mik dupont UA-70672535-1

28/02/2014

Information et Pub.

pub et politique.jpgJe regarde souvent "Envoyé spécial" sur FR. Ce jeudi, nous avons encore eu droit à une information intéressante. Je retiens tout spécialement le reportage sur le PPE ( Participation-Privé-Etat) qui a dénoncé ce marché de dupe qui favorise la politique d'un moment, c’est-à-dire la satisfaction d'une population qu'offre à court et moyen terme le responsable politique, mais qui fait payer cher, à longue échéance, cette politique à la génération future en enrichissant scandaleusement le privé et en ruinant le public. Les exemples belges seraient faciles à trouver. Ramassage des d'immondices, gestion des parkings et de nombreuses grosses infrastructures.

Après "Envoyé spécial", le "Complément d'enquête", consacré à l'homme Hollande, sombrait bien trop dans l'anecdotique et présentait finalement peu d'intérêt. L'important n'est pas l'homme Hollande, mais la politique qu'il mène. Celle-ci y était évoquée, mais à travers un prisme très superficiel et quelque peu racoleur.

Même si ces émissions sortent du lot des conneries d'une large majorité d'autres, qu'elles soient documentaires, de divertissement , nous sommes loin de productions ayant comme véritable objectif l'information, l'expression, l'éducation. Ceci s'explique très probablement par la nécessité de concilier audience avec le dictat de la pub. Cette pub qui est devenue le revenu économique indispensable pour le maintien d'une chaîne, y compris publique.

Nous pouvons constater qu'en ce qui concerne les émissions politiques, il faut pour plaire alors au patron public, qu'elles soient suffisamment lisses pour préserver la dotation et les nominations!.

Osons aussi relever que la commercialisation de la TV et des autres médias engendre une forte diminution des contenus pour s'égarer dans ce que nous pouvons définir comme racolage, sensationnalisme et toute la gamme qui prend comme parti nos faiblesses. Cette manipulation a comme seul but le lucratif. L'investissement sur la culture, la recherche artistique, l'éducation, etc. rapporte évidemment moins et le risque commercial y est très grand. On ne soulignera jamais assez l’impact de la publicité sur la qualité des contenus des médias. Le contenu doit s’adapter à la publicité pour optimiser les gains.

Voilà qui pose évidemment le problème de l’indépendance et du financement. Il se pose pour les artistes, les sportifs, comme pour les journalistes, qui ne peuvent presque plus se permettre d’être indépendants d’un pouvoir commercial.

Le débat politique sur ce sujet semble quasiment absent.

Je me demande même si un jour nous n'aurons pas droit à des débats politiques sponsorisés par "Coca Cola" "Ikéa","Carrefour" "Apple" ou "Sony"! Celui qui gagnera par son art de convaincre recevra en plus de cette valeur celle ajoutée par la marque. Cette caricature est plus proche de la réalité que nous pourrions croire. En effet, les marques ne sont aujourd'hui plus seulement des produits mais bien des univers complets qui ont mis au pas bien des politiciens!

 

 

00:38 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.