mik dupont UA-70672535-1

03/12/2014

Les profiteurs du système.

 

crise.jpgIl est temps de faire la chasse aux profiteurs du système. L'exemple Van Rompuy est significatif du gâteau offert par les contribuables à qui on ne ristourne que les miettes. Un licenciement à plus de 600.000 €, avec  la cerise d'exemption d'impôts, voilà de quoi se révolter sur ce calotin bon teint qui ne mettra qu'un petit billet à la collecte du dimanche, avec sans doute les remerciements du curé! Mais ne jetons pas l'opprobre sur ce seul catho, bien d'autres, moins pieux,  se servent à la table étoilée européenne et à la gastronomie belge. Les Louis Michel, père de Charlot et autres ex commissaires ont aussi eu droit aux bons plats concoctés dans les cuisines du pouvoir. Les restos grand luxe dont on sort avec quelques assiettes bien garnies mériteraient une publicité qu'ils évitent par crainte de trop de clients à servir. Restos fédéraux, régionaux, communaux, provinciaux, intercommunaux offrent également des menus de pension à prix très  élevés mais réservés et offerts à ceux qui estiment avoir la gueule assez grande et les papilles assez nobles pour les déguster. Nous devrions être déjà contents avec notre frite mayonnaise. Un peu moins de sauce grasse serait d'ailleurs bonne pour notre santé. Régime d'austérité oblige.

J'entends déjà ces grands gourmands et gourmets me traiter de populiste, de poujadiste! Tellement facile et commode d'employer cette recette quand on bénéficie du caviar dégusté avec couverts d'argent et champagne servi en verres de cristal.

Les vrais profiteurs du système ne sont point ceux qui doivent se contenter du resto social, du gobelet carton et d'une table sans nappe. Les vrais assistés sont ceux dont les bustes ornent les palais payés par le labeur de simples commis. Les grands commis de l'Etat  sont ces "petits" et non ceux qui prétendent l'être, se mettant en valeur avec fierté et ostentation sur  tapis rouges.

Mais n'oublions pas les autres assistés, ceux plus discrets du monde de la finance, propriétaires des tables où s'assoient leurs valets dorés du pouvoir. Ce sont eux les premiers voleurs de nos couverts de pauvres convives.

Il est temps de dresser le Michelin de tous les argentiers, entendez un cadastre des fortunes et de leur appliquer une taxe qui réduirait justement les nôtres.

 

00:55 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.