mik dupont UA-70672535-1

07/05/2014

Peoplelisation et poubellisation de la campagne électorale

élections3.jpgSi certaines anecdotes peuvent être significatives quant à la vision et la pratique de la politique de partis ou de candidats, il faut bien constater qu'elles occultent très souvent les programmes et les actions réelles de ceux-ci.

A qui la faute? Un peu à tous; à eux et à nous. Friande d'anecdotes et de formules politiques, une grande majorité semble  apprécier l'art de la petite phrase assassine. Cette arme peut s'avérer utile si elle ouvre vers un débat de fond. Par contre, elle me semble inutile et dangereuse quand elle devient un facteur d'abaissement du débat.

Sans prôner la moindre censure, je peux malgré tout regretter également que les éditoriaux qui faisaient réfléchir se voient largement coiffés par des humoristes qui influencent une opinion publique par des raccourcis et caricatures dont je suis le premier à m'amuser, mais qui engluent la véritable politique dans un spectacle plus ou moins réussi. Difficile de se faire connaitre sans un statut de Guignol! Le résultat de tout cela risque bien de créer ou de confirmer la dérive que nous connaissons où la communication devient plus importante que le contenu.

A côté du programme, il est devenu indispensable pour les partis de se faire un plan "com". Cela n'est pas blâmable en soi, mais pour autant que ce plan joue bien sur la connaissance du fond et non sur une manipulation bien construite d'une opinion publique via des émotions faciles, des sentiments bas ou encore une peoplelisation qui tourne vite d'ailleurs en  poubellisation dont use sans modération l'extrême droite!  

Le citoyen a le droit d'exiger de ne pas être considéré comme un simple consommateur à qui on finit par imposer l'accessoire en masquant l'essentiel.

A nous tous, de ne pas  tomber dans ce piège, d'éviter de relayer des anecdotes dérisoires qui cachent le vrai débat de société que nous voulons.

21:21 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.