je ne sais si son souhait de fêter Noël en prison, avec les prisonniers qu'il estime, à juste titre, être  un concentré de notre société et de ce qui ne va pas dans notre système, lui fera rencontrer soit son ex collègue ou le bourreau qui a fait sa popularité!

 

Une chose plus certaine et plus sérieuse est que d'autres militants de notre société n'ont pas attendu le retour de Zorro pour défendre les intérêts des travailleurs et une vision plus écologique de notre société.

 

Je pense pourtant que V. Decroly reste un homme de convictions. On ne peut lui reprocher de s'être un jour "vendu" pour un mandat. Triste donc de le voir revenir ainsi en espérant bouleverser l'échiquier politique qu'il combat en divisant une gauche qui défend une grande partie de son idéal.

 

 

 

09:55 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |