mik dupont UA-70672535-1

01/03/2014

Ukraine: Après les bons sentiments, et maintenant....

ukraine 2.jpgEn ayant adoubé le coup d'Etat en Ukraine, L'Europe se retrouve aujourd'hui dans une situation bien dangereuse. La résistance de la Crimée russophone prépare probablement la scission du pays et le rattachement plus ou moins direct des provinces russophones, hautement industrialisées et contrôlant l’accès à la Mer Noire, à la Russie.

Ne nous trompons pas d'analyse. L'appui continuel aux manifestants de l'UE et des USA n'avait rien avoir avec la démocratisation du pays et la défense des droits de l'homme. L'objectif cynique était de seulement étendre à tout prix leurs champs d'action et d'exploitation pour faire un maximum de profit à travers leurs multinationales. C'est ce qu'ils espéraient par le soutien hypocrite du désir de liberté des foules de la place de Maidan. Des foules manipulées, non seulement par des pays extérieurs, mais aussi de l'intérieur par des partis fascistes d'extrêmes droites et ultranationalistes. N'oublions pas que Kiev ne s’étend nullement à l’entièreté du pays, et qu’une partie importante des forces de l’opposition appartient à des mouvements politiques populistes et extrémistes.

L'UE aurait sans doute été mieux inspirée de trouver un compromis avec le nouvel impérialisme russe de Poutine afin de garantir, dans un axe, "Est" et "Ouest" un mode d'organisation garantissant   les spécificités culturelles et linguistiques de ce pays plus déchiré que jamais.

Mais elle est évidemment incapable dans la mesure où cet UE n'est qu'économique et où le seul lien qui l'unit est le capitalisme et son diktat des "marchés". Sa seule politique est une gestion catastrophique de la dépopulation, de la désindustrialisation, de l’immigration, du vieillissement, de la délocalisation, du chômage, etc.

Une union qui, de plus, tient encore à conserver ses Etats-nations, avec en tête l'Allemagne et la France et semble, malgré un pâle président flamand, ignorer des territoires multi-ethniques.

Que penser alors de l'avenir de ce pays? Probablement une scission de la Crimée le rattachement plus ou moins direct des provinces russophones à la Russie. Les partisans européens de Kiev seront  gouvernés, eux, par un gouvernement truffé d'extrémistes de droite et néos-nazis. Les minorités risquent d'être martyrisées et la gauche écrasée violemment.

Au pire, la guerre civile s'installera dans ce pays de façon plus durable qu'imaginée. Nous serons alors décrédibiliser aux yeux d'Ukrainiens qui voyaient en nos pays un modèle de démocratie auquel ils voulaient s'allier.

Au niveau géopolitique, un rattachement avec la Russie aura été un échec cuisant et amènera Poutine à se renforcer de cette situation. La domination de l'un sur l'autre s'accroîtra. Des institutions chargées de coordonner le vivre-ensemble de différents groupes seront mises au placard au profit de nouvelles dictatures.

Nul ne peut vraiment prédire l'avenir de ce pays et l'actualité aura vite oublié la volonté du peuple, tout comme celui de la Syrie et bien d'autres…

 

11:10 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.