mik dupont UA-70672535-1

30/04/2014

De la saucisse d'un 1 mai 2013 à la dictature de Demeyer au 1 mai 2014

demeyer.jpgLe droit de manifester est garanti par la Constitution et constitue un des fondements d’une démocratie qui n’a pas peur de l’expression de ses citoyens. Le recours à des interdictions, comme celle de Monsieur le Bourgmestre Demeyer pour les pompiers de Liège à participer aux manifestations du 1 mai relève d'une forme d'intimidation à l’encontre de manifestants pacifiques. Cela  constitue des  méthodes « dignes » d’un Etat policier qui s’inscrivent, de manière plus générale, dans une tendance inquiétante à criminaliser les mouvements sociaux.

Souvenons-nous en demain et crions notre colère contre de telles pratiques.

 

C'est moins comique que l'anecdote que je racontais le 1 mai de l'année dernière à propos du même bourgmestre dictateur me traitant de poujadiste et qui me plait de vous rappeler!  

 

Voyant notre premier édile communal manger de bon cœur un pain saucisse au stand de la "communion" laïque et pensant au vote de 8000€ de lundi pour deux réceptions d'ex conseillers communaux, je ne peux m'empêcher de m'approcher de lui en déclarant que cette réception du premier mai devait coûter nettement moins aux conseillers d'aujourd'hui que les agapes prévues pour ceux d'hier! A mon humour, le bourgmestre relève la tête et me déclare qu'il ne répond pas. Je rétorque que c'est  peut-être parce qu'il n'a pas réponse. Le sieur premier citoyen s'emballe et livre le fond de sa pensée: " Je ne réponds pas car je sens que vous devez appartenir au PTB". Je ne lui cache pas ma grande sympathie pour le parti. Il ajoute alors: " vous faites du poujadisme." Etonné de son sérieux, je lui réponds qu'il ne s'agit ici que d'une anecdote et que ce repas frugal a d'ailleurs l'air de lui goûter autant qu'un met plus élaboré. Mais le bourgmestre ne semble pas en rester là. Il me fait alors une tirade sur la manipulation poujadiste du PTB qui n'aura comme effet que de mettre le PS dans l'opposition avec la conséquence de voir surgir le pire! Nous nous quittons sur son dire d'apprécier ma personne mais pas mes idées. Je le salue en lui disant  apprécier également sa personne mais pas du tout ses idées. La messe rouge est dite!

 

Etonnant donc de voir combien la gauche " caviar" ( elle était bien présente et pour la plupart en tenue "prolo" avant certainement de revêtir le soir le smoking pour parader dans la haute société qui,  selon elle est la seule qui sait "penser")  rejeter la gauche populaire et le  désarroi de ses membres qui craignent l'écrasement de leurs acquis sociaux et le retour vers une misère créée par un capitalisme que la gauche traditionnel dit avoir pu apprivoiser!

 

Monsieur le Bourgmestre, j'aime aussi la gastronomie, mais je la paie moi-même! Je n'ai pas l'hypocrisie de manger le pain du peuple et de me faire servir  et payer par lui le homard. Oui, c'est peut-être du poujadisme, mais sans ce zeste d'une révolte que vous considérez probablement comme primaire, il n'y aurait pas eu de luttes ouvrières pour obtenir autre chose que la petite tranche de pain offerte comme un cadeau par un patronat qui pensait partager la richesse qui n'était autre que celle procurée par des  travailleurs exploités.

 

Monsieur le Bourgmestre, je regrette que vous ayez perdu le sens du combat en le remplaçant par le compromis où triomphe toujours la force de l'argent. Je regrette aussi, mais c'est moins grave votre perte du sens de l'humour qui, il est vrai, vaut parfois un long discours!

 

Fin d'une anecdote révélatrice de l'état d'esprit d'une gauche qui n'est plus vraiment dans la rue, sinon le premier mai et se prostitue,  tout au long de l'année, derrière la vitrine libérale! A la rose est venue s'ajouter le muguet dont nous ne voulons pas être les clochettes!

23:15 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pas de quartier pour l'extrême droite

islam.jpgC'est fou ce que le racisme trouve des prétextes pour prendre racine et se développer. Grande fut ma surprise de voir une de mes connaissances mettre sur le dos et la responsabilité de l'Islam, un changement du nom des vacances de Pâques en vacances de printemps. Un crime! Et de clamer que " L’islam et les musulmans prennent possession de nos valeurs et traditions avec le soutien de nos politiciens véreux et corrompus.

