mik dupont UA-70672535-1

14/06/2014

La compassion merdique et inutile des pouvoirs

delhaize.jpgNous allons, une fois de plus, avoir droit à voir et entendre nos édiles politiques venir devant petit écran et réunions diverses se lamenter sur le drame humain de ces pauvres travailleurs de Delhaize. Cela est important pour la communication. Tout comme pour la sidérurgie, ils vont imaginer des tas de tables rondes (portant bien leur nom) et une task force pour soutenir les partenaires sociaux de Delhaize. Rien de tout cela n'aboutira qu'à faire patienter et donner l'illusion que le politique fait son "devoir". Une espèce de baume pour cacher le diagnostic du mal. Rien ne sera dit et fait contre les bandits du profit et la course de spéculateurs qui cherchent en bourse à s'enrichir, à encaisser des dividendes sur le dos des travailleurs à qui on demandera encore plus de flexibilité et une diminution de salaire. Comment en serait-il autrement lorsqu'on déifie la compétitivité. Celle qui divisera à nouveau des travailleurs en quête du sauve- qui- peut.  

Toute une population se résignera, se croyant impuissante face à ce qu'elle croit être une fatalité que personne ne peut changer. Celles et ceux à qui ont fait croire que la liberté est le bien premier, s'énerveront de voir les grèves, de voir leur magasin fermé, comme encore entendu ce soir des voyageurs voyant leur croisière ratée par la faute de la grève de la SNCF.

La vidéo la plus regardée ce jour à beau être celle d'un patron de Delhaize apostrophé par des syndicalistes, et provoquer chez beaucoup indignation, après tout, cela est bien normal. Le contraire serait même ridicule. Comment encore croire à changer la société en changeant les idées des ’personnes haut placées’. Imaginez que ces piquets de grève arrivent à gagner ce grand patron qu’il arrête d’exploiter les travailleurs. Il perdra tout simplement contre ses employeurs, ne sera jamais repris par ses patrons, ni par ceux de leurs  rivaux, et sera éjecté purement et simplement des "affaires". Peine perdue donc. Le gain de la cause des travailleurs, qui est aussi le nôtre (on l'oublie) ne pourra se faire que par un changement de système. Je le soulignais encore hier dans mon post. Sans une reprise réelle du combat d'un vrai socialisme, d'une vraie gauche, non asservie au système capitaliste, nous perdrons tout le progrès social gagné durement par nos parents et grands-parents qui par leur solidarité et leur combat ont réussi à faire plier ce qui paraissait aussi impossible. Le succès du PTB est un signe encourageant vers cette conscientisation. Faudra-t-il encore l'amplifier par notre action solidaire. Ne nous trompons pas, car à force de vouloir éviter les petites merdes que peuvent nous causer grèves et manifestations, c'est dans le grand merdier de ce monde, pour qui le profit est plus important que l'humain,  que nous retrouverons! Ne croyez surtout pas aux hommes et femmes "formidables" qui pourraient nous sortir de la crise, surtout pas en ceux qui sont les forts minables du système, car c'est notre combat collectif qui est le seul formidable.

 

 

22:21 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.