mik dupont UA-70672535-1

21/11/2014

Di Rupo, le mandat de trop?

départ Di Rupo.jpgCertains le pensent, le disent, l'écrivent. Je suis de l'avis du "trop". Mais il ne sera pas le seul. La recette PS de tabler d'une part sur le clientélisme et ses dictats sur des piliers populaires tels que mutuelle et syndicat, et d'autre part sur la mise en avant des individualités lui a fait perdre sa dimension idéologique de gauche pour se noyer dans une sociale démocratie molle et sans consistance. Les "parvenus" tant décriés par le maître, mais toujours en place, risquent bien de connaître aussi des sorties peu glorieuses. 

La cure actuelle d'opposition au gouvernement fédéral de droite ne suffira pas à  redonner la vigueur d'un combat de base et la virginité d'une parole mille fois trahie. Tout le blabla, toute la campagne pour récupérer  les nombreux travailleurs déçus ne suffiront pas à redonner au PS une crédibilité idéologique.

L'habileté, la stratégie du papillon rouge, soignant comme nul autre l'image de ses ailes caméléonnes,  se heurteront de plus en plus à l'usure du pouvoir pour le pouvoir.

Le jeune ténor de l'anticapitalisme, devenu avec l'âge la voix fluette et inaudible de la lutte des classes, n'aura plus le grand orchestre de la classe ouvrière. Il devra se contenter d'un refrain a capella devant la cour de ses fidèles courtisans dont certains se demandent déjà si par opportunisme il ne vaudrait pas mieux prendre distance avec l'empereur en voie d'exil.  

Les fleurs en bouquet  qu'il espère certainement recevoir en fin de son mandat de trop risquent bien de se confectionner en une gerbe mortuaire pour vivant sans plus de pouvoir.

Je n'ai rien de quelqu'un sachant lire dans une boule de cristal, mais l'avenir de cet homme et de son parti semblent bien compromis.

 

00:18 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.