Le parallélisme relève soit de l'ignorance, du simplisme ou ce qui serait pire d'une malhonnêteté intellectuelle flagrante.

Restons sérieux. Cela fait du temps qu'en fonction d'une société de plus en plus laïque, le libre pensée demande un calendrier moins calqué sur les fêtes religieuses chrétiennes. Une grande partie de la population ignore d'ailleurs l’origine et le sens de beaucoup de fêtes religieuses, elles-mêmes issues de fêtes païennes en référence, notamment, aux différents solstices.

Sans nier un patrimoine culturel religieux, je ne vois pas où est le scandale. D'autant que la liberté individuelle n'empêche nullement la pratique de fêtes religieuses de notre histoire. Le principe intellectuel qui fonde la libre diversité des opinions et des croyances  me semble indispensable et fondamental.

En quoi, comme le prétend ce Monsieur, la nouvelle dénomination " changerait radicalement nos traditions sous prétexte qu’il faut accueillir les autres religions de manière démocratique en leur faisant plaisir pour éviter de heurter les « chastes » oreilles. Scandaleux."

Remarquons qu'il ne s'agit donc nullement de remplacer notre calendrier grégorien par un calendrier musulman, ce que je suis prêt à combattre..

Mais voilà, certains conservatismes ne tolèrent qu'aucun iota ne modifie, comme il dit, ce qui nous a été inculqué! Bizarre car il se dit non pratiquant, ce qui modifie probablement ce qu'il lui a été inculqué!

Je ne suis pas un fan d'un nouveau calendrier bouleversant nos jours de congés, sans pour autant ne point me scandaliser de voir quelques fêtes dénommées autrement que religieusement. Par contre, je défends la séparation de l’État et des Églises qui se traduit sur le plan politique et philosophique par la séparation de l’humain et du divin.

Ceci dit, je ne suis pas contre et même pour un enseignement qui réserve une place à la culture et l'histoire religieuses.

Mais pour en revenir au racisme déguisé, je ne peux admettre l'attaque anti islamique via un parallélisme non-fondé entre calendrier chrétien et sa modification par un soi-disant envahissement musulman dans nos cités.

Nous sommes dans un pays où d'ailleurs nous devons défendre une certaine érosion de la liberté d'expression. La laïcité doit pouvoir s'exprimer comme  toutes les religions. L’église catholique bénéficie d’un statut très particulier. Il suffit de voir comment l’épiscopat belge intervient toujours sur les problèmes de société. Qu'il soit écouté ou pas ne me dérange pas, du moment que l'Etat garde sa totale indépendance dans l'édit de ses lois.

Je peux respecter l'expression de ce Monsieur, y compris celle qui regrette la dénomination changeante de fêtes chrétiennes, mais je ne peux admettre la fausse insinuation de ce que celle-ci soit liée à un islamisme radical. Je combats aussi toute forme de provocation qui mène à la haine de l'étranger. Lorsqu'il avoue en plus choisir la barre de la droite de la droite, j'ai compris! Je lui dis, avec tristesse, mais fermeté, que pour moi cette extrême droite n'a pas droit de quartier. Je ne peux compter dans mes amis de Facebook celles et ceux qui y adhèrent.

 

21:43 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/04/2014

Information et éducation

information.pngLorsque chaque jour, je fais mon petit tour de revue de la presse, je suis toujours effrayé par le fait de lire des tas d'informations qui ne nous font pas poser de réelles questions, mais gravitent dans l'immédiateté. A croire que nos médias n'aiment pas de nous voir aller plus loin que le bout de notre nez. Auraient-ils avantage, pour une audience facile et nombreuse, à nous maintenir dans une espèce de réflexion primaire? Est-ce le fait ou non qu'ils soient liés au pouvoir en place? Qu'ils voient d'un mauvais œil tout changement qui pourrait nuire à leur mutuel maintien?  

Il en va de même pour les débats politiques. L'électeur est tenu à l'écoute par une espèce de faux match entre des représentants de partis pour qui seule compte la médiatisation de leur personne. La défense d'un vrai programme est très accessoire et on n'y cause que de quelques mesurettes et sparadraps qui nous sauveraient de la pauvreté vers laquelle nous allons tous.

