mik dupont UA-70672535-1

21/11/2014

Non au pouvoir de l'argent. Oui à la grève des travailleurs.

grève.jpgLe baron Empain vient encore de le rappeler de façon abrupte et franche. Le pouvoir politique est une illusion, seul l'argent gouverne le monde de l'économie. Voilà qui est bien révélateur de la prédominance du fric sur tout autre intérêt général et humain.

Sans être économiste et expert, chacun peut constater combien l'économie de notre pays, de l'Europe et du monde nourrit le déséquilibre entre le citoyen, l'Etat et le marché.

Comment ne pas constater la mollesse, voire la complicité de nos responsables politiques face aux ravages des marchés financiers et ses conséquences d'aggravation de la pauvreté. Leurs priorités semblent ailleurs et le prix des conneries des places boursières est remis sur notre dos.

Les tentatives hypocrites de régulation par des institutions européennes ou internationales comme la BCE,  l'OMC ou le FMI  sont des miroirs aux alouettes et de faux fils conducteurs pour endiguer les flots de capitaux déstabilisant une économie réelle au service de l'homme.  

Les tenants du "Grand Capital"  (de 1 à 10%) se foutent du monde ouvrier et dirigent sans aucun scrupule les politiques nationales et internationales. Comment croire, par exemple, à l'Union européenne, quand elle n'est qu'une Europe des marchands, soutenue par les principaux groupes des partis, y compris les socialistes. Et que dire du Charlot Michel 1er et de toute la clique à De Wever, émules de toute la bourgeoisie patronale qui ne cessent de nous marteler la nécessité d'une politique responsable exigeant l'austérité pour tous, sauf pour eux et les plus nantis… 

Face à cette situation, comment est-il possible de voir encore des gens s'ériger contre les grèves et la résistance sociale? Comment certains peuvent-ils encore céder au chantage patronal qui hurle au désastre causé par ceux qui refusent les effets d'une politique qui n'ose s'attaquer au grand capital. Accepterons-nous, car c'est ce qui se prépare, à nous laisser tirer dessus, comme l'a fait Thatcher sur les mineurs ou redeviendrons-nous les combattants du temps de Germinal?

 

17:39 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.