mik dupont UA-70672535-1

26/01/2014

Tous coupables de la "peopolisation"de notre société?

 

poeple.jpgY en a marre des médias qui passent leur temps à commenter les actualités people. Qui entretient le show débilitant qui empêche d'aborder de façon sérieuse les thèmes qui touchent le cœur de la vie des gens? Ceux qui ont évidemment avantage à maintenir l'ignorance. Entretenir le besoin de vivre par procuration demeure un bon lubrifiant social. Nous sommes évidemment tous un peu voyeurs, mais savoir qui couche avec qui, qui est en colère contre qui, qui trompe qui, etc. .sont-ils donc si importants pour que la presse en général en fasse ses choux gras. Les héros et dieux de substitutions d'aujourd'hui éveillent des désirs d'ascension sociale factice que le capitalisme à l'art de créer et d’entretenir pour encore et encore mieux vendre.

 

La fascination pour les spécimens plus riches, plus célèbres, plus beaux et plus désirables m'interpelle. Qu'elle s'exprime en termes d'admiration, de dérision, d'humour ou de jalousie, n'est-elle pas une projection avouée ou non d'imaginer devenir autre que la majorité des humains, une facilité d'échapper à son sort sans devoir combattre l'inégalité et s'engager dans un altruisme solidaire? Je ne suis pas psy. Il y a certainement de cela et d'autres facteurs.

 

Enfant, fils de famille très catho, j'avais comme modèle d'identification des saints. J'en ris aujourd'hui et me dis que ces modèles, très éloignés des stars actuels, avaient au moins le mérite de susciter un altruisme, peut-être un peu cucul, mais qui avait le mérite d'exister. L'invitation à la gratuité des bonnes actions rapportait évidemment à une Eglise qui culpabilisait et empochait les dividendes d'une aide aux pauvres, veuves et orphelins.

 

Les curés sont remplacés aujourd'hui par toute une série de personnes, d'organisations qui vivent aussi sur une espèce de charité moderne. Ces modèles généreux ont plus de succès que les modèles révolutionnaires qui, eux, ne veulent pas soigner la pauvreté mais la supprimer!

 

Les temps ont bien changé. Je ne suis pas sûr, par exemple, que le succès du film "Le Loup de Wall Street" soit dû à une condamnation du capitalisme, mais surtout à la fascination que représente l'argent, le pouvoir, les femmes, la drogue. Jordan et sa meute représentent pourtant bien l'inhumanité d'un système où seul le profit compte. La simple identification positive ou négative semble nourrir un besoin humain savamment implanté dans notre esprit. Les histoires d’ascension sociale extraordinaire font le succès non seulement des médias, des films, mais aussi des loteries et jeux.

 

A bien y regarder, si les temps ont bien changé concernant les modèles et leur peopolisation  ou "poubellisation", il y a toujours eu une espèce de starisation. Les dieux du récit de l'Odyssée d'Homère pourraient être mis en parallèle avec les stars des tabloïds! Ils sont aussi vaniteux, narcissiques que les "héros" de Wall Street!  Ils participent aussi à des beuveries, cocufient leurs conjoints, manquent à leur parole et exigent une adoration  constante!

 

Ce qui a, en tout cas, changé est la circulation de toute cette "peopolisation". Il suffit de consulter Internet et les réseaux sociaux pour voir que les potins sont bien plus mis en avant que des débats sérieux. Les discussions entourant les frasques de Hollande ont plus de succès que celles sur sa politique. Le coma de Michael Schumacher passionne plus que celui dans lequel Merkel place le peuple allemand! Ne sommes-nous pas tous coupables de peopoliser constamment l'actualité en demandant de donner des avis sur des futilités de tout genre?

 

20:38 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.