mik dupont UA-70672535-1

13/03/2014

Le vent de droite

vent.jpgLe sentez-vous venir ce vent de droite? Il se garde évidemment de souffler en tempête. Il s'infiltre doucement et commence à envahir le champ électoral. Ne prenez qu'une certaine presse ce matin. Qu'y lit-on? Comme par hasard, elle déclare qu'un chômeur sur deux ne cherche pas activement un emploi; que selon le directeur de Colruyt : "La hausse salariale liée à l'ancienneté n'est pas tenable". C'est le genre d'alertée qui est bien plus à craindre que le smog de ce jour. Il faut limiter la vitesse de cette poussée de particules nocives de pollution sociale. La sécurité sociale s'est déjà enrhumée ses dernières années. Si un vent de gauche ne vient pas affronter celui de droite, cette sécurité va tout droit vers la grosse grippe.

Un Belge sur sept est pauvre. Un Belge sur cinq risque la pauvreté ou l’exclusion sociale. Ces quatre dernières années, près de 30 % des Belges ont déjà été confrontés une fois au moins à la pauvreté, suite à un licenciement, à la maladie, à un divorce, etc. Les groupes au risque de pauvreté le plus élevé sont : les parents célibataires, les locataires, les personnes âgées isolées et les enfants des familles défavorisées. En Wallonie, la pauvreté touche 45 % des chômeurs.

Face à cette situation le climat de la droite, lui, s'est bien réchauffé. .Les riches qu'elle défend ont augmenté leurs dividendes de soleil.

Il n'y a pas un hasard de météo dans la  production de la richesse. Victor Hugo le déclarait si justement il y a un siècle et demi: « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches. »

Hélas, ce vent de droite a pu s'engouffrer dans celui d'une gauche molle. Celle-ci s'y est alliée. Le papillon a pris la direction du vent chaud en laissant la froideur de l'atmosphère dans la zone ouvrière. Il est donc temps de renverser le courant. De faire remonter un vent nouveau, celui qui ose le constat de la météo pourrie qu'a imposé cette droite pour laquelle l'homme n'est devenu qu'un objet de profit au bénéfice d'une petite minorité. Il est temps d'inverser les pressions. Il est temps de se placer dos au vent de la droite et de lui envoyer la turbulence d'une vraie gauche qui propose un climat serein au bénéfice de tous.

 

08:27 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.