mik dupont UA-70672535-1

02/06/2014

Le dégoût de la politique

dégout.jpgForce est de constater qu'après avoir été voté, souvent avec des pieds de plomb, la grande majorité des citoyens retournera vers l'indifférence ou de dégoût de la politique. Le "tous pourris" et le "je m'y retrouve pas dans tous leurs machins" traduira le désintérêt profond de ce qui pourtant touche la vie quotidienne des citoyens. Je peux les comprendre. Sans vouloir crier au complot médiatique, il faut dire que la cuisine politique que les médias nous offrent relève de la malbouffe. L’homme politique est ramené au rang de produit de consommation.

L’apolitisme, en ces temps de politique spectacle, est donc parfaitement compréhensible. Tout est devenu affaire d’images. Se forger une opinion semble devenir de plus en plus difficile. Et pourtant, si la politique ne doit pas être nécessairement une passion pour chacun, elle mérite un minimum d'attention. Que nous le voulions ou non, elle conditionne notre quotidien. Croire que la réussite de sa vie ne dépend que de soi est aussi illusoire que de croire qu'elle ne dépend que de la collectivité. Une chose devrait cependant nous pousser à nous y intéresser car comment la réussir personnellement dans une société sans emploi, sans pouvoir d'achat, sans soins de santé accessibles à tous, sans perspective de pension décente?

Mais voilà, nous vivons dans une société individualiste où l'immédiateté et les besoins urgents règnent. Tout doit aller vite et c'est du chacun pour soi. Ce qui demande un effort de compréhension via un minimum de lecture, d'information, de participation à la vie collective s'est fait rattraper et écraser par des médias de masse qui n'ont évidemment aucun intérêt à rendre la véritable  politique accessible à tous. Télévision, presse, internet et médias en général vivent de revenus publicitaires. Conséquence: les maîtres du profit préfèrent susciter le désir de consommation à celui de conviction profonde. On tire plus de profit à parler de paillettes, à montrer les dernières Nike que portent les stars, à créer le suspense de qui remportera un show de "The Voice"; de qui remportera le plus de points à un jeu vidéo que de parler du travail des enfants en Inde, du sort des licenciés, de l'indexation des salaires qu'on rabote, de la pauvreté qui ne cesse de croître.

Les possédants ont tout avantage d'empêcher la prise de conscience de mécanismes économiques, sociaux et culturels qui les favorisent.

Le résultat de la méconnaissance aboutit à de simples clichés du style que Le Pen est raciste, que Louis Laurent osait dire des trucs  vrais qui dérangent; que les politiciens s'en mettent plein les poches, que Hedebouw est un communiste dangereux, que Di Rupo est devenu capitaliste mais fait ce qu'il peut; que De Wever est un nouveau Hitler, que les flamands en ont marre de voir les wallons vivre sur leur dos; que celui qui veut vraiment du boulot en trouve; que les étrangers nous bouffent notre pain, etc. etc. J'en passe et des meilleurs! Certains pourront vous dire, malgré tout, que la droite préfère la liberté individuelle à l’égalité et à la solidarité collective et que la gauche préfère l’égalité et la solidarité collective à la liberté individuelle. Ce n'est pas tout à fait faux, mais la vérité est un peu plus complexe.

La responsabilité de tout ce désintérêt en revient aussi à toute une politique qui si dit agir"pour" les gens et non pas "avec" les gens.  Quoi d'étonnant alors de voir les gens tenus dans l'ignorance se réjouir de leur petit sort personnel quand il va bien et nommer le politique comme responsable quand il va mal!

La société capitaliste dans laquelle nous vivons, ou survivons, est destructrice de convictions et d'opinion. Elle nous inculque un bonheur compétitif, à l'image de son dit  libre marché. Elle divise ainsi les travailleurs. Elle nous fait confondre les gens biens avec les gens de biens. Elle nous impose sa hiérarchie du profit avant tout. Cela conforte le pouvoir de quelques-uns en faisant rêver celles et ceux qui pensent les rejoindre dans leur paradis où n'entrent que les rares et grands profiteurs du système!

 

11:59 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.