mik dupont UA-70672535-1

02/03/2014

Diabolisation du PTB-GO.

 

1795776_643718799025337_1265421918_n.jpgNe sachant trop quelle arme choisir pour combattre un vrai  parti de gauche, Tous les partis traditionnels, avec le PS en tête, tente de le décrédibiliser par une série d'arguments fallacieux en l'assimilant à des régimes communistes passés ou pire encore au régime de la Corée du Nord. Alors que la presse s'inquiète peu d'aller revoir les textes fondateurs d'autres partis, elle s'acharne de trouver dans ceux du PTB la trace d'un rattachement à des pays où le communisme a excellé en horreurs. Aucune nuance n'est apportée pour éclairer un communisme qui n'a pas apporté que des horreurs mais a participé à une émancipation indéniable d'une classe ouvrière méprisée et exploitée. Une analyse sérieuse du capitalisme aboutirait aussi sur ce que celui-ci a entrainé comme guerres meurtrières au nom d'une idéologie où, pour le profit d'une petite minorité, les pauvres ont été envoyés comme chair à canon.

Interroge-t-on Magnette sur la charte de Quaregnon qui n'a jamais été supprimée de la référence idéologique du PS et qui pourtant stipule clairement en son article 3:" La réalisation de cet idéal est incompatible avec le maintien du régime capitaliste qui divise la société en deux classes nécessairement antagonistes: l'une, qui peut jouir de la propriété sans travail, l'autre, obligée d'abandonner une part de son produit à la classe possédante." ?

Le PTB, par son porte- parole, a beau répéter que son parti prend le socialisme comme idéal (comme sans doute beaucoup de militants socialistes) avec la volonté de le construire de manière moderne dans les conditions de la Belgique de 2014, la presse ne cesse de relayer les déclarations de ceux qui mettent en avant les dérives du communisme de jadis, sans jamais lui mettre en parallèle celles du capitalisme. L'analyse n'est jamais qu'à charge pour l'un et à décharge pour l'autre.

Qui prend encore la peine de connaître une analyse marxiste qui demeure, pour l essentiel , d'une actualité criante. Il n'y a point de honte de s'y rattacher et encore moins de danger que de se rattacher aux théories libérales.

Hurler au loup de l'extrémisme rouge, comme le fait le PS , alors qu'il soutient des mandataires, comme Mathot, qui mènent une politique de spéculation casino est indigne. A noter  pour l'anecdote  que le député- bourgmestre de Seraing tente de se disculper de sa fortune floue en la justifiant par des gains obtenus dans les jeux de Las Vegas ou de Mandelieu!

Cuba n'est peut-être pas un modèle de démocratie, mais il n'a de leçon à ne recevoir d'aucun autre pays capitaliste. Le bordel qu'en avaient fait les américains n'était pas un exemple de démocratie. Grâce à Castro, ce pays a pu se développer sur bien des points cruciaux et vitaux. Les pays d'Amérique latine qui tentent se réapproprier les richesses que les multinationales leur spolient sont à soutenir. Parce que " les Socialistes de tous les pays doivent être solidaires, l'émancipation des travailleurs n'étant pas une œuvre nationale mais internationale." (Chartre de Quaregnon).

Le PTB est actuellement le seul représentant, "non seulement de la classe ouvrière, mais de tous les opprimés, sans distinction de nationalité, de culte, de race ou de sexe".

Qu'on arrête alors les amalgames faciles et destructeurs par peur de perdre un pouvoir offrant privilèges, argents à ceux qui l'exercent au profit de la classe privilégiée d'un capitalisme, faussement démocratique, devenu plus destructeur que jamais.  

 

 

 

09:39 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Excellent. Mérite sans aucun doute une publication dans un journal qui serait "objectif". En attendant, je vais te le piquer et le faire voyager en ton nom..

