mik dupont UA-70672535-1

13/11/2014

La culture du fric

bourse.jpgLes responsables de la crise économique persistent et signent. Les spécialistes de l'argent casino, nommés traders, continuent en toute impunité à manipuler le marché des changes qui ne répond plus en rien à une économie réelle. La richesse produite par les travailleurs se joue à la roulette des marchés financiers d'un casino mondial que plus personne ne semble pouvoir arrêter. Les grands élans et les discours politiques promettant régulation et contrôle en restent à de simples intentions ou à des lois pour lesquelles aucune sanction réelle n'est appliquée.

A côté d'une alliance de cupidité entre monde politique et financier, je me demande s'il n'existe pas aussi une immense incompétence des responsables d'Etats concernant les mécanismes économiques et financiers de l'économie actuelle.

Que peuvent comprendre nos pantins politiques dans les subtils jeux des sangsues bancaires? Pas plus sans doute que vous et moi. Le plus grave est que leur ignorance ou leur complicité se double d'une absence totale de vision de société. Accrochés au système capitaliste, ils trouvent plus facile et plus commode  de gérer l'intérêt commun via la satisfaction de quelques intérêts privés. Siphonner nos poches est évidemment plus simple que de s'en prendre à un système devenu immaîtrisable.  Les tenants de l'économie financière doivent bien se marrer des discours de compétitivité du marché industriel, de la recherche, des services  dont nos élus nous bassinent les oreilles, alors que cette économie pèse dix fois moins que celle de leur casino boursier.

Dans ce système pourri, la seule alternative qui nous reste est de défendre et vouloir une politique radicalement différente qui ne se laisse pas berner par l'escroquerie capitaliste. Changer cette culture du fric, du profit et replacer l'économie au service de l'homme est possible, même si le chemin sera long. La vision marxiste, adaptée à notre société d'aujourd'hui et tenant compte de ses dérives passées, me parait la seule alternative possible. Sans plonger dans une vision trop doctrinaire, il est possible de poser des jalons très concrets pour une autre politique plus égalitaire. La taxation des millionnaires, celle des transactions financières, de l'argent qui rapporte de l'argent, demande simplement un peu de courage politique. Le plan cactus lancé par le PTB, n'est pas irréaliste pour celui qui prend la peine de le lire et ne s'accroche pas aux clichés de la pensée unique qui cannassent  nos esprits ou qui font peur par la simple évocation du mot marxiste ou communiste. L'arsenal de mesures de quelque 23 milliards d’euros, en recettes et en dépenses, peut vraiment  œuvrer au renouveau social, écologique et démocratique en Belgique et donner le ton pour une autre politique européenne.

06:20 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.