mik dupont UA-70672535-1

25/12/2014

Ça va?

ca va.jpgUn cours de management m'avait appris de ne jamais poser la question rituelle du " Ça va?" si nous n'avions pas au moins 5  minutes à consacrer à la personne à laquelle nous posions cette question apparemment banale. Si jamais, elle vous répondait que non, fallait-il au moins savoir écouter le pourquoi! Et oui, ne pensons pas que des rituels apparemment sans importance ne revêtent pas un sens plus existentiel que nous ne le pensons. En effet, notre question polie pour laquelle nous n'attendons pas un long déballage pourrait avoir une réponse en déroulement de pelote d'existence.  Il nous faudra alors pouvoir dépasser la simple tradition, pour se montrer à l'écoute et partager. Sinon, nous risquons, avec raison, d'être considérés comme simple mécanisme de non intérêt, masqué sous une symbolique désuète et sans aucune importance. 

Je me dis souvent que la relation humaine est bien complexe, ce qui n'est pas synonyme de compliquée. En étant un peu attentif aux dialogues entendus autour de moi, il est facile de constater que la réalité veut qu'ils ne soient au fond et très souvent que des superpositions de monologues. Il y a les personnes qui répondent à votre place, qui vous pompent l'air. Celles qui attachent toujours leur réponse à un "c'est comme moi", un peu comme si nous ne pouvions être une personne différente. Puis, il y a les éternelles histoires ou faits que vous avez déjà entendus au moins trois fois!

Je ne suis pas psychologue. Je ne fais que d'observer, peut-être un peu plus que la moyenne, ce qui tisse notre quotidien.

Les formes de dégradation des relations humaines sont multiples et trouvent probablement mille justifications. Elles oscillent pourtant souvent entre "dévoration", soumission ou rejet. Heureusement qu'il existe encore le pardon, la tolérance et la réconciliation. Heureusement qu'il existe encore et toujours des proximités comme celles de voisinage, de loisirs, de hobbies  communs, des amours et des amitiés, des causes communes qui créent des espaces de bonne solidarité. C'est par eux que nous vivons mieux et trouvons du sens à nos actes dans des relations paisibles, heureuses et réussies.

J'ose donc espérer que ça va bien pour vous, avec toujours toute la fragilité d'un bien-être à construire et à reconstruire chaque jour!

En ce temps de Noël, à ceux qui se sentiraient rejetés ou dans la marge d'une dite normalité, sachez que l'histoire vraie ou fausse de ce petit enfant posé dans une mangeoire d'étable est devenue une fameuse richesse factice ou réelle, contestable ou non, d'humanité.  Je ne sais pas, il est vrai, si bergers et mages ont d'abord demandé à Joseph et Marie: "alors comment ça va? …

 

08:56 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.