Écrit par : Reiter | 02/03/2014

"Cuba n'est peut-être pas un modèle de démocratie" Dites-vous! Encore faut il alors préciser le modèle.
Du 1er décembre 2010 au 28 février 2011, un projet de réforme de la politique économique et sociale, élaboré par la Commission de Politique économique du Parti communiste cubain, a été soumis à un vaste débat public avec l’aide de la centrale syndicale du pays [48]. Au total, près de 9 millions de Cubains ont assisté à l’une des 163 000 réunions organisées pour débattre du projet avec un total de 3 millions d’interventions. Le document original comprenait 291 points, desquels 16 ont été intégrés à d’autres, 94 ont été maintenus intacts, 181 ont été modifiés et 36 ajoutés pour un total comprenant au final 311 points [49]. Le projet de départ a ainsi été modifié à 68% par les citoyens et a été adopté le 18 avril 2011 lors de la tenue du VIIe Congrès du Parti communiste cubain par les mille délégués représentant les 800 000 militants [50]. Il a ensuite été soumis au Parlement cubain, qui l’a approuvé en session plénière le 1er août 2011! Voilà comment ce " mauvais" modèle démocratique fonctionne.

Écrit par : verlinden | 02/03/2014

merci de vos commentaires. Je crois, en effet, que malgré des lacunes indéniables, Cuba vaut bien notre démocratie qui n'est pas aussi un modèle de démocratie!

Écrit par : mik | 02/03/2014

"Le PTB est actuellement le seul représentant, non seulement de la classe ouvrière, mais de tous les opprimés, sans distinction de nationalité, de culte, de race ou de sexe". FAUX il y a aussi le MGJOD qui lui est neutre !!!

Écrit par : MGJOD | 02/03/2014

Le PTB GO ne pourrait pas faire mieux que le PS, pour l’excellente raison qu’il est impossible de distribuer ce qu’il n’y a pas. Tout ce dont ce parti serait capable serait de faire fuir ce qu'il reste d'entreprises importantes en Belgique en leur faisant peur: elles craignent comme la peste les grèves et les communistes purs et durs qui composent le PTB. Et la révolution, les violences, les règlements de compte, les atteintes aux libertés individuelles, les Belges sensés n’en veulent pas. Si les partis actuels sont remplacés par le PTB, il n'y aura pas deux classes sociales: les riches et les pauvres. Il n'y en aura plus qu'une: les pauvres. Les riches et les entreprises vont fuir le pays dès l'annonce du résultat des élections et seuls les élus tireront les marrons du feu (c'est d'ailleurs leur but). Si tous les capitaux fuient à l'étranger, nous connaîtrons une misère de loin pire que celle que connaissent actuellement certains (rappelez-vous l'URSS et la RDA) et la liberté dans tous les domaines, y compris la liberté de parole, ne sera plus qu’un souvenir.

Écrit par : MGJOD | 02/03/2014

Corsé, le petit livre rouge du PTB
François Brabant

François Brabant

mardi 18 décembre 2012 à 10h47

Le Vif/L’Express a pu consulter « Le Parti de la révolution », le manuel qui sert de référence théorique aux cadres du PTB. L’un des chapitres s’intitule « rectifier et épurer ». Staline et Mao y sont décrits comme des modèles à suivre. De quoi entretenir le doute : la formation marxiste a-t-elle vraiment changé ?

Tine Van Rompuy, Raoul Hedebouw, Peter Mertens et Marco Van Hees. (PTB+) © Image Globe

Le Vif/L’Express a eu accès à l’intégralité des statuts du PTB, ainsi qu’au document adopté par le parti à l’issue de son dernier congrès, en 2008. Sans surprise, le PTB s’y décrit comme « un parti communiste de notre temps ». Il se prononce « pour un appareil d’Etat socialiste », et prévoit de collectiviser à terme « les grandes entreprises, les grandes propriétés foncières, l’agrobusiness, les grands moyens de communication et de transport ». Rien que du classique, dans le chef d’un parti marxiste.