Tenus à l'écart des grands enjeux internationaux, nous le sommes également des enjeux économiques et sociaux de notre pays.

Je suis aussi interpellé et scandalisé par l'amalgame constant qui est fait entre vote rejet et vote constructif. Les propositions alternatives à la politique actuelle sont gommées par la seule mise en avant qu'elles sont inapplicables, fantaisistes, irréalistes, populistes et j'en passe!

La critique faite aux " il n'y qu'à" se fait par la bouche de ceux qui dans le même temps ne cessent de répéter des "il faut", alors qu'ils sont depuis des années au pouvoir.

Nous avons tous une responsabilité dans l'ignorance politique qui règne un peu partout. Si des mesures intéressantes sont à souligner, comme des débats organisés dans des écoles, des associations de quartier, etc. ou dans diverses formations proposées, il n'en reste pas moins que cela reste bien insuffisant.

A nous, parents, grands-parents, professeurs, syndicalistes, etc. à éveiller les enfants, les jeunes à la conscience politique. Osons leur transmettre nos convictions, sans pour autant les imposer mais en leur apprenant surtout le sens de la réflexion et de la critique. Ne nous laissons pas, comme trop souvent, aller au fatalisme. A nous d'en faire des acteurs de société et de les sortir de leur passivité de spectateurs dans laquelle notre société consumériste les enferme et les désagrège. Cela vaudra mieux que de nous plaindre de toutes les dérives possibles dans lesquels ils tombent parce qu'esclaves d'une société qui ne donne comme modèle que le profit comme guide du paraître et les rend malheureux dans leur être.

09:15 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/04/2014

A propos de la "bataille" PS-PTB-GO.

PS.pngimages7P17YPLJ.jpgEtrange, mais chaque fois que je force un peu certains fans du PS de sortir de la polémique et des clichés en s'attaquant simplement à un partage sérieux d' arguments, le silence leur devient vite un refuge. Si des personnalités sont interrogées sur les mêmes arguments, là les réponses se noient dans une globalité qui fait croire que vous n'y connaissez rien. Aux questions concrètes, encore ce soir dans le reportage avec Di Rupo à la RTBF, le premier répond par une vaste conceptualisation qui noie le poisson et fait dire que cet homme parle bien mais qu'il est difficile de le suivre!

Le grand mérite d'un Raoul Hedebouw est justement d'avoir quitté la langue de bois pour simplifier, sans tomber dans le simplisme, la compréhension des mécanismes qui engendrent ce que nous refusons et proposer des alternatives concrètes et aussi bien plus globales qu'en apparence pour créer une société plus juste et solidaire.

Le culot du premier ministre qui signe et persiste en attribuant au PS la paternité de la sécurité sociale, relève vraiment de la malhonnêteté intellectuelle. Idem pour son exclusion subtile des banques de l'économie!!!!!

Son attaque pour le " ils n'ont rien fait" à l'adresse du PTB-GO est contradictoire avec les marches-arrières pour nécessité électorale du PS. Tiens, je me pose la question: et si le PS se retrouvait dans l'opposition, dirait-il qu'il ne peut rien faire? Idem évidemment pour Ecolo et les autres partis traditionnels.

20:42 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/04/2014

L'erreur d'analyse politique des experts

sondage.pngJ'étais encore frappé par l'analyse des sondages dans "Le Soir" d'aujourd'hui. A croire que les journalistes et les experts en sciences politiques ne sont tous que des penseurs en chambre et des universitaires ne quittant jamais les amphithéâtres.

Ils se trompent grandement, selon moi, en amalgamant la croissance du succès des petits partis. Ils l'analysent comme un simple vote de protestation, un vote d'humeur. C'est méconnaître totalement le terrain. Si cela me parait assez juste et pertinent pour ce qui concerne le PP qui peut focaliser principalement ce type de vote de simple rejet, cela me semble complètement faux pour le PTB-GO.

