mik dupont UA-70672535-1

08/09/2014

L'anecdotique et le voyeurisme nous écartent des vrais problématiques

voyeur.jpgJ'ai certainement un côté "voyeur", comme chacun souvent d'entre nous. Ceci dit, j'essaie de ne point  participer à la divulgation de faits divers sordides qui sont au bas de l'échelle de mes préoccupations… De plus, je n'éprouve aucun plaisir à observer les souffrances ou le malheur des autres, comme pour mettre en exergue et par contraste mon "mieux".

Pour ce qui est du moins sordide, c'est pareil. Je ne mets pas en avant la richesse de certains comme un scandale qui les viserait personnellement, mais bien celui de la répartition injuste de la richesse.

Observer le malheur ou le bonheur des autres, n'est bien souvent qu'éprouver une émotion à moindre coût. Le succès médiatique de tout ce qui est anecdotique et alimente la Une a pour conséquence désastreuse de reléguer  les vrais sujets à une moindre place.

Je ne crois pas que le succès de toutes les misères, horreurs ou bonheurs des uns et des autres qu'étale la majorité des médias, y compris Facebook, soit de nature à créer une véritable empathie ou une profonde compassion.

Le matraquage de faits divers de même que les potins peoples ou l’insolite semblent de plus en plus et dangereusement, à mes yeux, remplir une fonction sociale devenue essentielle, alors qu'elle devrait rester secondaire. Toute cette diversion n'a comme effet que de nous éloigner des vrais problèmes ou soucis de notre quotidien, mais aussi des grands enjeux politiques, sociaux, culturels et économiques qui, eux, dictent et règlent nos vies.

Effrayant d'ailleurs de voir combien ces grands enjeux sont relayés comme des spectacles et maintiennent l'attention du public sur ce qui n'est qu'anecdotique.

 

17:32 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.