L’article 29.11 des statuts du PTB se révèle plus énigmatique. Celui-ci stipule que « les principes idéologiques et organisationnels pour le travail de cadre ont été fixés par le Ve Congrès dans le manuel Parti de la Révolution ».

Le Parti de la révolution a été rédigé en 1995 par Ludo Martens, le père-fondateur du PTB, décédé en 2011. Il se présente à la fois comme un ouvrage idéologique, exposant les principes fondateurs de la doctrine marxiste et léniniste, et comme un guide pratico-pratique, à destination des cadres du PTB.

Le Vif/L’Express s’est procuré un exemplaire de ce livre qui sert aujourd’hui encore de référence théorique pour les cadres du PTB – du moins si l’on se fie aux statuts du parti.

Son contenu présente un contraste spectaculaire avec la nouvelle image marketing du PTB, consensuelle et débarrassée de ses anciens oripeaux staliniens et maoïstes.
Quelques extraits

Page 16 : Quelques cadres du Comité central 1987-1990 ont capitulé et quitté la direction [du PTB]. Dans le cas le plus grave, il s’agit d’un camarade qui a « découvert » en 1989 qu’il se trouvait en plein accord avec les thèses les plus droitières des révisionnistes et des sociaux-démocrates : contre Staline, contre les Khmers rouges, contre la suppression de l’émeute contre-révolutionnaire à Beijing [place Tienanmen], contre la dictature du prolétariat.

Page 16 : Le parti proclame depuis toujours qu’il base son activité sur les œuvres de Marx, Engels, Lénine, Staline et Mao Zedong.

Page 23 : Rectifier et épurer. Il faut mener une campagne de rectification parmi les cadres [du PTB], liée à une formation accélérée d’une nouvelle génération de cadre.

Page 26 : Il faut étudier les théories de Marx, Engels, Lénine, Staline et Mao comme une science intégrale couvrant plusieurs vastes domaines : la philosophie, l’économie, la lutte politique et militaire, la culture. (…) Il faut critiquer les théories et politiques bourgeoise ainsi que les théories et politiques réformistes et opportunistes.

Page 30 : Pour une direction bolchevique. L’existence d’un noyau stable de cadres révolutionnaires bien formés est d’une importance décisive pour le développement du parti et pour la victoire de la révolution.

Page 44 : Etudier le marxisme-léninisme, combattre le révisionnisme. Les cadres du parti doivent étudier la théorie marxiste-léniniste comme une science. (…) Pour un parti communiste, il est d’une importance vitale d’étudier les œuvres de Marx, d’Engels, de Lénine, de Staline et de Mao Zedong ainsi que l’expérience du mouvement communiste international. (…) Les cadres doivent s’efforcer de connaître, dans un délai de quelques années, toutes les œuvres de base. Celles-ci leur permettront de s’orienter dans la plupart des problèmes qu’ils rencontrent.

* Marx et Engels
- Le Manifeste du Parti communiste
- Socialisme utopique et socialisme scientifique
- Travail salarié et Capital
- Le Capital

* Lénine
- Que faire ?
- Un pas en avant, deux pas en arrière
- Deux tactiques de la Social-Démocratie
- L’Etat et la révolution
- La révolution prolétarienne et le renégat Kautsky
- Le gauchisme, la maladie infantile du communisme
- L’impôt en nature
- De la coopération

* Staline
- Principes du léninisme
- La Révolution d’Octobre et la tactique des communistes russes
- Les questions du léninisme
- Le caractère international de la Révolution d’Octobre
- Questions de politique agraire en URSS
- Pour une formation bolchévique – Rapport au Comité central, mars 1937
- Histoire du PCUS (Bolchevik)
- Rapport au XVIIIe Congrès du PCUS

