mik dupont UA-70672535-1

09/03/2014

Le "salon numérique": Nouveau lieu de réflexion ou nouveau café de commerce?

numérique.jpgTous les jours, je regarde le JT de la RTBF, de FR2, parfois de RTL. Tous les jours, je fais ma petite revue de presse. A vrai dire, je n'en retire pas grand-chose. Toutes les infos se ressemblent et paraissent être des coller-copier d'agence de presse. C'est une information tiède, politiquement correcte. Elle ne prête pas à la discussion ou au débat. Les experts ou pseudo experts sont, eux aussi, de pâles relayeurs de cette pensée unique à la langue de bois.

Compléter son information via internet peut être intéressant pour autant de savoir éviter le piège d'un fatras de foutaises qui y circulent.

Je passe relativement beaucoup de temps sur Facebook. L'information que véhiculent les amis et connaissances s'avère parfois très utile. Elles créent aussi une convivialité dans les échanges. Avouons cependant qu'elle se limite beaucoup à des banalités quotidiennes, à des faits divers sans grande importance. La vie personnelle y est souvent évoquée. Voilà qui alimente agréablement un partage mais qui reste malgré tout très superficiel.

Facebook ou Twitter  véhiculent aussi un tas d'informations peu réfléchies avec des jugements hâtifs ou de bêtes calomnies qui n'alimentent pas beaucoup le vrai débat d'idées.  L'anecdote y règne et on bénit ou condamne sans lire ou écouter. Le "salon numérique" remplace le café de commerce. Et pourtant, la réalité de la crise, la remise en question de "dogmes" moraux et éthiques, la pauvreté galopante touchent bien ce qui tisse le quotidien de la vie de tous. Y aurait-il là une forme de déni ? L'intelligence serait-elle mise au frigo pour éviter la peur de la confrontation à cette dure réalité? Les jeux virtuels seraient-ils devenus une espèce d'euthanasie de l'esprit?

Loin d'être un lieu d'information et d'éducation animant le débat démocratique, les réseaux sociaux ressemblent de plus en plus à des espèces de miroirs réfléchissant des égos en quête de reconnaissance sur tout et surtout sur rien! On y recherche bien plus l'opinion sur soi que sur celle qui traite des questions de société.

Il me semble que toute l'information tire de plus en plus les gens vers le bas. Discuter des gens, des événements peoples prend une telle ampleur que les débats d'idées sont devenus de plus en plus résiduaires. La démocratie en prend un coup et devient très malade.

Je ne veux pourtant pas être défaitiste. A côté de la moitié de la bouteille vide, il y a aussi l'autre à moitié pleine. Nous sommes bien plus informés de ce qui se passe autour de nous que nos ancêtres. Même si cette espèce de surinformation a créé une difficulté de tri, elle peut alimenter une réflexion et forger des opinions. Elle donne la parole à beaucoup plus de voix que jadis. Elle participe à la diffusion des idées et même à leurs émergences. Il ne faudrait donc pas jeter le bébé avec l'eau du bain…

 

10:03 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.