mik dupont UA-70672535-1

30/06/2014

Le temps des vacances.

vacances2.jpgAvouons qu'il est plus que jamais utile, ce temps. Rien de très bon ne nous attend après la rentrée. Sans tomber dans l'inconscience, oublier un peu les difficultés quotidiennes ne peut faire que du bien. Après la distraction du ballon rond, de la bicyclette en France, un peu d'évasion n'est pas de trop.

Mais ce temps de soleil, tellement indispensable, n'est pas celui de tout le monde. Je pense aux nombreuses familles qui devront se contenter du parc près de chez elles, de la piscine du coin et de quelques petites escapades pas trop chers. Je pense à tous ces gosses qui se contenteront d'un beau camp de vacances, sans pouvoir goûter au plaisir d'un long voyage. Il y aura surtout tous ces gens qui devront glander chez eux, faute de n'avoir rien reçu comme congés payés. Il y aura ceux qui s'endetteront et payeront toute l'année un petit moment d'insouciance, car l’une des raisons principales du non départ reste évidemment le manque d’argent.

Le temps des vacances est un moment privilégié qui risque de devenir de plus en plus un temps pour les privilégiés. Il est pourtant bien nécessaire pour rompre l'isolement, changer d'horizon, aider à reconstruire des liens, des amitiés, une vie sociale. Il a été obtenu aux forceps par les travailleurs à qui les patrons annonçaient une catastrophe économique causée par cette avancée sociale. L'économie a continué à tourner.

Les vacances, grand égalisateur social ? Que nenni ! Du simple fait de partir à la manière d'occuper son temps libre, tout est matière à différentiation sociale. Les ouvriers sont deux fois moins nombreux que les cadres à partir en vacances pour leurs congés annuels.

Ces disparités sociales au moment des vacances renvoient à des inégalités plus structurelles à la fois financières mais aussi éducatives. Il ne faut pas oublier, en effet, que l'inégalité ne se trouve pas uniquement dans le voyage en lui-même, mais dans ce qui en est fait. Chaque formule de vacances a une fonction spécifique, mais toutes participent à l'apprentissage d'une forme de culture non scolaire qui lui est pourtant utile par la suite.

La crise économique qui n'en finit pas et la politique d'austérité qui nous attend ne feront qu' a accentuer les inégalités sociales et les vacances n'échapperont pas à cette inégalité croissante.

A toutes et tous, bonnes vacances.  Lointaines ou casanières, qu'elles vous apportent un maximum de repos, de joie partagée mais aussi de découvertes.

09:04 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.