mik dupont UA-70672535-1

18/12/2014

De retour du Conseil communal de Liège.

 

cc liége.pngEn simple citoyen responsable, je me suis donc rendu ce soir au Conseil Communal de ma ville. J'y étais bien seul, à part quelques autres personnes éparpillées dans une salle qui retransmet par vidéo, les interventions de nos édiles. Arrivé bien à l'heure, j'ai eu droit à la poignée de main du très malin bourgmestre, Willy Demeyer, qui en guise d'accueil, a eu soin de me traiter de poujadiste ( idem pour Rafik (PTB) qui était à côté de moi). La rancune semble tenace puisqu'il a évoqué un de mes posts sur lui lors de la fête du 1 mai 2013. Pour ceux qui ont de la mémoire j'y évoquais le pain saucisse populaire que dégustait en ce jour notre "bon" maïeur. Je ne me priverais pas d'un remettre une couche, fut-elle au goût de moutarde pour l'intéressé, en rappelant la référence! (http://lettres-a-mon-ordi.skynetblogs.be/archive/2013/week18/index.html).

 

Voilà pour l'anecdote et le peu de sens de l'humour de Monsieur Demeyer. Je préfère nettement l'humour et l'ouverture d'esprit de ma copine MR, pourtant à l'opposé de mes convictions, que le sourire hautain et crispé de celui qui se doit d'être le premier à notre service puisque élu et bien payé par les liégeois.

 

Pour ce qui est de plus sérieux, j'ai été frappé par la présentation générale du Budget 2015 faite par l'échevin (cdH) Firquet. Exposé assez littéraire, plein de subtilités d'un langage très châtié pour vanter évidemment un budget en équilibre qui n'a rien de l'austérité que d'aucuns lui attribuent. Quelques chiffres furent évoqués, destinés aux bons initiés de ce qui reste un exercice mathématique difficile. C'est pourtant dans tous ces chiffres que le commun des mortels liégeois comme moi se verront confrontés à la taxe poubelle, au logement social, aux services généraux de la ville, à la sécurité, au stationnement, à la plaine de jeu, à l'école communale, à la voirie, et j'en passe. Bref à tout ce qui touche de près notre quotidien.

 

Maître Firquet y alla de tout son art oratoire, parlant de voilure "reliftée", d'économie,  d'échelle, de dynamique progressive, de lissage d'investissement et de transferts, de simulations sérieuses, etc, etc. De quoi vous sentir incompétent, tant au niveau littérature que mathématique.

 

Braves citoyens, que tous ces rouages du pouvoir sont complexes et se perdent en procédures qui vous feraient croire que sans être passé par Harvard, il est impossible de faire de la politique.   Vous auriez, bien entendu, une armada de serviteurs techniciens autour de vous pour vous concocter la voie et la voix à suivre! Mais bon, il faut malgré tout s'habituer au théâtre et savoir y jouer différents rôles.

 

Sans prétendre avoir mené une analyse pertinente de ce budget, il m'a semblé que la voilure liftée ressemblait terriblement à une voile déchirée en péril, raccommodée au gros fil d'une fiscalité alourdie. Le discours rassurant de l'échevin faisait penser aux violons adoucissant le naufrage du Titanic. La valse des taxes tenaient aussi d'un spectacle de prestidigitation avec disparition d'un côté et réapparition de l'autre. Les investissements branchés sur la nécessité d'ouvrir la ville sur l'Europe semblaient largement oublier ceux pour le quotidien de liégeois en recherche de logement bien belges à prix modérés et trop peu nombreux.  Les lissages devenaient très vaporeux et on avait beaucoup de peine à découvrir ce qu'ils contenaient réellement. Certaine simulations me paraissaient être davantage des simulateurs d'équilibres précaires.

 

L'arithmétique devenait nouvelle et je comprenais mal, par exemple, comment une réduction de la dotation au CPAS  de 339.000€ devenait une augmentation par le transfert de 12 fonctionnaires de la ville transférés dans cette institution. Du coup, voilà qui permettait de dire que la ville défendait le service public en ne licenciant pas de personnel. Bref une soupe assez épaisse dont mes pauvres petits  mes neurones avaient peine à connaître la composition.

 

Puis on est passé au CRAC, non pas celui que vous croyez!  Il s'agit d'un nouveau plan de gestion imposé par le FMI régional, qui oblige la ville à toujours contracter ses dépenses.

 

Il fut aussi question des sacs poubelles, avec l'apparition en juillet de nouveaux sacs dégradables.

 

J'en avais un peu par-dessus la tête de devoir subir toutes les arcades de procédures. Je ne suis pas resté jusqu'à fin. J'ai laissé ce soin aux édiles courageux, du moins ceux présents, de ma bonne ville. J'ai laissé lâchement mon camarade Rafik se charger d'un compte rendu plus sérieux et plus détaillé que le mien! ( http://liege.ptb.be/articles/budget-2015-de-la-ville-de-liege-une-application-docile-de-l-austerite-federale-et )

 

00:07 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.