mik dupont UA-70672535-1

06/06/2014

Si j'étais président du PS...

papillon.pngSi j'étais président du PS, après la surprise de la rapidité et la composition de l'alliance régionale et communautaire, je m'apprêterais à sortir une autre de mon sac à malices.

Face à la lutte fratricide entre Demotte et Marcourt, je ne désignerai aucun des deux à la tête du gouvernement wallon. J'y placerai Laurette Onkelinx. Oui, je sais, elle est bruxelloise, mais bien d'origine liégeoise. Rien n'interdit de nommer ministre un extra parlementaire à un poste de ministre (entendez par extra, hors parlement!). Tout compte fait, j'argumenterai cette nomination par l'impératif devoir de renforcer au mieux les liens entre wallons et bruxellois. Pour la région bruxelloise, dans le même esprit, je tenterai la nomination à sa tête de Joëlle Milquet. Carolo d'origine, la passionaria humaniste, aurait un autre brillant que le Rudi Vervoort. Cela la consolerait aussi d'avoir été reléguée dans l'opposition de la ville de Maniken Pis. En échange de cette faveur, je diminuerai le nombre de ministres du cdH dans les deux exécutifs, avec la petite compensation de la présidence d'un parlement.

Voilà pour le régional et le communautaire. Pour ce qui est du fédéral, adieu au poste de premier qui irait à un CDNV. Il ne faudra pas être là trop gourmand, sans quoi le risque d'en être exclu reste bien présent, surtout avec un MR cocufié et un cdH toujours prêt à du n'importe quoi pour détenir une parcelle de pouvoir ministrable. Magnette resterait fidèle à sa promesse de ne point quitter Charleroi et serait le nouvel-ancien président. Moi,, je me ferai nommer Commissaire européen, avec un secret espoir de devenir un jour président du Conseil. En attendant, j'accepterai même le poste de président du parlement, même si je ne suis pas un très doué en langues étrangères. Un papillon sait facilement aller de fleur en fleur.

Voilà donc mon petit scénario. Il est évidemment pensé sous toute réserve, au vu des soubresauts flamands toujours imprévisibles. Je vais déjà voir ce qu'ils vont faire avec l'exécutif bruxellois avec la foutue loi de double majorité et la pétaradante et emmerdante Brigitte Grouwels.

Pour ce qui est en dehors de l'attribution des strapontins ministériels, assurant toujours à mon parti son fort clientélisme et le mettant ainsi à l'abri d'une relégation dans l'opposition, ce n'est pas trop mon problème. Politique de gauche ou de droite, peu importe, du moment de conserver ma main mise au moins sur la Wallonie. Le PTB devra mettre une sourdine à nous traiter de droite, nous qui avons exclu le MR et leur slogan de renforcer la gauche aura trouvé un petit écho à ces foutus empêcheurs de tourner en rond. Autant tenter de les tuer dans l'œuf ces populistes de communistes. Lutgen a l'eau bénite pour les exorciser et moi la rose rouge pour bien les piquer. Mieux vaut la lutte du jour que la lutte finale.

Bon, je vais voir ce que Paul en pense. Je connais la trahison facile de ceux que l'on désigne comme dauphin!

N.B. Ceci n'est qu'une fiction!!!!

06:47 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.