mik dupont UA-70672535-1

26/05/2014

Quand la gauche va à droite, elle renforce l'extrême droite

 

le pen1.jpgComment le PS peut-il encore mener une politique pseudo-sociale, alors que celle-ci mène tout droit au développement de l'extrême droite? L'exemple de la politique de Hollande est à cet égard plus que significative. Elle est dangereuse et désastreuse. Le FN drague ses voix dans une couche populaire abandonnée et mise sous pression par une austérité qui la prive d'emploi, de pouvoir d'achat, de logement décent. La peur de l'avenir pour des tas de jeunes augmente également ce succès terrifiant. Prise dans la tourmente du désespoir, cette classe populaire cherche désespérément un sauveur et tombe dans le piège d'un racisme où l'étranger est faussement visé et désigné bouc émissaire.

Chez nous, dans une moindre mesure, qui ne sera peut-être que provisoire, le parti populaire montre la tête. Le châtelain Modrikamen drague sans vergogne cette classe délaissée qui croit à une politique qui pourtant serait encore pire que celle qu'elle connait. Les Laurent Louis et autres petits partis populistes, abusant de la sémantique complotiste pour tenter de discréditer des questions aussi dérangeantes que légitimes, même sans élus, sont parvenus à séduire une partie de celles et ceux qui se sentent, à juste titre, abandonnés. Ajoutez à cela les voix de bourgeois exploiteurs, simplistes et racistes, vous obtenez un cocktail explosif.

Le PS a une énorme responsabilité devant ce sombre tableau. Sa politique de compromis avec la droite n'est certainement pas étrangère à cette poussée des thèses dangereuses des loups populistes. A force de se boucher les oreilles aux propositions de la gauche radicale et décomplexée, le PS, opportuniste et privilégiant ses édiles caviar, creuse et s'engouffre dans la brèche noire et puante d'une extrême droite xénophobe ayant l'art de tromper les petites gens. La présence à Liège du PP qui sort son seul député en est une autre preuve.  Les Demeyer et Marcourt feraient mieux de porter leurs attaques sur ces partis plutôt que sur le PTB!

J'ose espérer que l'exemple du  séisme français fera réfléchir le PS dans le choix de ses alliances, mais je crains, une fois de plus, que le dit réalisme arithmétique, ne le conduise à une alliance avec le MR. Le résultat sera la continuation de la politique menée par Di Rupo et consorts.

 

22:22 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.