mik dupont UA-70672535-1

17/03/2014

L'esquive de vrais débats.

débat.jpgLes débats politiques vont s'accélérer au fur et à mesure de l'avancée de la campagne électorale. Ils seront sans doute à l'image de qu'ils nous offrent toujours: des présidents ou représentants de partis auxquels on ajoute quelques organismes professionnels, des dits "spécialistes" du sujet et parfois un pauvre citoyen bien vite perdu dans la jungle médiatique.

Nous allons, comme d'habitude, ne rien apprendre de bien neuf. La position des intervenants est bien connue. Il y aura, en prime, une escalade de propositions qui pourraient faire croire à un miracle. Les partis vont nous promettre des tas de petites recettes capables d'améliorer notre quotidien.

Hélas, l'objectif de ces débats se résume à défendre des points de vue partisans. Ils n'éclairent que très peu l'opinion sur l'essentiel. Ils se gardent bien de trop déranger les idées reçues. On échappe au vrai débat de fond qui serait dans quel type de société nous voulons vivre. Voulons-nous continuer à être les esclaves d'un consumérisme capitaliste ou voulons-nous un autre modèle que celui qui confine dans une inertie d'habitudes dépeintes comme irrémédiables?

On va nous bassiner la dette publique, la nécessité de l'austérité et du raisonnablement réalisable. On va nous confiner dans la foi du libre marché, de la compétitivité incontournable.

Nous écouterons ou pas les piètres arguments d'une chanson aux refrains bien connus, avec notre petit égoïsme ou au mieux un esprit très corporatiste sans vision à long terme. Le demain nous inquiète déjà trop pour penser à l'après demain.

Nous trouverons certainement de bonne raisons à notre passivité en prétextant "qu'ils sont tous les mêmes"; que le monde a toujours tourné ainsi.

Notre pouvoir est pourtant plus important que celui imposé par une élite de la classe politique et de la classe privilégiée qui se sert toujours en priorité. Il l'est pour autant que nous osions la solidarité.

Notre pouvoir s'accroîtra aussi si nous efforçons à mieux nous informer et à ne point tomber dans le people où le taux d'audience fait la loi en tout, même du débat. A nous de point tomber dans le simplisme d'une société devenue de plus en plus complexe, sans pour autant nous laisser avoir par ceux qui la complexifient encore plus pour mieux se l'approprier.

Au final, continuerons-nous à accepter un consensus des partis qui nous maintiendra dans la crise injuste d'aujourd'hui en faisant taire nos revendications profondes par quelques biscuits soporifiques?

A nous aussi de provoquer des débats de fond. Les occasions sont nombreuses à propos de problèmes ponctuels auxquels nous sommes confrontés quotidiennement.  

Ensemble, nous sommes forts.

  

09:12 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.