mik dupont UA-70672535-1

24/10/2014

Collaboration ancienne et politique actuelle

moureaux.jpgLes propos de Monsieur Moureaux dans "Le Soir" d'hier me semblent mesurés et justes. «La société belge a une très grande difficulté à dépasser cet événement historique», constate l'auteur de la loi antiraciste. «Le danger, c’est de confondre les errements de certains, qui sont aujourd’hui tellement lointains que je ne vois pas comment on pourrait encore poursuivre leurs descendants, et les idées abominables qui ont mené à la catastrophe que l’on sait. Autant je suis d’une extrême fermeté sur la condamnation des idées, autant je n’aime pas que l’on en revienne toujours à ce procès de la Flandre qui a été, partiellement, un foyer de la collaboration», ajoute-t-il.

Selon lui, la Belgique a pratiqué dans le passé des dizaines de «mini-amnisties honteuses». Alors qu’il était ministre de la Justice, au début des années 1980, M. Moureaux dit d’ailleurs avoir régularisé certains dossiers mais il a évité de l’ébruiter. «C’était de toute façon inaudible à l’époque et ça l’est encore largement aujourd’hui».

A ses yeux, la Belgique aurait dû se montrer plus active dans le règlement de ce passé, et trouver un autre mot qu’«amnistie» qui braque une partie de la population. «Les actes répréhensibles ne peuvent pas être poursuivis éternellement. Sauf cas exceptionnels, comme les gens qui ont participé à la Shoah».

Jusque-là, je suis assez d'accord avec cette analyse pertinente, d'autant, je l'avoue, que cela va à contre-courant des hurlements d'Onkelinx qui ne doit pas se réjouir des propos de son ex mentor!  

Où je m'écarte de la prise de position du vieux requin politique est le fait qu'outre  la ferme condamnation des idées, nous ne pouvons accepter que des hommes d'aujourd'hui adoptent une attitude pour le moins ambigüe de soutien à ces idées en ne déclarant pas explicitement une condamnation ou pire en participant à des manifestations néo-nazis, sous prétexte de débats démocratiques. Trop, c'est trop. Si nous pouvons comprendre, sans pour autant admettre, que certains flamands ou wallons aient pu être entraînés dans la collaboration, nous ne pouvons admettre qu'aujourd'hui ils s'en trouvent encore pour défendre de thèses nazies. Ne pas entendre de regrets de la part d'amnistiés et voir certains manifester encore de la sympathie pour ce genre de personnage est inadmissible et condamnable. Circonstance aggravante quand de plus ces personnes exercent de hautes responsabilités dans l'Etat.  Il n'y a alors plus de nuances à comprendre et encore moins à accepter. Le petit jeu malsain et pervers de De Wever et des ouailles placées au gouvernement doit être cassé. Ces Messieurs doivent démissionner. La condamnation des idées par le Chef du gouvernement n'est pas suffisante. Les déclarations ambigües de certains ministres doit entrainer ipso facto leur démission. Il ne s'agit pas de vieux brols francophones mais bien de brols actuels avec une portée qui est bien plus que symbolique. Ils révèlent une inspiration politique et de régime qu'aucun démocrate ne peut laisser passer par esprit d'un compromis inadmissible.

 

08:01 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.