mik dupont UA-70672535-1

21/12/2014

Nicolas Hulot chez Ruquier

Hullot..pngJ'avoue avoir été impressionné par l'intervention de Nicolas Hulot lors de l'émission de Ruquier "on n'est pas couché".  L'ex  médiatique aventurier, nommé par Hollande, envoyé spécial pour la protection de la planète, a le sens de la formule pour nous alerter sur la destruction de celle-ci. Comment, au-delà de tout clivage politique, ne pas constater les deux grands paramètres de notre temps que sont la rareté des matières premières et la vulnérabilité, incarnée par le changement climatique?

Il faut bien avouer qu'il a aussi raison sur le fait que la grande majorité d'entre nous se focalise sur des buzz alimentés par la machine médiatique qui préfère parler de Nabila, de fesses et de paillettes que de tirer vers le haut notre intelligence et notre action. Vrai que l''exemple ne vient pas "d'en haut". Nous gouvernants on très rarement une vision de société à long terme. Ce qui compte  pour eux est un immédiat qui doit favoriser une réélection.

La vision de Hulot semble, en tout cas cohérente. Si je ne partage pas son espèce de "catastrophisme", il est clair que nous courrons au suicide de notre planète, menée par un capitalisme qui n'a de foi qu'en la consommation et au profit. Impossible de s'attaquer aux enjeux climatiques sans mettre en route un autre moteur économique que celui qui ne veut voir en l'homme qu'un simple consommateur.

L'objectif de fiscalité carbone qu'il défend, même si peu réaliste encore, est pour le moins intéressante.  Il a rappelé qu’il ne s’agirait pas d’ajouter de nouveaux impôts mais de «suivre un principe de substitution», notamment en soulageant la fiscalité du travail, vision que le Medef et un certain nombre de syndicats, dit-il, sont prêts à partager.

L'homme passionné et au verbe brillant tente d'être rassembleur. C'est beau, probablement sincère, même si très utopique. Espérer que dans "ce grand moment de discrédit de la classe politique, il y ait pour elle une occasion de se racheter un peu de crédit et de changer de lunettes" n'est pas pour demain. La myopie restera encore longtemps!

Je ne pense pas que réviser fondamentalement notre modèle énergétique pourra se faire, comme il le souhaite, par une mutualisation des intelligences politiques, au-delà des clivages.  Espérer une alliance intelligente entre capitalisme, libéralisme et écologie au sens large me parait impossible.

 

08:21 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.