J'ai fréquenté autrefois d'assez près les partis traditionnels. Ils ont une majorité de membres très passifs et peu engagés. Leurs électeurs sont aussi à cette image. Ce sont des gens qui s'en remettent aux ténors des partis. A partir d'une tradition ou d'un idéal peu précis, ils choisissent en fonction d'une situation politique assez opportuniste. Loin d'une vision plus globale de société et sans grande  remise en question des mécanismes politiques et sociétaux, ils militent ou votent assez mollement pour des partis dits réalistes. C'est là que se trouvent, selon moi, les électeurs d'humeur. A côté de ceux-là, se détectent ceux de très mauvaise humeur, les plus simplistes qui croient aux boucs émissaires d'une économie malade, faute des étrangers, des chômeurs, des politiciens véreux. Ce trouvent là ceux qui votent souvent extrême droite et donc ici PP, en ne voulant pas trop bouger leurs fesses et garder surtout le maigre confort qu'ils croient encore posséder. C'est le genre, en caricaturant un peu, des petits actionnaires que défendait Modrikamen. Ce sont ceux qui ignorent que le PP veut faire passer la TVA à 23%, la taxe la plus injuste qui soit!!

Militant depuis quelques années au PTB-GO, je puis témoigner d'un tout autre mode fonctionnement. C'est un parti où le militantisme n'est point un vain mot. La majorité des militants et des électeurs que j'y rencontre sont des personnes de conviction. Ce sont des personnes qui osent mouiller leur chemise. Ils n'attendent pas d'être courtisés "d'en haut" pour une adhésion. C'est bien plus que de simples sympathisants, même si bien sûr il y en a. Ce sont des gens qui ont un idéal, une conviction profonde: celle que le capitalisme, avec son libre marché, avec le tout au privé, avec le maintien des inégalités sociales, avec le tout au profit, ne peut mener qu'à une société où l'argent est seul maître et destructeur de l'humain et de l'humanité. Ce sont des personnes qui osent se former autrement que dans le champ tellement formaté des médias traditionnels. Loin du "y a qu'à", ils se battent sur le terrain professionnel et personnel pour créer une solidarité qui dépasse les petits intérêts personnels et narcissiques.

Si Raoul Hedeboux est indiscutablement un homme de communication très charismatique, il ne le doit pas à sa simple personnalité, mais bien à une écoute réelle du terrain et à sa conviction de trouver réponse ailleurs que dans un parlementarisme de naphtaline au service des privilégiés du système.

Amalgamer des intentions de vote à la seule contestation résulte encore de cette pensée unique dans laquelle s'enferment des penseurs, experts, journalistes, bien trop peu sur le terrain et à l'écoute analytique de celui-ci. C'est que cette écoute demande patience et humilité. Elle doit se pratiquer sans l'empressement du scoop, de la petite phrase qui fait mouche, des rivalités de personnes.. Elle doit rejoindre l'expression simple, concrète, les situations de vie, avant de se conceptualiser en principe ou en globalisation. C'est que les gens "d'en-haut" ont souvent oublié une véritable empathie avec les gens "d'en bas". Forts de leur science et de leur savoir, ils croient connaître la base et extrapolent avec une facilité déconcertante ce qui reste un exercice difficile et périlleux.  

Plus facile de lancer la théorie du vote du rejet d'un côté et d'un autre celui adhérant à une politique inamovible faite d'inévitables fausses promesses. Ces dites analyses enferment les citoyens dans des choix qui n'en sont pas, puisqu'ils servent tous le capitalisme qui a réussi la paralyse ou la fausse excitation des cerveaux.

16:14 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/04/2014

La parodie de l'information politique

montay.jpgQu'est-ce que ce brol rtb pour informer l'électeur. Faut-il cette mise en scène en bagnole avec une autre voiture suiveuse parlante pour attirer l'électeur à s'intéresser à ce qui influence, tisse en permanence son quotidien? Faut-il des questionnaires orientés pour inviter des gens à se reconnaître dans un parti politique? Est-ce ce journalisme à la Johanne Montay qui honore une information d'investigation? Cette parodie de l'information que nous subissons tous les jours commence à me lasser. A quand une information qui ne nous prend pas pour des primaires ou pire encore pour des cons. Elle est non seulement en permanence tronquée mais aussi subtilement orientée vers le pouvoir en place.