* Mao Zedong
- Problèmes stratégiques de la guerre révolutionnaire en Chine
- De la pratique
- De la contradiction
- De la juste solution des contradictions au sein du peuple

* Enver Hoxha
- L’histoire du Parti du Travail d’Albanie

Page 46 : L’absence d’efforts dans l’étude du marxisme-léninisme, la passivité et le suivisme sur le plan théorique sont source de révisionnisme. Certains cadres refusent de placer haut la barre pour tout ce qui concerne leur tâche d’étude. Ils évitent soigneusement des tâches théoriques difficiles qui exigent beaucoup d’effort et de travail. En fait, ils manifestent une aversion pour l’analyse politique et, par conséquent, pour la lutte de classes politique.

Page 64 : Réforme et révolution. Sous la dictature de la bourgeoise, en dehors des périodes révolutionnaires, les luttes ont pour but d’arracher des concessions et de défendre des acquis. Dans l’optique communiste, la lutte pour ces réformes doit préparer la révolution future, elle doit développer la conscience révolutionnaire. Un parti communiste mesure les résultats d’une lutte partielle à ces deux questions décisives : a-t-elle fait progresser l’organisation révolutionnaire et a-t-elle fait progresser la conscience révolutionnaire ?

Page 71 : La lutte de classes révolutionnaire, l’insurrection, la guerre civile prolongée sont trois chaînons dans un même combat pour la libération.

Page 123 : La priorité pour les années à venir est de faire assimiler et appliquer les principes d’organisation et de management définis dans ce livre.

Page 160 : Dans toute organisation, il s’introduit une tendance à voir les cadres devenir inamovibles. (…) Pourtant, l’inamovibilité encourage la routine, le bureaucratisme, la coupure avec les masses, l’absence de créativité, la disparition de l’esprit révolutionnaire. (…) Staline a combattu l’inamovibilité par la critique, le contrôle de la base et l’organisation d’élections, puis par l’épuration. Mao Zedong l’a combattu durant la Révolution culturelle.

Page 267 : Militer chaque fois que l’on se rend à une réunion, à une activité : il arrive trop souvent que des cadres se rendent à des activités sans vendre de matériel et sans faire un travail de recrutement.

Écrit par : MGJOD | 02/03/2014

Vous savez l'extrême droite aussi veut se refaire une virginité avec des beaux sourires et tient le même discours que le PTB pour y arriver, mais là bizarre le PTB ne les croit pas et continue de les combattre... donc ça veut bien dire que tout comme l'extrême droite et bien l'extrême gauche n'a pas changé non plus malgré la belle façade qu'elle montre l'arrière boutique est toujours aussi à vomir... CQFD

Écrit par : MGJOD | 02/03/2014

Le PTB-GO! n'est pas du tout socialiste mais bien COMMUNISTE d'ailleurs le PTB-GO! c'est : le PTB + le Parti Communiste + La ligue Communiste Révolutionnaire... donc rien de socialiste dans tout ça leur nom est pourtant bien clair non ??? COMMUNISTE

Écrit par : MGJOD | 02/03/2014

Maintenant on va voir si le PTB a vraiment changé et démocratique comme il le dit, car je suis certain que mes commentaires vont être effacé, comme je suis d'ailleurs bloqué de tout les facebook PTB... la vérité dérange...

Écrit par : MGJOD | 02/03/2014

à MGJOD. je ne vais certainement pas effacer votre commentaire qui est VOTRE vérité. Cela prouve la diabolisation que je dénonce. Je vous invite aussi à relire la charte de Quaregnon, toujours présente dans les textes fondateurs du PS. Je comprends cependant que vos commentaires soient par ailleurs supprimés. Désolé de vous déplaire, mais je ne répondrais plus à ce qui est chez vous des provocation à polémiquer pour attirer l'attention sur votre mouvement qui me semble très populiste et très à droite. Bien à vous.

Écrit par : mik | 03/03/2014

Les commentaires sont fermés.