mik dupont UA-70672535-1

23/06/2014

Que reste-t-il de nos hourras d'un hier rouge endiablé?

 

FIFA.jpgQue reste-t-il de nos hourras d'un hier rouge endiablé? Quelques selfies colorés de joues tricolores pour des amours de ballon, quelques maux de crâne de trop de Jupiler et ma vie qui reprend avec mes fins de mois rendus encore plus difficiles par la dépense des gadgets noirs, jaunes, rouge.

Que reste-t-il de ma cuite partagée dans le délire populaire d'une identité collective de bazars bien orchestrés pour n'ouvrir ma gueule que sur le talent des pieds dorés de deux dizaines de joueurs fougueux?

Que reste-t-il de cet amour pour diables rouges? Quelques rues jonchées de canettes et bouteilles, de vomis d'excès de joies formatées et l'espérance d'un autre match à gagner.

Que reste-t-il du mois de juin? Quelques royales et ministérielles photos d'élites manipulatrices, heureuses de l'union retrouvée autour d'un terrain arrosé de fric par la misère de brésiliens spoliés.

Que reste-t-il de cet enfer de stade? Quelques milliers de sièges pour fesses en quête de chaleur artificielle pour oublier la froideur d'un quotidien monotone dicté par des politiques d'austérité.

Et comme Trénet le chantait si bien: "Bonheur fané, cheveux au vent, baisers volés, rêves mouvants.  Que reste-t-il de tout cela.  Dites-le-moi."

 

07:36 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.