Il est temps de remettre en question toute une information qui participe à une sorte de pensée unique. C'est une nouvelle forme de dictature. Ce qui devrait être information devient une propagande. Oh, la censure est bien cachée, subtilement masquée et ne vient pas nécessairement directement du monde politique ou financier. Ce que l'on nomme le quatrième pouvoir s'autocensure et n'ose offrir une information libre qui serait trop défavorable au pouvoir en place. Le formatage que nous voyons de plus en plus émane simplement d'une responsabilité des médias eux-mêmes, sans intervention directe du gouvernement, mais en autre,  par une politique de nomination.

Je ne reviendrai pas sur ce que j'ai dénoncé déjà à plusieurs reprises sur mon blog. Ceci n'est qu'un nouveau petit gueule provoqué par la niaiserie d'une chaîne publique!

 

20:39 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Eastern Boys

film.pngUn film troublant et dérangeant mais qui m'a ennuyé. Non  par le sujet qui aurait dû m'intéresser, voire plus, mais par son côté lent et trop psychologisant.

Dans le monde impitoyable de la misère de jeunes sans papiers, Daniel, quinquagénaire bourgeois, drague Marek, un jeune immigré de l'Est,   dans la gare du Nord à Paris. Un plan cul est fixé au jour suivant. C'est un piège. S'en suivra toute une histoire qui va tisser de forts liens qui bouleverseront la vie des deux personnages. Le cœur succèdera à l'attrait du corps et la morale, avec discrétion et pudeur, finira par l'emporter. C'est un regard osé sur l'homosexualité, mais aussi sur la solitude et la paternité. Si le scénario risque de déranger du monde par une interrogation éthique qui aurait dû me plaire, son côté à la fois romanesque et réaliste ne m'ont pas fait vibrer. La complexité du monde et des affects se perdent parfois par l'irréalisme de certaines situations et un suspense qui n'en n'est pas un. C'est peut-être cette indécision entre la fable et le récit réaliste qui ne m'a pas convaincu. Peut-être aussi une forme de mauvaise conscience camouflée sous une forme romanesque libertaire.

Reste que le film est de qualité.

 

08:55 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/04/2014

Nous sommes de moins en moins informés

 

information.jpgParadoxe. Alors que les moyens d'information n'ont jamais été aussi nombreux et performants, il me semble pourtant que nous sommes de moins en moins informés.  J'en ai souvent marre des journaux télévisés mais aussi de la presse écrite. Avant,  en achetant le Peuple, le Drapeau rouge ou la Libre Belgique, en croisant les informations, nous avions  une vraie possibilité de nous faire une opinion. Aujourd'hui pour avoir sa propre opinion, c'est plus compliqué.

Nous vivons en permanence dans une espèce de culte de l'immédiateté. Il faut de suite couvrir l'événement. On  a droit alors à un méli- mélo de faits divers, de procès, de drames catastrophes, d'actualités politiques. Dans cette brève  juxtaposition de faits en tout genre comment nous faire une idée précise? Comment faire émerger une réflexion qui ne soit pas qu'émotionnelle? Dans cette masse effrayante d'informations, la manipulation est plus facile. A cela s'ajoute un pouvoir de presse de plus en plus lié au pouvoir. Il n'y a plus de véritable analyse et le pouvoir semble de moins en moins contestable.

Quand je vois encore ce que nous recevons comme information sur la Crimée, il y a de quoi se poser la question d'un minimum d'objectivité de la presse. Comment, par exemple, ne pas voir et oser écrire que l'OTAN depuis les années 1990 a tout fait pour écarter et isoler la Russie? Rien d'étonnant alors que Poutine réagisse comme il le fait maintenant. Naïveté, ou ignorance?  Nous sommes face à un deux poids deux mesures qui témoigne de la faiblesse de la capacité d'analyse.

L'effet pervers de toute cette information est que ce type de culture du scoop, de l'immédiateté détint sur l'homme politique qui abandonne ou laisse à ses conseillers le soin de gouverner dans l'ombre, abandonnant ainsi son rôle de gouvernant pour ne plus être qu'un communiquant. Cela amène le peuple à rester assis, à s'intéresser à l'inintéressant, à se contenter de se scandaliser et à se construire une morale bon marché de simple voyeur. Il est temps de l'inviter à se bouger les fesses et à redevenir  véritable acteur de société. Sans quoi, il continuera à être l'esclave d'une élite, d'une oligarchie qui a tout intérêt à l'abreuver et à le noyer dans un  flot d'informations qui le perdent et le paralysent.

