mik dupont UA-70672535-1

05/01/2014

Nouveau coup de gueule politique...

 

marre.jpg

Je viens de voir sur ordi le débat de controverse du 29 décembre. Mauvaise soirée qui me met en rage. J'en ai une vraie indigestion. Comme je disais, ces messieurs et dames politiques ont l'art de vraiment noyer le poisson et de rendre complexe des mécanismes économiques pourtant simples. La vérité veut aussi qu'ils soient fortement aidés par des journalistes qui posent des questions tartes à la crème, proches de la simple anecdote. Les citoyens intervenants, sous prétexte d'interactivité, sont tétanisés par la fausse science des professionnels du verbe qui semblent pourtant  se battre comme en maternel pour prouver que leur montage en  plasticine est le meilleur.

 

Un constat est en tout cas que nos dirigeants vivent complètement à côté de la réalité vécue quotidiennement par la majorité des citoyens. Ils ne cessent de vanter tous les sparadraps que leur intelligence a créés sans jamais se poser la bonne question: l'origine des plaies!

 

Quel contraste avec le livre de Raoul Hedebouw, porte- parole du PTB. Là, le discours et les propositions sont clairs, limpides. On se demande où est le populisme. Le vrai populisme n'est-il pas de nous faire croire que le capitalisme, l'acceptation du libre marché, la puissance de "l'ikeamondialisation", la spéculation boursière, etc. sont des réalités inéluctables. Si cela est le cas, quelle utilité a encore la politique? Aucune. Vous êtes payés grassement pour ne rien faire, sinon pour légiférer de plus en plus sur des problèmes éthiques et moraux qui, par ailleurs, cannassent souvent nos libertés individuelles. Occupez-vous en priorité de l'éthique économique.


Toutes vos petites lois sont de minables soins pour tenter de faire croire à une thérapie efficace. Malheureusement, elle ne peut l'être puisque vous posez, souvent volontairement, le mauvais diagnostic. Il est vrai que vos pilules placébo arrangent bien votre petit commerce.

 

Il est grand temps, non seulement de changer le personnel politique, mais de changer vraiment la politique.

 

De la richesse il y en a. Elle est le fruit des travailleurs qui ne cessent d'en produire par leurs mains, par leurs cerveaux. Mais comment faites-vous tourner la richesse produite? C'est pourtant votre rôle.

 

Monsieur Marcourt osait avouer que le PTB posait souvent les bonnes questions. Le PS se poserait les mauvaises? Hélas oui. Il a abandonné celles qui le fondaient.  Celles des causes réelles de l'injustice distributive de la richesse et du savoir. A l'université, mes professeurs répétaient que poser les bonnes questions étaient déjà y répondre en grande partie. Maître Marcourt, auriez-vous oublié vos fondamentaux?

 

Oh, je les entends les ennemis de la vraie gauche. Ils crieront encore au populisme, comme la droite entonnera encore son refrain de l'infernal assistanat et du désert économique. Mais qui s'abritent dans les oasis?

 

J'aime d'ailleurs la réponse de Raoul Hédeboux qui répond à l'objection souvent entendue sur un socialisme qui favoriserait le nivellement des conditions de vie par le bas: " Au contraire, dit-il. C'est comme la première et la deuxième classe dans les trains. Nous ne cherchons pas à supprimer la première classe. Notre but c'est de supprimer la deuxième! Le nivellement de la société que nous voulons, c'est un nivellement par le haut. L'accession au bien-être dépend aujourd'hui toujours plus de la classe sociale, et cela, ce n'est pas notre vision de société."

 

Ce n'est pas non plus la mienne. Mais ces messieurs, dames, non seulement se sont coupés de la deuxième, mais sont en train de récréer une troisième.



 

 

 

22:57 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.