mik dupont UA-70672535-1

16/01/2014

La fonction royale est schizophrénique.

roi et reine.jpgEn regardant " question à la une" consacrée au roi Philippe, comment encore maintenir une fonction aussi schizophrénique qu'archaïque. Pauvre roi et pauvre peuple! D'abord pour la personne même du roi. Comment parvenir à trouver un épanouissement dans une discordance quasi permanente entre sa pensée personnelle, comme celle du croyant catho qu'il est et son discours laïc? Comment gérer paisiblement des émotions qui doivent répondre à une neutralité absolue. Comment gagner la confiance dans des rapports avec toute une série de personnes et d'institutions aimées ou détestées? Comment donner une image populaire quand on vit dans un palais doré? Comment en étant à cette fonction par sa seule appartenance de sang représenter tout un peuple? Voilà bien un exercice qui doit relever de la psychiatrie ou plus simplement d'une comédie imposée par son hérédité. Il y a probablement de la schizophrénie chez tous les hommes et femmes politiques mais pas, me semble- t-il à un degré aussi élevé.

Et pour le peuple? Comment lui faire comprendre que le roi règne mais ne gouverne pas. Rien que cela relève aussi presque de la démence. Comment adhérer à un système qui fait d'un chef d'Etat une mascotte qu'on agite pour symboliser une unité de plus en plus détricotée par nos politiciens; qu'on ballade de pays en pays parce qu'une couronne de quelques siècles fait plus d'impression que des autorités élues; parce que princes et princesses font encore rêver ailleurs que chez Wall Disney ! Et dire que ça marche, même dans des pays dits modernes et démocratiques.

C'est que la fonction lors de la formation d'un gouvernement fédéral peut devenir un confessionnal qui cache bien les ambitions des partis, des politiciens en quête d'un compromis qui de toute façon se fera dans des bureaux de parti. Les salons royaux  ne servent qu'à faire patienter via des formules de plus en plus acadabrantesques comme lors de la pénible et dernière formation.  Faut-il vraiment un roi pour exercer ce rôle de curé ou de psychologue? Les gouvernements régionaux s'en passent bien, même si l'objectivité veut que cela soit plus simple.

Bien que d'autres problèmes soient plus importants que le maintien ou non de ce système, comment après un minimum de réflexion être encore attaché à la monarchie et de pas souhaiter une république?

Une fois de plus, l'ensemble de nos médias et une large majorité de journalistes nous font voyager dans la poétisation, voire dans la  peopolisation de cette fonction. Pas de débats de fond. Rien que des parlottes de concierges se servant de couverts d'argent pour nous bassiner les yeux et les oreilles sur l'importance de l'image, de la communication. Cette presse semble accepter d'être muselée et au service de sa majesté, en se permettant seulement quelques critiques très feutrées. Il faut rester politiquement correct!

Et notre brave Philippe, lui, tente de remplir au mieux un rôle formaté par la bonne conscience du vieux costume hérité qui doit simplement s'adapter à la mode imposée autant par la haute couture du pays que par ses "hauts" couturiers politiques. A ses côtés, une très élégante et jolie reine récitant des discours charitables. Une reine dont les éternels sourires font vendre montres, chocolats, bières, fringues de luxe et entretiennent les fans d'un passé révolu où la bergère rêvait d'être princesse et inversément.

N'aurions-nous pas encore franchi le cap de l'ignorance pour enfin l'éclairer, mais aussi celui de l'impuissance persistante de l'être humain à faire valoir une démocratie qui soit au service de tous et non celle qui s'incline encore devant des couronnes ou des écharpes tricolores ?

00:08 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.