mik dupont UA-70672535-1

15/03/2014

Qui sont les véritables assistés de notre société?

assistanat 2.jpgMême si faire part des abus et scandales n'est pas ma tasse de thé, il vaut malgré tout être lucide! Que d'argent dépensé pour quelques "élites", alors que les besoins pour lutter contre la pauvreté, pour l'emploi, le logement l'enseignement, etc. sont criants. Le dernier que je viens de lire concerne notre gouverneur de la banque nationale et son staff de direction. Constatez vous-même:

Gouverneur de la Banque Nationale Belge : 537 156€

Gouverneur de la Banque Nationale Française : 157 000€

Gouverneur de la Banque Centrale Européenne : 374 124 €

Patron de la FED (banque centrale américaine) : 150 000€

Sans oublier que les six directeurs de la BNB touchent, chacun, 371 175€ ; et que la vice-gouverneur, Françoise Masai, reçoit, 435 554€.

Total de 3,2 millions d'euros pour le top 8 de la BNB. A la BNF c'est 3,1 millions pour 16 personnes.

Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres. A l'heure où le citoyen doit se serrer la ceinture et où les mesures antisociales pleuvent, n'est-il pas indécent que l'argent public, le vôtre, le mien, soit si mal partagé?  Pour tous les petits amis et camarades bien favorisés par la classe politique, les partis traditionnels auront bien soin de ne point trouver là matière à économie. Nos dirigeants trouveront dans cette dénonciation une forme de populisme malsain ou de démagogie.. Si cela n'était qu'anecdotique, nous pourrions admettre que ce ne sont pas là des économies qui sauveraient le budget déficitaire. Soit, mais l'accumulation de ces dépenses ajoutées à toutes celles que nous pourrions dénommées bling-bling et à celles des grandes dépenses inutiles, comme celles de travaux farfelus et sans véritable besoin, il y aurait de quoi faire. Les assistés sociaux ne sont pas souvent ceux que nous croyons. Ils ne revêtent pas des tee-shirts de clochards, mais se pavoisent en costume haute couture, taillé dans des espèces de subsides indirects. Sous prétexte d'une image à donner, d'une représentation digne, ils pompent leurs frais superflus d'une insertion capitaliste dans les caisses publiques et finissent par coûter autant que ceux qui reçoivent une petite allocation minimum dite d'insertion sociale! Aux uns le costume Yves-Saint-Laurent, aux unes la robe Chanel, payés par nos taxes et aux plus démunis le choix dans la boutique des petits riens payé par la générosité charitable! Caricatural? Pas vraiment! Ce type d'exemple pourrait être multiplié. Combien de "belles" entreprises, de "beaux" cabinets d'avocats vivent de leurs bonnes relations politiques? L'exemple de Charleroi qui a été mis en lumière ne doit être le seul. La fortune de "papa Daerden" ne doit pas s'être construite en partant de rien, uniquement par sa science et son travail, s'il n'avait pas pu créer et utiliser un réseau tissé de relations politiques et d'affaires. Les clients "publics" formaient une part importante de clientèle de son cabinet de révisorat. Paix aux centres de ce brave homme, mais le considérer comme un vrai socialiste peut, pour le moins, faire sourire.

Qui sont les véritables assistés de notre société? Des individus ayant-droits qui traversent une passe difficile dans leur existence et qui peuvent compter sur la solidarité nationale ou des nantis repus gavés de cadeaux salariaux et  fiscaux qui plombent les comptes publics. On entend un discours du type « pouvons- nous dans une situation budgétaire difficile nous permettre un assistanat social irresponsable, trop généreux avec nos concitoyens ? » mais on n'entend moins le MR et consorts remettre  en cause l'assistanat fiscal indécent des plus riches, véritable cancer de notre modèle de société. Franchement de qui se moque-t-on?

Il est aisé de jeter l'anathème sur les systèmes de protection sociale pour prouver hypocritement qu'ils fonctionnent mal. Dans le même temps, on s'agite, on proclame, on jure que l'on va s'attaquer aux paradis fiscaux mais dans la réalité rien ne bouge.  

Que dire pour conclure ? Qu'il faut garder raison et que la dénonciation de toute cette indécence ne construit pas un programme politique. Une vraie vision de société est celle qui doit mettre en œuvre des mécanismes n'engendrant pas de tels abus. Ce qui doit faire scandale est une politique libérale, capitaliste et individualiste qui, même de façon "charitable", favorise ce type de dérives, comme celle aussi d'politique socialiste de parvenus.

L'exercice de l'intelligence et du management n'est pas nécessairement lié à la compétitivité entre "gros" cerveaux. Nos meilleures "têtes" et nos meilleurs "bras" peuvent se trouver chez des personnes pour qui le profit n'est pas le seul incitant de travail.

Il faudra s' en souvenir lorsque nous poserons notre vote dans l'urne ce 25 mai.

Le contrat signé par les élus du PTB-GO d'aujourd'hui et de demain garantit cette équité de salaire. Mais plus encore, les propositions politiques de ce parti participent à une vision de société qui intrinsèquement doit éviter un engrenage de profits personnels au détriment d'un profit collectif et solidaire. Il est le seul à avoir le courage politique de ne pas stigmatiser les plus fragiles d'entre nous et  mettre en priorité la lutte contre la pauvreté.

 

 

08:14 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.