 

 

 

 

 

22:03 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/04/2014

Week-end pascal.

oeuf.jpgNous voici donc arrivés à la fête de Pâques, la plus importante fête pour les chrétiens avec la résurrection de Jésus, dans la tradition de la pâque juive qui signifiait "passage" avec la sortie d'Egypte. Mais comme toujours, les fêtes religieuses sont une copie des traditions populaires et païennes. En l'occurrence ici, il s'agissait de rites printaniers destinés à chasser les démons de l'hiver. Nous en avons gardé quelques symboles avec le lapin qui était l’attribut de la déesse germanique Ostera ou encore les œufs teints et mangés lors des fêtes printanières qui se tenaient dans l’Antiquité en Égypte, en Perse, en Grèce et à Rome. L'histoire des cloches est plus récente et trouve son origine dans la fête religieuse. Le Jeudi saint les cloches des églises catholiques sont silencieuses, en signe de deuil. La tradition populaire pour les enfants dit qu'elles sont parties pour Rome, et qu'elles reviennent le jour de Pâques en ramenant des œufs qu'elles sèment à leur passage.

Y aurait-il cette année une ou des Pâques politiques? Si Pâque signifie bien passage, nous pouvons espérer le passage d'une politique d'austérité à une politique de prospérité. Espérer que nos cloches politiques reviennent de Rome ou d'ailleurs avec des chocolats lâchés dans tous les jardins et pas seulement dans ceux de quelques privilégiés. Espérons aussi la résurrection d'une vraie gauche avec un lapereau PBT-GO capable de sonner les cloches aux lapins libéraux et donner un sévère avertissement à ceux du PS!

Moi, en tout, j'ai envie de sonner les cloches chaque jour jusqu'au 25 mai, non pour mener les gens à l'église mais à l'isoloir en leur demandant de choisir pour un renouveau politique.

Comme les  enfants d'Angleterre, d'Hollande et de France allant de maison en maison en quête d'œufs de Pâques, je voudrais recueillir le plus de promesses possibles pour le pari que j'ai choisi.

Et si le dit "petit parti," qu'on a longtemps enterré, se révélait tout à coup, à l'image de cette croyance voulant qu' un jaune ( rouge) d' œuf  enterré pendant longtemps devienne diamant…

Bon week-end pascal à tous!

 

08:15 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/04/2014

Le paradis dirupien

ciel.jpgDans son marketing publicitaire, le dieu papillon veut nous faire croire au paradis dans lequel nous aurions passé 4 ans et nous propose d'y rester. Je veux bien que le petit dieu du PS ait été obligé de s'accommoder avec le zeus bleu et  le petit dionysos orange. Je veux bien que la distinction entre le bien et le mal est parfois diffuse, mais ne nous présenter que la facette bienveillante et charitable du rouge et nous cacher son pacte avec la force malveillante mérite la sanction. Le paradis est lieu d'abondance pour tous, ais-je toujours appris et point un lieu d'austérité imposé aux petits pécheurs et cadeaux abondants et multiples accordés aux grands voleurs. Revenons les pieds sur la terre de notre pays où les bénéfices des grandes entreprises ont été de 30 milliards et où les ailes des "anges" de la finance se sont remplumées, tandis que d'autres poussaient pour les milliers de nouveaux millionnaires n'ayant pas gagnés grâce au lotto du hasard! Le maître des lieux a par contre coupé l'unique petite aile restante de millions de travailleurs qui ont vu leurs salaires bloqués et la perspective de l'enfer pour 55000 chômeurs qui vont être exclus.

Mais voilà, le maître des lieux nous sermonne et nous fait croire que sans son sens de l'Etat, nous  serions pour le moins au purgatoire et que sans lui demain ce serait l'enfer! Sans caresse de vote sur la couleur rouge remise tout à coup à la mode, point de salut.

Voilà évidemment un motif raisonné et raisonnable pour préférer chercher, non autre dieu, mais mouvement du peuple terrien forçant l'ouverture, non pas d'un ciel promis, mais d'une terre où chacun recevra justement la richesse qu'il produit par son travail et non  par sa force de piquer par le haut celle fabriquée par le bas! Amen. Vive le PTB-GO!

 

10:41 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |